Gazette du wargamer - lundi 16 septembre 2019
Accueil Boutique Seconde Guerre mondiale Blood Red Skies
Promo !

Blood Red Skies

46,50 44,99

Blood Red Skies est le nouveau jeu de combat aérien d’escadrilles de Warlord Games, créé par le célèbre auteur de jeux Andy Chambers.

Par Mr Miniatures

Description

Blood Red Skies est le nouveau jeu de combat aérien d’escadrilles de Warlord Games, créé par le célèbre auteur de jeux Andy Chambers.

Contenant tout ce dont vous avez besoin pour jouer à ce jeu de combat aérien au rythme effréné, la boîte de démarrage vous permet de démarrer rapidement vos premiers dogfights. De plus, une fois les règles de base assimilées, vous avez accès à des règles supplémentaires pour introduire les cartes de jeu qui personnalisent vos “warbirds”, vous permettant de les piloter comme ils auraient été par les As de la Seconde Guerre mondiale!

Retrouvez toutes les règles et fiches de références pour Blood Red Skies.

Il s’agit de la traduction officielle en français des règles de Blood Red Skies, ainsi que des livrets de Scénarios, des Règles Avancées et des fiches de références pour Blood Red Skies, effectuée par Eric Weissgerber (Warlord Games France) et mise en page par la VortexZone.

Ce starter set Blood Red Skies comprend :

  • 12 avions de chasse en plastique coloré
  • 12 socles de vol en plastique transparent
  • 10 dés de combat
  • 12 disques de niveau de pilotage
  • 3 livrets de jeu: règles, règles avancées et scénarios (en anglais)
  • 45 cartes de jeu
  • 38 marqueurs
  • Un ensemble d’accessoires : un gabarit de mouvement, une réglette et un outil de navigation
  • 6 marqueurs de nuages / dirigeables
  • 3 marqueurs de bombardiers Blenheim IV / Dornier Do17 Z2
  • 2 feuilles de référence rapide.

12 avions
Plastique

Échelle: 1 / 200
Nécessite assemblage et peinture.
Système de clipsage rapide
Aucune colle nécessaire.

Ce produit est fourni non assemblé et non peint. Peintures non incluses.

Durant le vingtième siècle, l’humanité a créé une façon totalement nouvelle de faire la guerre : la guerre aérienne. Des engins à la complexité croissante prirent leur envol, tout d’abord pour observer l’ennemi et pister ses mouvements, puis pour l’attaquer dans les cieux et au sol. À la fin de la Première Guerre Mondiale en 1918, tous les préceptes de la guerre aérienne étaient déjà bien établis. Durant les années 20 et 30, la conception des aéroplanes fit rapidement un bon en avant. Il fut alors sobrement prédit que d’irrésistibles flottes de véloces bombardiers multimoteurs dévasteraient des villes entières dans les heures qui suivraient la déclaration d’un nouveau conflit.

Cependant, lorsque la Seconde Guerre Mondiale éclata, ce fut l’avion de chasse monoplace et monomoteur qui se révéla comme un élément décisif au cours des batailles. Les chasseurs pouvaient intercepter avec succès les bombardiers contemporains, infligeant d’importants dégâts sur tous les raids aériens effectués sans escorte en plein jour. Désormais, pour que les bombardiers puissent passer, il leur fallait la protection de leurs propres chasseurs d’escorte. L’ampleur des engagements aériens grandit, et grandit, et grandit encore jusqu’à ce que des centaines d’avions de combat puissent être impliqués. Où que la guerre terrestre soit menée, acquérir la suprématie aérienne s’avéra essentiel pour triompher.

À partir de 1940 et jusqu’au début de la libération de la France occupée lors du Jour-J quatre ans plus tard, l’effort de guerre en Europe occidentale fut principalement mené dans les airs. Sur les mers, les escadrilles des porte-avions maîtrisèrent le cuirassé et modifièrent ainsi pour toujours la conduite de la guerre navale. Des dizaines de milliers d’hommes combattirent et moururent dans les cieux, en volant à bord d’avions toujours plus rapides et meurtriers nés des innovations les plus poussées que pouvaient réaliser l’ingénierie et l’énergie du désespoir. En l’espace de six ans, la puissance aérienne fut reconnue comme un instrument concret pour obtenir la victoire, dont le parcours de développement fut jonché d’épaves d’avions et de héros morts. Pour les nombreux pilotes courageux qui luttèrent là-haut, y compris l’illustre « peu » si cher à Churchill lors de la Bataille d’Angleterre, il fallait du talent, de la ruse et de la chance pour survivre et vaincre dans ces cieux rouge sang.

« Jamais dans l’histoire des conflits tant de gens n’ont dû autant à si peu » Winston S. Churchill, le 20 août 1940.