Sorti en septembre 2017, Battlestar Galactica – Deadlock a déjà fait l’objet d’un test dans la Gazette où nous soulignions la fidélité du titre à sa licence, sa bonne tenue générale et ses qualités ludiques malgré quelques défauts d’équilibrage et de longévité. Neuf mois plus tard, les développeurs ont patché BSG Deadlock a plusieurs reprises et surtout deux DLC sont venus étoffer un peu les contenus du jeu. La tension monte, les flottes des Douze colonies ont reçu de sérieux renforts, mais nos ennemis les grille-pains aussi !

Le Reinforcement pack, premier DLC assez modeste, est sorti en décembre 2017. Quatre vaisseaux ont été ajoutés par les développeurs. Chez les Cylons, les toasters pour les intimes, on a le Phobos et le Celestra, tandis que chez les Coloniaux ce sont le Berzerk et le Janus. Certains sont devenus des favoris de la communauté, en particulier le Berzerk. Toutefois, même si il est correct, cela reste un petit DLC et l’on attendait plus quand même.

Sorti fin mai dernier, le DLC Broken Alliance est lui bien plus ambitieux. En plus des prévisibles vaisseaux supplémentaires, les développeurs ont ajouté à la campagne solo huit missions, prenant en compte les plaintes des joueurs concernant la faible durée de vie du scénario initial.

Ces huit nouveaux scenarii s’intègrent dans la campagne principale et sont plus centrés sur les dissensions régnant au sein de la jeune alliance des Douze Colonies de Kobol. On pourra noter l’inventivité tactique de certains des scenarii en question qui viennent renouveler le style de jeu.

Par contre, la narration n’est toujours pas le fort du jeu. Les dialogues sont trop courts et assez mal rédigés pour donner au joueur une compréhension suffisante des tenants et aboutissants de chaque mission. Des briefings écrits plus poussés seraient appréciables. Un jeu gratuit comme The Battle for Wesnoth arrive très bien à impliquer son joueur dans l’histoire avec bien moins de moyen.

Fini les vaisseaux blancs comme neige ! Depuis le premier DLC, les dommages laissent des traces et les bâtiments conservent parfois des cicatrices pendant plusieurs missions.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Notes
Multimédia
85 %
Interface
85 %
Gameplay
85 %
Article précédentPanzer Battles – North Africa 1941 : nouveaux screenshots
Article suivantArmored Brigade : début de la bêta

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici