Dans le monde, il y a deux types de joueurs : ceux qui vont à Essen et ceux qui voudraient y aller. Les premiers reviennent de cette grande messe, l’air extatique, abattus de fatigue et courbés sous le poids des maxi-sacs débordant de nouveautés et autres précommandes. Pour les seconds, trois solutions, soit ignorer superbement cette dérive mercantiliste et se dire que les trois jeux de l’année dernière sont toujours aussi bons face à leurs trente nouveautés, soit se promettre que l’année prochaine ce sera leur tour, soit se dire que Internet offre avant même l’ouverture des halls surpeuplés et surchauffés tous les renseignements et toutes les bonnes affaires qu’ils pourraient glaner.

Afin de répondre aux attentes de la troisième catégorie, voici quelques coups de cœur de l’après-Essen parmi les jeux de plateau dont le thème et/ou les mécanismes peuvent intéresser les lecteurs de la Gazette du wargamer. Plutôt qu’une longue liste de produits à survoler comme à l’apéritif, je vous propose un menu, que je déclinerais dans les semaines à venir au fil de quatre “article-tests”.

En hors-d’œuvre, un petit jeu dans son volume et son temps de digestion : Opération Commando, produit français où les savoir-faire de Pascal Bernard et P.O. Barome ont été associés à la passion pour la Seconde Guerre mondiale de Guillaume Bouilleux. Sous-titré Pegasus Bridge, il est le premier opus d’une série consacrée comme son nom l’indique aux… opérations commandos. En commençant par celle de la 6e Airborne, la boite nous propose trois jeux-en-un reliables en une grande campagne. Articulés autour de trois decks (un pour chaque joueur, plus un de terrains), les duels sont très tactiques et souvent tendus jusqu’à la dernière carte. Le premier scénario sera bouclé en une demi-heure (explication au novice comprise). Les autres dépasseront rarement l’heure de jeu.

Évidemment, pas de jeu en solitaire ici, c’est un affrontement à deux et brutal. Bluff et subtile préparation laisseront un sourire de satisfaction sur le visage du vainqueur, et précipitation et excès de confiance feront gouter le prix de la défaite au vaincu.

operation-commando-Contenu
Un étalage du contenu de Operation Commando : en haut les cartes terrains, en dessous les decks des joueurs, les cartes à bords rouges sont des unités de combat, celles bleues des événements et celles jaunes des actions de combat. C’est la fête du combo !

***

Une fois tous les invités arrivés, on peut dresser la grande table pour les gros jeux. Deux tendances au choix : la nouvelle cuisine un peu abstraite, ou le roboratif grand classique revisité.

En clair, je propose d’abord Historia, rien de moins qu’un énième jeu de gestion de civilisations mais qui possède de nombreux atouts. A commencer par sa mécanique qui s’adapte parfaitement à un jeu pour un à six joueurs… humains ou non ! En effet, il possède des Civbots, une sorte d’IA simple mais efficace. Dans tous les cas, chaque joueur possède la même main de dix cartes d’action. Au début d’une partie, alors que chacun n’a qu’un cube de pouvoir (la monnaie du jeu payant la quasi-totalité des actions mais représentant aussi sa domination territoriale sur un petit planisphère), on ne pourra choisir simultanément qu’une carte. Puis en fonction de sa progression sur une énorme matrice militaro-technologique, on pourra jouer deux voire trois cartes à la fois.

Les premiers tests semblent valoriser un jeu assez agressif même si personne ne peux être éliminé durant une partie, ce qui ne serait pas très convivial !

historia-plateau
Un plateau assez perturbant : un cône colorée domine les débats. Quelle civilisation vais-je créer ? Militariste, utopiste, expansionniste ? Et où ? L’immersion est présente grâce aux conseillers, aux ‘merveilles’ boostant vos actions mais surtout aux leaders qui fixeront des objectifs à réaliser récompensés en PV.

***

fief-materiel
Fief, matériel.

Alternative, selon l’adage du vieux pot, une réédition d’un Fief ayant fait les belles nuits des joueurs des années 80. Ici, de trois à six nobles s’affrontent pour collecter quelques points de victoires à travers les luttes féodales, dynastiques mais aussi, grâce aux extensions spécifiques au Kickstarter de réédition, religieuses au fil des Croisades. C’est sans doute le jeu des superlatifs en termes de matériel, de points de règles mais aussi de tensions, de retournements de situation et de profondeur.

Des heures de plaisir vous attendent. Certains risqueront peut être l’indigestion s’il n’arrive pas à trouver l’équilibre dans cette forêt de diplomatie, de tactiques et de gestion.

fief-plateau
Le plateau de Fief… sans les extensions (Croisades, teutoniques, templiers, tactique et politique) exclusive à cette réédition. On atteint le sublime avec les bâtiments en 3D et les pièces métalliques (ci-dessus).

***

Terminons par un bon dessert qui sait se faire léger mais vous donnera certainement l’envie d’en reprendre. Quartermaster General est au genre grand stratégique ce que le quatre quart est à la pâtisserie, un basique qui peut s’avérer délicieux si on sait l’agrémenter. Il vous propose rien de moins que de parcourir toute la Seconde Guerre mondiale en deux heures (pour deux à six joueurs, la durée reste la même quel que soit le nombre de participants car toutes les nations sont toujours en jeu). Pour ce faire, à nouveau un deck de cartes et quelques pions de bois (armées ou flottes). Selon un ordre fixe, chacun jouera une et une seule carte.

Les decks sont évidemment de taille et de composition spécifiques aux potentiels militaires et économiques historiques mais chacun contient au moins des cartes d’attaques (bataille navale ou terrestre), des cartes de construction, des cartes de statut (permanent) et des événements plus ou moins uchroniques. Certains decks possèdent aussi des cartes de guerre économique qui attaquent directement les deck de la nation ciblée. L’ensemble est très dynamique et incroyablement efficace malgré sa simplicité. L’Axe a certes plusieurs stratégies potentielles mais devra absolument collecter le maximum de point avant que la puissance du deck américain et la résilience du deck russe ne le submerge.

A bientôt pour déguster l’une de ces savoureuses nouveautés accompagnées des délicates attentions de votre serviteur.

quartermaster-general-plateau
Promis-juré, dans Quartermaster General vous aurez un vrai gout de guerre totale sans une débauche de règles et de matériel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here