Disponible depuis le 14 juin, Death or Dishonor est ce que Paradox appelle un « country pack », c’est-à-dire que ce n’est pas une extension majeure mais un DLC qui s’intéresse surtout à quelques pays qui vont bénéficier d’ajouts précis… Même s’il y a également des nouveautés plus générales. Ainsi, après le Commonwealth dans Together for Victory c’est cette fois-ci l’Europe centrale qui est à l’honneur, ce qui est une bonne chose, car on va le voir, jouer ces pays « mineurs » devient désormais très intéressant.

Une focalisation sur l’Europe centrale

C’est le cœur de cible de Death or Disonor : des nouveaux arbres de priorités nationales pour certains pays d’Europe centrale, qui furent directement impliqués dans la Seconde Guerre mondiale. On parle là de la Hongrie, de la Tchécoslovaquie, de la Roumanie et de la Yougoslavie.

D’un côté, cela permet la suppression des arbres génériques et une vraie immersion dans les réalités de ces États qui virent les combats et / ou l’occupation allemande. Les noms des unités ont été revus, les voix correspondent aux pays, des portraits supplémentaires d’officiers et des noms des matériels, des firmes industrielles sont eux aussi nationaux et non plus génériques comme avant. Ce premier point est toujours appréciable, car permet toujours plus de personnalisation des parties et de respect de la réalité.

Toutefois, j’ai là juste présenté l’aspect le moins important. En effet, au-delà de ces ajouts sympathiques, les arbres de priorités repensés permettent enfin de jouer ces pays avec un réel intérêt car ils amènent de nombreuses possibilités. On peut notamment suivre la voie historique…

Je peux demander à la France de construire sous licence l'un de ses modèles de chars.
Pour lire cet article dans son intégralité vous devez être abonné au site de la Gazette du wargamer. Vous retrouverez notre offre d'abonnement directement sur cette page : www.wargamer.fr/abonnement/

Laisser un commentaire