Lorsque j’ai découvert que Slitherine et 2By3 travaillaient sur une seconde version de War in the East, ma surprise a été totale. Je n’ai pu m’empêcher de penser : quel est l’intérêt de rééditer un tel jeu déjà au pinacle du genre ? J’avais beau réfléchir, en dehors de quelques détails à améliorer, une telle entreprise me paraissait représenter une perte d’énergie et de temps. C’est donc avec un intérêt mesuré que j’ai installé ce second volet en parallèle avec la version Steam de son aîné, histoire de perdre également quelques heures supplémentaires de mon existence avec lui. Foin de suspense soyons clairs, perdre mon temps de cette manière fut un réel plaisir ; ce jeu est un bijou !

Cet article ne sera pas une revue de détail des nouveautés ou évolutions apparues depuis la création de ce qui est devenu une série. Après War in the East en 2010 et le succès incontestablement mérité rencontré par ce titre (voir cet article), 2By3 a étoffé son portfolio d’une main de maître, s’attaquant sans complexes aux grandes heures de la Seconde guerre mondiale. War in the Pacific puis, plus récemment, War in the Pacific Admiral’s Edition et enfin, War in the West.

Cette suite capitalise sur le succès de ces jeux mais surtout, y puise matière à étoffer les subtilités de son gameplay déjà incroyablement abouti et foisonnant. L’objectif de cet article sera essentiellement d’évoquer les éléments majeurs ou m’étant apparus comme tels tout au long du trop bref moment que j’ai pu lui accorder. Tester véritablement un tel jeu nécessiterait certainement autant de temps qu’il faudrait pour faire le tour et maîtriser parfaitement son gameplay ; autant dire qu’alors le test ne paraîtrait pas avant l’année prochaine !

L’idée est donc de montrer aussi clairement que possible les points d’accroche auxquels pourront s’attendre les nouveaux venus tout comme les vétérans de War in the East premier du nom.

War in the East 2
Des vignettes événements viennent désormais égayer les parties, tout en informant le joueur de façon réaliste et contextuelle.
War in the East 2
Résumé de la phase aérienne exécutée intégralement sous le contrôle de l’IA ; Une option bien pratique ! La main passe ensuite au joueur, qui gère les opérations terrestres.
War in the East 2
La chaîne de commandement détaillée du 4th Panzer Group. Ne pas se laisser impressionner : ce n’est pas la formation la plus imposante du jeu… loin s’en faut !
War in the East
Dans WitE. Le GeneralOberst Erich Hoepner, commandant le 4th Panzer du G.A.N. se préparant à percer le front russe avec pour objectif principal de conduire les blindés du Reich jusqu’à la victoire au coeur de Leningrad.
War in the East 2
Le même homme à la tête des mêmes unités, dix ans plus tard dans WitE 2. Appréciez l’ampleur du travail effectué et les changements apportés. L’idée d’un simple copié-collé serait d’évidence erronée !

Pour plus d’informations sur Gary Grigsby’s War in the East 2, voyez cette page chez l’éditeur. Le jeu doit arriver sur Steam ultérieurement. Si vous découvrez War in the East, voyez par exemple ce récit de partie, puis nos précédents articles par ici dans nos archives.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

 

Points positifs et négatifs

  • Prise en main et accès global grandement facilité.
  • Un travail conséquent sur la carte de jeu et… le manuel, fantastique !
  • Enfin une ouverture sur le Web ; pour un tel jeu c’était incontournable !
  • Un luxe de détails proprement hallucinant.
  • Logistique et guerre aérienne bénéficient d’une quasi révolution technique et ludique.
  • Trop de petites touches d’améliorations pour en faire le tour exhaustivement.
  • On entrevoit complaisamment l’orientation vers LE wargame global traitant le conflit mondial…
  • Pourquoi allécher le joueur avec un système de fenêtres qui n’en ont pas toutes les fonctionnalités ?
  • Tellement complexe, malgré les aménagements du gameplay !
  • Encore plus ambitieux que WitE, si, c’est possible… et c’est à double tranchant !
  • Pas simple parfois de reprendre une partie délaissée quelques jours.
  • Le système de sauvegarde, archaïque et peu convivial.
Notes
Multimédia
78 %
Interface
78 %
Gameplay
85 %
Article précédentCauldrons of War – Stalingrad : entretien avec le maestro
Article suivantDistant Kingdoms : trailer

9 Commentaires

  1. Mais quel article passionnant ! Merci David de nous partager ton enthousiasme pour ce jeu énorme. Reste à choisir entre avoir une vie ou jouer à War in the East 2…

  2. My pleasure, sir ; you’re welcome ! ;o)

    Effectivement, tu soulèves un point fondamental concernant le temps de jeu ! Un détail dont je réalise que j’ai totalement omis d’éoquer clairement l’importance. Les scénarios varient en durée, allant de 215 tours pour le morceau du roi, à moins de dix tours (2 et 4 pour les scénarios d’introduction). Entre ces extrêmes on peut jouer 137 tours pour la Campagne Stalingrad to Berlin, ce qui demeure énorme, mais également des parties plus raisonnables, s’échelonant entre 11 et 20 tours.
    Globalement c’est un jeu chronophage, si tant est que l’on joue “finement”, en essayant de contrôler les choses au maximum ; les parties pouvant alors durer d’une soirée de deux ou trois heures, jusqu’à une bonne semaine en jouant environ une heure quotidiennement.

    Pour la “Grande campagne”, au niveau extrême d’investissement, on est assurément face à un gouffre pouvant absorber aisément plusieurs mois et au-delà d’une année. Tout cela n’est qu’estimations fondées sur ma pratique personnelle mais il suffit de constater qu’il existe des parties de War in the Pacific A.E. ayant débutées en multi depuis plus d’un an… ;o)

  3. Merci également pour l’excellence de vos tests.

    Petite question: en ont-ils profité pour améliorer la qualité graphique, tenant compte notamment de la taille d’écran? (le mien est de 3440 x 1440).

    • Alors… perso je n’affiche qu’en 1920×1080 sur mon 27″ et pour autant que je sache, les résolutions ne sont pas gérées différemment sur ce jeu par rapport au précédent. A priori je doute que vous obteniez de meilleurs résultats avec ce titre. L’affichage et les graphismes sont quelque peu différents mais ces différences ne concernent essentiellement que l’UI et la carte. L’interface affiche des icônes différentes et la carte est à présent similaire à ce que propose WitW, découpée en hexagones et non plus une sorte de collage géant. Je n’ai malheureusement pas l’opportunité de voir ce que cela peut changer à plus haute résolution mais si je m’en tiens aux marqueurs d’unités qui eux n’ont guère évolué, si ce n’est par l’ajout des indicateurs CPP et Fat., qui comme précisé dans l’article sont minuscules, je doute que l’impression globale du rendu puisse être améliorée de quelque manière que ce soit.

      Essayez d’aller poser la question, voire même trouver la réponse à cette question, sur le forum de Matrix dédié au jeu. Il est probable que certains joueurs disposant d’un matériel comparable au votre et possédant le jeu pourront vous répondre. Je vais jeter un œil de mon côté et si la pêche s’avère fructueuse, je reviendrai poster un complément de réponse dans notre forum. Vous pouvez d’ailleurs tenter de poster vous-même également ; c’est le but des forums, après tout ! ;o)

  4. Je reviens de faire un tour vite fait chez Matrix où j’ai regardé si une question se rapportant aux définitions UHD y serait évoquée mais sans rien trouver précisément. Du coup je me demande si tel était bien le sens de votre question…
    Peut-être vouliez-vous simplement parler de “qualité graphique” et savoir si elle a évoluée depuis WitE ? Si tel est bien le sens de la question, je pense que les quelques captures d’écran de l’article ou encore celles disponibles en ligne devraient offrir une réponse édifiante. De mon point de vue, oui, le jeu a effectivement évolué visuellement, de manière positive, bien que l’ergonomie qui en résulte ne le soit pas nécessairement, toujours selon moi. Très franchement, je n’envisagerais pas y jouer sur un écran géant… !

    Je présume que vous possédez WitE et que l’expérience dans une telle définition n’est pas satisfaisante, à vos yeux (si je puis dire). Si tel est le cas, je ne vous conseillerais certainement pas de tenter l’expérience avec WitE 2 car des causes identiques produisent généralement les mêmes effets ! Une telle résolution est adaptée pour des jeux de type RTS, FPS ou simulateurs (de vol ou conduite) mais je doute que la plupart des wargames y soient à leur aise.

  5. Non, car d’ordinaire l’éditeur publie les versions localisées lors de la sortie globale. Si rien n’est clairement indiqué dans le sens d’une possible VF, la seule option restante se trouve du côté de la communauté mais je doute que ce soit au programme, malheureusement.

Répondre à Gloo Annuler la réponse

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici