Nouvel Immersion pack sorti le 20 mars dernier, Rule Britannia reprend les paroles d’une célèbre chanson patriotique britannique de Thomas Arne… Que j’ai bien entendu réécoutée en écrivant ce test ! En effet, ce sont ces îles qui sont essentiellement mises à l’honneur dans ce contenu dont la sortie coïncide avec le patch gratuit 1.25, dont il sera question prochainement. La plus grande partie du nouveau contenu va donc se centrer autour de l’Angleterre, de l’Écosse et de l’Irlande, sans oublier quelques ajouts plus généraux. Voyons cela…

« Britannia rule the waves »

Tout d’abord, on peut s’intéresser aux ajouts proprement liés aux îles Britanniques et qui constituent le cœur de ce DLC. La première chose à dire est qu’ils sont suffisamment nombreux pour qu’il soit intéressant de refaire une partie avec les puissances concernées, surtout si vous ne les avez pas jouées depuis longtemps. Quant à ceux qui découvriraient le jeu à cette occasion, agrippez fermement le gouvernail, et lancez-vous, il y a de quoi faire.

Les changements sont assez bien pensés pour qu’on s’y arrête un peu… Tout d’abord on notera des missions, gérées selon un nouveau système venu du patch et dont on reparlera séparément, repensées pour l’Angleterre, l’Écosse et les divers clans irlandais jouables en début de partie. Elles offrent une arborescence suffisamment vaste et détaillée pour qu’on ait des objectifs successifs jusqu’à la fin de la partie, surtout avec l’Angleterre qui va pouvoir former la Grande-Bretagne en intégrant Écosse et Irlande dans son domaine initial. Ensuite, des missions coloniales et de découverte vont être réalisables, mais il est aussi possible de suivre un chemin différent.

Ainsi, on trouvera des missions liées à la guerre de Cent Ans en passe de se terminer au moment où débute le jeu. Or, là, pourquoi ne pas la gagner avec l’Angleterre et concentrer ses efforts sur le continent ? Bien entendu, la tâche promet d’être ardue et je l’ai partiellement réussie dans mes parties (référez-vous aux captures d’écran ci-après).

 

La situation historique du clan de la région de Sligo en 1444. L’Irlande est alors très divisée.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Un plaisir de jeu renouvelé avec les États des îles britanniques.
  • De beaux défis avec l’Écosse et l’Irlande.
  • Une pré-industrialisation qui vient pimenter les fins de partie.

  • Certaines mécaniques justes survolées (comme l’anglicanisme).
  • Des ajouts généraux dispensables.

Notes
Multimédia
75 %
Interface
80 %
Gameplay
70 %

Infos pratiques

Date de sortie : 20 mars 2018
Éditeur / Studio : Paradox Development Studio - Paradox Interactive
Prix : 9,99€
Site officiel :

fiche chez l’éditeur ; fiche sur Steam

Remarques :

 

Concernant Europa Universalis IV, voyez notre récent Panorama des DLC d’Europa Universalis IV, qui vous aidera à vous y retrouver parmi les treize extensions désormais sorties. Puis cette fiche chez Paradox, ou celle-ci sur Steam. Ainsi que le wiki officiel.

Article précédentFrostpunk : trailer
Article suivantFin de la bêta pour Making History : The Second World War

Poster un Commentaire

avatar
  Abonnement aux commentaires  
Me notifier des