Avis aux amateurs de 4X light, de free to play multijoueurs et de jeux de stratégie en temps réel qui vous laissent quand même le temps de réfléchir entre deux actions, le très sympathique Neptune’s Pride vient de faire un bond technologique. Et incidemment ludique. Le studio australien Iron Helmet a en effet lancé récemment Neptune’s Pride II : Triton. En plus de ne nécessiter qu’un navigateur web, le jeu peut désormais se jouer avec une tablette ou un téléphone mobile (compatible HTML 5). En faisant ainsi de facto une sorte de web-boardgame, ou jeu de plateau taillé pour le Web. Voyez cette nouvelle vidéo pour un résumé des principales caractéristiques de Neptune’s Pride II. Notez que si le gameplay se déroule en temps réel, il est en fait plus proche de celui d’un PBEM, les joueurs ayant un certain temps, ajustable dans les options, pour effectuer leurs actions ou réagir à celles des autres.
Si certains veulent me rejoindre pour une partie (avec les options par défaut), suivez ce lien. Il y a 7 places de libres et le mot de passe est “gazette”. Les Ewoks sont priés de s’abstenir.

17 Commentaires

  1. Embarqué. Avertissement, j’ai essayé sur un smartphone récent et réputé puissant, ça passe mal quand même. Peut-être une fois accoutumé à l’interface, ça ira mieux. Pour l’instant je teste sur,PC.

  2. j’en suis !
    quelqu’un peut développer un peu le fonctionnement d’un tour ? genre on a jusqu’à une certaine heure pour valider nos ordres ?

    • Va sur la partie clique sur aide (bouton “?”, on le trouve souvent,,je ne sais plus où exactement, et là index. Sinon avec le réglage de la partie, ce n’est pas du tour par tour, mais du temps réel … réel

    • En fait on reçoit des revenus une fois par jour, ce qui permet de se développer et diverses actions. Double-clique sur une de tes étoiles et tu verras l’essentiel. Comme dit Vcube ça se déroule en temps réel mais ça se joue à la façon d’un tour par tour, une fois ou deux par jour. En fait on peut se connecter autant qu’on veut, pour suivre ce qu’il se passe, mais en général une fois ça suffit. Surtout au début quand c’est calme.

  3. Il reste deux places, on va attendre encore un tout petit peu, jusqu’à ce soir ou demain, au cas où, puis on commence. A 6 c’est déjà bien.

        • Quand il y a beaucoup de combats, ça prend plus de temps à suivre, ça dépend des parties, et des options (il y en a une pour forcer un déroulement par tour de jeu). Après ça reste de toutes façons le défaut d’un jeu en temps continu, il faut pouvoir surveiller dès que ça s’agite. Heureusement les actions sont rapides à effectuer.

          • C’est assez intéressant tout de même, ce temps réel “lent”. Certains arrivent d’ailleurs à parfaitement composer avec la nuit pour produire des effets de surprises.

        • Oula, ça grogne. Les scientifiques Lafritiens sont assez efficaces j’avoue.
          Par contre, j’ai un doute, serais-je un clone ou un simulacre ?

  4. désolé, 2 absences + le concept du temps réel (même lent) m’ont fait décrocher de la partie (je pensais que le tour/tour était actif ). et toutes mes excuses pour mon inactivité diplomatique, j’étais plutôt dans la découverte des mécanismes du jeu.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici