Jouable gratuitement depuis votre navigateur Web ainsi qu’avec iTunes et Android, Open Panzer, actuellement en version 2.9, est un wargame très conséquent sur la 2nde Guerre mondiale puisqu’il propose quatre campagnes pour un total de 72 cartes ainsi qu’une soixantaine de scénarios indépendants ! Il est possible de jouer quelques importantes nations de ce conflit (États-Unis, Allemagne, URSS…) mais aussi de prendre le contrôle d’états plus rares, comme la Pologne en 1939, ce qui est plutôt positif. Démonstration.

Wargame « pur et dur » au tour par tour, il est jouable à deux sur le même écran, chacun contrôlant un camp, et il est possible de sauvegarder sa partie. Les unités sont très nombreuses et il est prévu de pouvoir les améliorer, en acquérir de nouvelles, de les réparer et ravitailler contre du « prestige », la monnaie du jeu.

Les objectifs sont simples, il s’agit généralement de prendre le contrôle de plusieurs points sur la carte, assez détaillée : le terrain joue un rôle sur les déplacements et les combats.

Bref, si l’on sait faire abstraction des graphismes, sons et animations très minimaux, ce sont des heures de jeu tout sauf simplistes qui vous attendent. Une alternative gratuite à l’ancien Panzer General ou au plus récent Panzer Corps en somme.

Voyons ce que cela donne avec un récit résumé du scénario consacré à la bataille de Varsovie en septembre 1939, joué côté allemand.

I/ Premiers tours

Je dispose de forces assez conséquentes pour mettre un terme à la campagne de Pologne et prendre Varsovie. Avec ce qui m’a été alloué, il va être possible d’attaquer de trois côtés à la fois : nord-est et nord-ouest, ainsi que sud-ouest. Ailleurs, mes unités sont moindres.

Je m’attends à un rideau de troupes dans la campagne environnante et les faubourgs, puis à ce que la résistance se durcisse à mesure que je m’approche du centre-ville.

Mes troupes se composent surtout d’infanterie et d’artillerie, assez peu de blindés mais, en milieu urbain, ce n’est pas très utile. Pour m’appuyer, je dépense tout de même quelques centaines de points de prestige pour ajouter des bombardiers. Je ne m’attends pas à une réaction aérienne adverse trop poussée.

Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Carte complète et situation de départ.
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Ma pince sud, essentiellement de l’infanterie appuyée par trois batteries d’artillerie que je peux heureusement tracter (camions ou chevaux). Sa tâche sera de progresser vers la capitale, en nettoyant au besoin les poches de résistance. L’aéroport voisin va me permettre de déployer et ravitailler mes futures escadrilles. En effet, sans munitions ni ravitaillement, vos troupes ne peuvent pas se déplacer et / ou combattre. Le ravitaillement est fait en un seul clic et immobilise le pion pour le reste du tour.
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Comme je le soupçonnais, les bois à l’ouest cachaient plusieurs unités adverses, regroupées non loin du point stratégique. Si elles sont soutenues par deux batteries d’artillerie, leur effectif n’est pas complet (50%, soit 5 points sur 10) et les vaincre ne devrait pas être trop difficile. D’ailleurs, je dispose d’un soutien aérien bien utile pour réduire les canons au silence.
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Nous retrouvons les troupes quelques tours après. Malgré quelques chenillettes et barrages routiers, une bonne partie se fraie un chemin dans les quartiers sud de Varsovie. A l’ouest, j’ai fini de prendre le contrôle des bois auparavant défendus par l’adversaire. Même dispositif au nord, où je m’approche des premières maisons de la capitale, sans grande résistance. On notera en bas de l’écran les caractéristiques très détaillées des unités, ici du génie poseur de pont, utile en cas de cours d’eau à franchir. Beaucoup d’options sont disponibles. On notera par exemple que j’affiche la grille des hexagones, ce qui n’est pas du tout obligatoire.

II/ Vers la victoire

Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Alors que j’élimine les derniers défenseurs d’une bourgade au nord-ouest, les deux parties de la pince se rejoignent sous les murs de Varsovie. Je ne sais pas encore de quelles unités dispose l’adversaire, mais mes premières reconnaissances montrent déjà une concentration de canons qui semble importante. De plus, la Vistule partage en deux la ville et le contrôle de ses ponts va être important. En effet, elle est infranchissable autrement.
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
A partir de là la résistance polonaise se renforce comme je le craignais. Néanmoins il devrait être possible de l’emporter. Le plus gênant, ce sont surtout les nombreuses batteries d’artillerie. Lorsque j’attaque, elles soutiennent en effet leurs troupes à tour de rôle. De plus, quelques canons de DCA bien placés sont une épine dans le flanc de mon aviation. Pourtant ce n’est qu’une question de temps, car je dispose de la supériorité à la fois numérique et matérielle.
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Les combats font rage sur les bords du fleuve dont je me rapproche peu à peu, contraignant les forces adverses à se replier vers le pont. Chaque pâté de maison est défendu et, en effet, les pièces ennemies prélèvent un lourd tribut sur mes troupes. Heureusement, de nombreux renforts arrivent, dont de l’aviation et des blindés. Un peu tard ? Poursuivons tout de même…
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
C’est la fin ou presque. Les dernières poches de résistance dans les quartiers est se rendent peu à peu, alors qu’une unité de cavalerie est pratiquement prise au piège tout à l’orient de la carte. Je m’empare des derniers points stratégiques, non sans perdre encore des troupes. Découvrant le jeu, il m’a fallu 15 tours pour l’emporter mais il est possible de faire bien mieux !
Open Panzer - AAR Bataille de Varsovie
Au final cela m’a pris un peu moins d’une heure, en y allant tranquillement… Quand je disais qu’il il y a près d’une centaine de scénarios au total, le calcul est donc facile à faire. Si le jeu vous plait, il est possible d’y rester longtemps sans rien débourser.
Pour jouer à Open Panzer, rendez-vous directement sur le site Web openpanzer.net ; pour plus d’informations sur le jeu, voyez sur www.linuxconsulting.ro/openpanzer/

3 Commentaires

  1. Cela ressemble beaucoup à du OpenGénéral (lui aussi gratuit mais qui s’installe sur le disque dur) qui reprend Panzer Général II dans le but de l’améliorer
    L’approche est tactique comme ici contrairement au premier PG

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici