Accueil Tests March to Glory : une gloire de courte durée

March to Glory : une gloire de courte durée

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le studio Shenandoah est sur tous les fronts, il n’hésite pas à traiter la prise (ratée) de Moscou en 1941 et celle (réussie) de 1812 en passant par Gettysburg en 1863. Cette nouvelle ère napoléonienne va-t-elle être à la hauteur des autres productions ?

Les jeux de ce studio se caractérisent par l’étendue du public auxquels ils s’adressent. De conception légère, ils s’adaptent à tous les supports (PC, tablettes Android ou IOS…). Les règles sont simples, rapides, et même si l’historicité peut en pâtir, le challenge est toujours intéressant et ludique.

Alors, quand j’ai fini l’installation de March to Glory, je me suis lancé de suite sur le tutoriel sans chercher à lire le manuel.

Quelle joie, quel plaisir ! Tout d’abord, le jeu est en français, ensuite c’est d’une simplicité presqu’enfantine, le tutoriel est clair et j’ai hâte de passer aux choses sérieuses.

Direction le manuel, en anglais toutefois, où je m’attends à ingurgiter les centaines de pages habituelles sur le changement de formation, la réparation des ponts, le ravitaillement… Pas du tout, seulement huit sur les quatorze pages au total, le tutoriel a quasiment tout dévoilé !

Chargez !

Comme il se doit, le jeu commence par la page d’accueil, qui propose le jeu en solitaire ou en multijoueur, en PBEM par le biais du serveur de Slitherine, et les options de paramétrage. C’est dans ces dernières que vous pourrez choisir la langue, la qualité graphique et le niveau de difficulté (normal, difficile ou très difficile).

Le menu de la campagne, au départ, vous n’avez que le tutoriel ou Austerlitz de possible, au fur et à mesure les autres batailles apparaissent et se débloquent chronologiquement.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Notes
Multimédia
80 %
Interface
75 %
Gameplay
55 %
Article précédentNapoléon, chef de guerre
Article suivantInto the Breach : échec et mechs !
march-to-glory-une-gloire-de-courte-duree<b>Multimédia</b> : le jeu est très agréable, la musique et le bruitage sont au rendez-vous.</br> <b>Interface</b> : la facilité de prise en main est évidente, néanmoins la gestion des lignes de vision, le positionnement des marqueurs d’améliorations ainsi que la difficulté à comprendre certains mécanismes tempèrent le résultat.</br> <b>Gameplay</b> : excellent si on ne regarde qu’une bataille, très insuffisant au niveau de la campagne.</br></br> March to Glory offre un challenge très limité. Il pourrait s’adresser à des joueurs débutant dans les wargames, mais l’opacité de certains mécanismes non expliqués dans les règles peut en rebuter plus d’un. Le choix du découpage du terrain en zones a ses aficionados, surtout visuellement, mais rend incompréhensible l’absence de lignes de tirs. On a l’impression que les soldats de l’époque portaient des visières et ne pouvaient donc voir ce qui se passe dans une zone en diagonale.</br> Il pourrait aussi avoir une campagne digne de ce nom et non une suite de scénarios sans aucunes corrélations, un petit côté Jeu de Rôle, pourtant de plus en plus utilisé, pour améliorer ses unités entre deux batailles aurait été apprécié. Pourtant, il faut bien reconnaitre que le jeu est très agréable, il permet de passer un bon moment, et en cela c’est une réussite.

Quitter la version mobile