Penchons-nous ce week-end sur la dernière production du studio The Artistocrats pour Order of Battle, la bien nommée Red Star. Extension consacrée exclusivement à l’Armée rouge, ce DLC propose treize scénarios sous forme de présentation pour cette nouvelle faction, avec quelques batailles pré WW2, pour entrer par la suite de plain-pied dans le vif du sujet, avec une interprétation toute personnelle de Barbarossa.

Order of Battle n’est pas une simulation et n’a jamais été revendiqué comme tel par ses créateurs. Certains joueurs s’en sont d’ailleurs plaints dès la sortie du jeu, arguant que s’il était distrayant, ce qui tombe bien puisque tel était son but premier, le studio prenait trop de liberté à leurs yeux pour mériter les éloges faits à son endroit. Je soupçonne ces personnes, soit de s’être fait une raison depuis, soit d’être simplement passées à autre chose, plus digne de leur temps.

Ceux-là seront indifférents à ce compte-rendu, tandis que les autres plus ouverts d’esprit ou simplement plus joueurs seront satisfait d’apprendre que cette extension, si elle persiste dans l’hérésie de ne pas pouvoir faire office de livre d’histoire animé, n’en demeure pas moins un add-on conforme aux attentes qualitatives des plus exigeants.

Ceci étant, ce préambule n’arrive évidemment pas tel le tif de Tondu sur la soupe paroissiale du samedi soir. Si j’ai été le premier à défendre la liberté de ton revendiquée ouvertement par le jeu de base, je dois admettre qu’il m’arrive d’être troublé par certains aspects peu historiquement casher. Je vais venir au fait mais commençons par le début. Cette nouvelle campagne de treize scénarios s’ouvre sur la bataille du lac Khasan qui, comme chacun sait… se trouve sur la frontière russo-chinoise, non loin de celle de la Corée du Nord.

Les choses se corsent pour nos amis communistes.
Une série qui commence à sérieusement s’étoffer.
Un préambule original mais un peu trop court.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Pas révolutionnaire mais néanmoins indispensable.
  • Treize scénarios variés en termes d’adversaires et de champs de batailles.
  • L’Armée rouge offre -enfin- un vent de nouveauté très attendu.
  • Version française disponible.
  • Des scénarios difficiles pour les nouveaux venus, mais une campagne progressivement dosée.

  • L’IA bien que dans la moyenne déçoit par son manque d’évolution à long terme.
  • Même déception vis à vis des cartes aux terrains immuablement stéréotypés.
  • L’illustration musicale aurait pu prendre des accents slave ; encore une occasion ratée !
  • Historiquement -et militairement- assez peu réaliste même si c’est assumé.

Notes
Multimédia
75 %
Interface
75 %
Gameplay
80 %

Infos pratiques

Date de sortie : 08 août 2019
Éditeur / Studio : Matrix - Slitherine / The Artistocrats
Prix : 14,99 € - 12,49€
Site officiel :

Fiche chez chez Matrix ; fiche chez GoG ; fiche sur Steam.

Remarques :

À voir absolument, l’Unit Navigator, aide de jeu développée par un fan de la série.

Pour de plus amples informations concernant Order of Battle et ses précédentes extensions, voyez cette sous-rubrique de notre site puis cette fiche sur Steam, ou cette page chez Matrix.

Le jeu de base Order of Battle étant gratuit, il permet à la façon d’une démo de jouer librement les premières missions de chaque extension.

Article précédentTalisman : Clockwork, Pandora’s Box, Assassins et promos
Article suivantRebel Inc. arrive sur Steam

2 Commentaires

  1. très bonne analyse. j’ai le même ressenti à savoir que l’on ne s’ennuie jamais dans ce DLC: les missions sont variées et on arrive à la fin sans s’apercevoir que l’on a fini les 13 scénarios! un des meilleurs DLC pour moi. Meme si on regrette qu’il n’y ait pas plus de nouveautés : l’upgrade de l’infanterie russe en gardes d’elite ne rajoute rien !

    • L’un des meilleurs DLC de la série, on est d’accord. En même temps, il s’agit je crois du sixième et comme je le note quelque part, aussi bien en termes d’évolution de l’IA que de plus value au niveau de la production globale, on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine uniformité qui modère l’enthousiasme. Ce que vous notez au sujet des upgrade pour l’infanterie n’est que symbolique de l’ensemble. D’ailleurs, à ce sujet, il faut garder à l’esprit qu’il ne s’agit ici que du premier volet de la trilogie consacrée à l’Armée Rouge ; les unités sont appelées à évoluer considérablement d’ici l’ultime DLC, qui devrait les conduire à se balader “unter der linden”… ;)
      Plus que des upgrades, certes toujours agréables à gérer dans sa partie, on aimerait voir pointer les prémices d’évolutions plus spécifiquement orientées système de jeu et IA !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here