Voilà un nouveau Panzer « quelque chose », mais celui-ci est annoncé comme révolutionnaire, aussi bien au niveau graphique, avec le passage à la 3D, qu’au niveau de l’Intelligence Artificielle, plus réactive, sans oublier les règles qui lui sont propres. Essayer un jeu en accès anticipé n’est pas si facile. Vous devez oublier les défauts de jeunesse (bugs, crash intempestifs et autres) tout en imaginant les fonctionnalités futures. Néanmoins, une chose est sure, la première impression est souvent définitive.

La 3D un passage obligé ?

Je ne vais pas tourner autour du pot, ma première impression est plutôt négative. La 3D n’est pas une nouveauté, déjà elle avait été essayée en 1999 avec Panzer General 3D. Certes, ce n’était pas une véritable 3D, seuls les icônes l’étaient, mais c’était un début. Déjà à l’époque le résultat n’avait pas remporté l’adhésion de la communauté.

La question qui se pose est de savoir si cette amélioration en est vraiment une. Comme vous pouvez vous en douter, pour moi, la réponse est non. D’ailleurs, on doit se poser la question pourquoi la série Panzer Corps n’est-elle pas sortie directement en 3D ?

J’ai donc lu avec attention les différents avis sur le Web et dans l’ensemble, Panzer Strategy est très bien accueilli, certains vont jusqu’à encenser la qualité du graphisme 3D, considérer que c’est un avant-gout de Panzer Corps 2 (annoncé aussi en 3D), annoncer que le studio ukrainien est responsable du développement de ce dernier chez Matrix / Slitherine. Toujours est-il que les avis négatifs existent aussi et ils rejoignent mon analyse.

D’accord, la modélisation est correcte, mais quand vous voyez un Stuka se déplacer lentement en suivant le tracé hexagonal de la route pour bombarder la cible à l’horizontal, c’est moyen. Vous passez votre temps à double-cliquer rapidement pour éviter l’animation et perdez ainsi un des « plus » graphique du jeu.

 

La vue 3D presqu’au zoom maximal. En haut à droite, la carte stratégique obligatoire avec nos unités en points verts pour éviter d’en oublier.
Un Stuka lors d’une attaque.
Mon véhicule de reconnaissance a identifié les ennemis (en rouge), la vue est plus éloignée.

Et le gameplay ?

La prise en main n’est pas si aisée. Le mécanisme à la Panzer General est facile à appréhender, néanmoins on peut facilement se tromper en sélectionnant les unités ou en les déplaçant. Pas de remède, il n’y a pas de fonction pour annuler la dernière action. Pour désélectionner une unité, vous devez soit en sélectionner une autre, soit cliquer de nouveau sur elle. Les bases aériennes sont opérationnelles dès leurs captures, mais ce n’est pas le cas de tous les objectifs. Les lignes de ravitaillements sont affichées. Elles ajoutent à la fin de chaque tour munitions et carburant aux unités présentent, les avions devant retourner à leur base. Certains aspects demeurent toutefois mystérieux, comme le ravitaillement qui ne se fait pas sans raisons apparentes.

Il n’existe aussi aucun marqueur pour afficher les unités ayant déjà agi ou pour passer à la prochaine unité active, c’est bien dommage. Et il n’y a pas non plus, pour l’instant, de version française.

Bilan

Il ne s’agit évidemment pas ici d’un véritable test. Le jeu en plein développement est présenté sous forme bridée, pas de possibilités de renforcer ses unités, ni de possibilités d’achats par le biais des points de prestige. La version finale sera certainement plus aboutie et accompagnée d’un manuel explicitant les mécanismes propres à ce jeu.

On peut toujours s’émerveiller sur la charte graphique, mais on est encore loin de qualité d’autres jeux plus aboutis en terme de modélisation. L’intérêt ici de la 3D, même avec le fameux moteur graphique Unreal, est cosmétique et très vite on évite les animations. Chacun affinera son appréciation avec la version finale de Panzer Strategy, qui, je l’espère, sera plus ludique que l’actuelle version bêta. Tout dépendra d’abord du gameplay.

Pour plus d’informations sur Panzer Strategy, dont la sortie de la version définitive pourrait avoir lieu en fin d’année, ou au début de l’année prochaine, voyez le site officiel ou cette fiche sur Steam.

 

NDLR : cet article est ouvert à tous. Vos abonnements sont importants pour que la Gazette du wargamer puisse continuer d’évoluer tout en proposant aussi des articles en accès libre. Pour soutenir le site et son équipe, abonnez-vous.

Un char volant, difficile de lutter…
Entre deux batailles, on pourra améliorer nos unités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here