Afin de décrire la nature de ce jeu, je vous invite à remonter le temps dans nos colonnes jusqu’en 2015. Cette année-là je publiais avec enthousiasme le test d’un wargame intitulé Germany at war – Barbarossa. Si l’on m’avait posé la question de l’inspiration ayant conduit à la création de Hex of Steel, voilà ce que j’aurais cité d’emblée. L’auteur quant à lui, ne connaissant pas ce titre, dit s’être inspiré de Panzer Corps / General. L’un et l’autre ont effectivement de fortes affinités avec ce qui nous occupe ici. Pour être complet, on pourrait ajouter un brin de Decisive Campaigns ou de Commander at War. Quel que soit le côté vers lequel on se tourne, les références sont assurément inspirantes mais le jeune français à l’origine de ce jeu (cf. notre interview) préfère pour sa part revendiquer un goût pour une certaine liberté de ton. Voyons comment tout cela se traduit à l’écran.

Hex of Steel, nouvelle désignation du jeu connu précédemment sous le titre d’Operation Citadel est ou plutôt était, à l’origine, un wargame casual de type opérationnel, légèrement mâtiné de stratégie. Le passé s’impose avec ce titre dont l’évolution quasi permanente pourrait rebuter, si le développeur ne s’arrangeait pas pour rendre les mises à jour quotidiennes (parfois davantage) transparentes à l’utilisateur. Fait marquant, son développement semble toujours se poursuivre, bien qu’il soit désormais sorti de sa phase Bêta depuis plusieurs mois.

Caractérisé principalement, outre son suivi exceptionnel, par une perméabilité assez rare aux modifications côté joueurs, Hex of Steel dénote quelque peu dans le paysage familier des wargames plus ou moins apparentés à la série Panzer General. Une série de jeux souvent considérée par les plus rigoureusement attachés aux simulations historiques, comme mineure ou plus prosaïquement, “casual”. Que le qualificatif au consonances péjoratives ne fasse pas fuir les puristes ! Si Hex of Steel fonde toute sa philosophie sur des bases simplissimes, par bien des aspects il se rapproche d’une simulation historique.

Du moins, cet attrait pour un certain réalisme représente clairement l’une des motivations de son créateur, ainsi qu’en atteste son désir de coller au plus près des caractéristiques techniques des modèles d’unités présents sur les cartes du jeu. Ayant pu consulter certains de ses échanges épistolaires avec un spécialiste de l’aviation, au sujet des possibilités tactiques d’appareils importants durant la Seconde Guerre Mondiale, je puis en témoigner.

Hex of Steel
Une liste de campagnes bien garnie cumulant une durée de vie assez phénoménale au vu de la difficulté et de la longueur des parties. Avantage ou défaut, c’est selon !
Hex of Steel
Depuis quelques semaines déjà, le jeu entame une incursion dans le domaine de la stratégie, avec ses options de diplomatie et à présent, de recherche.
Hex of Steel
L’écran de recherche, dont l’aspect général ainsi que les mécanismes gagneraient à s’affiner.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

 

Pour plus d’informations sur Hex of Steel, anciennement Operation Citadel, voyez cette page sur Steam. Où une démo est aussi disponible. Puis encore la nouvelle chaîne YouTube du jeu. Ou encore pour les versions sur appareils mobiles, par ici sur l’App store, et par là sur Google Play.

Notes
Multimédia
80 %
Interface
75 %
Gameplay
85 %
Article précédentHex of Steel : rencontre avec le fougueux Valentin Lièvre
Article suivantStellaris – Nemesis : l’information, c’est le pouvoir !

19 Commentaires

  1. Les râleurs sont là !
    Tout d’abord merci David pour ce super article et justement j’étais en train de me plonger dans le jeu. Toutefois, avec une résolution en 3440*1440, quelques tableaux comme celui des options ne sont plus à l’échelle. J’ai essayé la campagne de Pologne et le bouton de fermeture de la page de démarrage n’était pas apparent, sinon après on est vraiment bluffé par les graphismes.
    J’aurais bien aimé que tu nous parle un peu plus des règles, ce qui m’aurait évité la lecture du manuel en anglais..

    • Bonjour Jacques !
      Cool de savoir que toi aussi tu t’essaies au jeu !
      Concernant la résolution, pourrais-tu s’il te plaît me communiquer par email un screenshot de ton problème ? Voir si je peux faire quelque chose ! Tu es bien en plein écran ?

    • C’est très juste, même si pour ma défense je dois dire que la simplicité desdites règles m’aura dissuadé d’en faire mention dans le test. Si vous avez déjà manipulé PzC, OoB ou tout autre wargame dans le genre, normalement vous savez jouer à HoS ! Seuls quelques détails sont peu évidents, comme les distances de commandement des généraux, bien qu’elles soient directement visibles sur la carte en faisant si nécessaire un zoom arrière. Bref, c’est dit au début du truc : simplissime ! ;o)

      Pour celles et ceux qui auraient cependant quelques difficultés avec la langue de William S., vous pouvez poser vos questions ici, au sujet des règles, et je tâcherai d’y répondre au plus vite. Cela déchargera un peu Valentin qui, par ailleurs, bricole sans répit pour rendre ce jeu aussi génial que possible.

  2. Précision importante de la part de Valentin Lièvre au sujet d’une erreur commise dans cet article et pas des moindres !
    En effet, lorsque j’affirme que les objectifs de victoire sont immuables, consistant à tous les capturer pour remporter un scénario, il s’avère que cela ne concerne pas la campagne du Pacifique. Il y est en effet possible de remporter certains scénarios en coulant des porte-avions ou détruisant des cibles prédéfinies, etc.

    Il m’arrive rarement de me réjouir d’avoir commis une bourde telle que celle-ci mais une fois n’est pas coutume !

    Avec mes plus plates excuses ; bon jeu ;o)

  3. Pour découvrir les possibilités de modification accessibles pour ce jeu, Valentin Lièvre vient de mettre en ligne une vidéo consacrée au mods. En dépit d’une certaine confusion dans le cours de cette publication manifestement conçue “on the fly”, il y est rapidement évident que modifier tous les aspects de HoS s’avère à la portée de n’importe quel joueur. La vidéo dure environ 45′ et est en Français ! Visible ici : https://youtu.be/ZqF2ovehOb0

  4. Pour les anglophones désireux d’avoir un aperçu plus visuel de l’approche que l’on peut avoir du jeu, je ne saurais trop recommander de visionner ce Let’s peek publié aujourd’hui par le youtuber DasTactic : https://youtu.be/VYIkcEmZw8o

    Petit bémol cependant, je ne partage absolument pas son opinion à propos de l’IA (récemment remaniée, qui plus est) et ne ferai aucun commentaires au sujet de ses compétences géographiques… ;o)

  5. Bonjour. Très interessé par ce jeu, Y a t’il une différence entre les versions Android, IOS et PC? J’ai cherché l’info mais il me semble pas l’avoir trouvé. En vous remerciant

Répondre à Yann S. (Palpatine) Annuler la réponse

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici