Que vaut Battles Magazine 12 ?

14
506

Je suis tombé pour la première fois sur Battles Magazine au printemps 2018. J’étais très surpris de n’avoir jamais entendu parler de ce magazine indépendant sur les wargames qui en était déjà au numéro douze. Je décide donc de le commander et de les soutenir, fort intéressé par le fait qu’il soit indépendant et donc non adossé à un éditeur. Leur slogan m’a bien fait rire également The most delayed magazine since Gutenberg.

Je reçois mon exemplaire fort tard mais juste avant de partir en vacance ! Ha oui c’est en anglais j’ai oublié de le préciser. Sauf que, surprise, le rédacteur en chef, Olivier Revenu, est Français et le magazine fabriqué en France !

 

Battles Magazine #12 est fort de 132 pages avec quelques publicités non envahissantes. La mise en page est compacte, le tout aéré avec de grandes pages photos. Il est plaisant à lire même si la police de caractère est un peu petite les soirs de fatigue.

Il est temps de vous parler des articles maintenant.

Le premier article de la section “Société secrète” est sur le Kriegsspiel. Un article à lire absolument et qui laisse rêveur. Je fais aussi connaissance avec le niveau d’anglais requis supérieur à la moyenne. Ce n’est pas le cas de tous les articles mais là on ressent bien que c’est la langue maternelle de l’auteur !

Les revues sont bien équilibrées entre wargames tactiques, opérationnels et stratégiques. On retrouve : Liberty or Death, Cruel Morning, Ligny 1815, Bitskrieg, FAB : Golan ’73, Old School Tactical 2, Wild Blue Yonder, La Guerra di Gradisca, The Lamps Are Going Out et plus encore. Comme chaque auteur est différent c’est inégal en terme de niveau d’anglais et de rédaction. Rien de rédhibitoire mais vous aurez vite vos préférences. Les tests restent sérieux et ne passent pas à côté des défauts ce qui est appréciable. Une mention spéciale pour le test wargame pour les enfants avec Bitskrieg car je cherche toujours des jeux pour jouer avec mon petit.

 

La section “Most Wanted” est dédiée aux jeux à venir et chaque auteur est interviewé ! Ma section préférée et qui est malheureusement un peu courte à mon goût. J’en aurais repris quelques pages supplémentaires.

On trouve aussi des articles atypiques sur la création de wargames dont un de Philip Sabin sur le D.I.Y wargaming.

Et le jeu à l’intérieur ? Night Drop 2 Pegasus Bridge que vaut-il ? Le jeu couvre le 5 et 6 juin de la 6eme division aéroportée britannique qui doit prendre les ponts et faire sauter la batterie de Merville. La carte est magnifique, les pions de qualité mais je n’ai pas encore eu le temps de potasser le tout. En effet je suis ralenti par l’absence de la version électronique des règles, toujours pas disponible. Sûr qu’il sera un jour sur ma table et je ferai un compte-rendu promis.

Autant dire que je suis conquis par Battles Magazine, ravi d’avoir trouvé un magazine indépendant et je lui souhaite longue vie.

Bon, finissons sur une bonne nouvelle. Battles Magazine #12 est en promo à 20 € avec le code BLACK jusqu’au lundi 26 novembre alors si vous avez un niveau d’anglais acceptable foncez sur le site de Battles Magazine vous ne le regretterez pas.

14 Commentaires

  1. Intéressant, merci.

    Mais nous sommes le 25/11 et la promo a disparu. Le prix est maintenant de 29,5 €
    De plus, 7,5 euros de frais de port (Belgique) pour une revue, je trouve cela largement excessif.
    Désolé…

  2. Effectivement, j’imagine que la promo limitée à 100 exemplaires est arrivée au bout.
    Lorsque j’ai vu la promo j’ai sauté sur mon clavier pour rédiger un article mais le temps de le faire et que ça passe en correction et bien il faut quelques jours.
    Pour les frais d’expéditions j’imagine que c’est à prix coutant.
    Les magazines de wargame sont tous chers étant donné les petits tirages. Encore avec Battles Magazines je trouve ça acceptable (pour un envoi en France).
    Sinon attend une revente sur un site d’occasion, c’est que je fais avec les C3i :)

  3. J’ai contacté Battle Magazine, en fait la promo cours toujours et il faut mettre le code promo BLACK dans le formulaire de commande! Je corrige l’article.

  4. Ha merci ! Je n’avais pas pensé à aller voir sur BGG. Il faut mettre ce lien sur la page du Battle Magazine #12.
    Et la question qui tue : “Le prochain numéro est pour quand ? ” :)

      • L’idée était de présenter une image différente.Ce n’est d’ailleurs pas une caricature (il n’y a aucune volonté de se moquer) mais au contraire la volonté de leur donner une image vivante. Mais après, c’est un choix fort et il est normal que tout le monde n’accroche pas.

        • Je disais caricature surtout car les textes, rajoutés après comme tu dis en dessous a priori, donnent plutôt cette impression. Après cela m’avait intrigué car c’est en effet un changement de style net par rapport à la précédente. Ce qui n’est pas spécialement gênant, les couvertures de magazines ça change souvent, et chacun en effet apprécie selon ses goûts. Pour ma part je trouve le résultat sur fond blanc comme ça très joli.

  5. Oui c’est vrai pas un mot sur ta magnifique couverture Li-An ! Honte à moi. Ce que j’apprécie c’est le décalage par rapport aux autres mag qui vont faire du sérieux. Ça renforce le côté indépendant.
    Par contre je n’ai pas le niveau suffisant en anglais pour comprendre les vannes des paras.

  6. Bonour, ici Olivier le redac’chef et éditeur de Battles.
    Merci pour cet article. Je suis fan de Li-An depuis Planète Lointaine (ce qui veut donc dire depuis un bail..) et je suis donc très heureux de l’avoir en couv. Il sera encore là sur le prochain avec Solferino cette fois ci.
    Concernant les “bulles” accompagnant les paras : l’allusion aux cornemuses est directement tirée du film Le Jour Le Plus Long. Le reste est effectivement une caricature et un hommage au flegme britannique, des expressions souvent intraduisibles que seuls les anglais sont capables d’émettre en situation de stress intense. Je suis très “fan” des soldats britanniques. Et ça nous change aussi des “Hoo-Ha” plus virils des Gis américains.
    Concernant le prix du mag, il est effectivement élevé, désolé. Mais vu le faible tirage de tout ce qui est wargame en général, on ne peut pas vraiment faire autrement. Cependant, on reste en dessous du prix moyen des magazines wargames américains ou japonais de la même catégorie (incluant un jeu complet et des “vrais” pions) avec le double de pages en moyenne (on est à 132 pages..).
    Heureusement, le marché de l’okkaz fonctionne bien et on lance une opération promo au moins une fois par an. (mais attention : j’ai vu certains de nos mag en rupture de stock se vendre à plus de 120 € sur e-bay ou sur certains sites de boutiques en ligne…).
    Merci encore pour cet article et à bientôt.
    O.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here