Pour agrémenter votre attente à un arrêt de bus ou le matin pendant que vos tartines sont en train de griller, je vous invite à essayer ce jeu disponible gratuitement pour iPhone et iPad.

Vous vous retrouvez à la tête d’une petite ville dans le Far West (avec un un hôtel de ville, un saloon, une cabane de prospecteur, …) dont vous devez présider à la destinée en développant les différents bâtiments. De manière assez classique ces derniers vous permettent de développer vos ressources (or et marchandises), de renforcer la défense de votre communauté ou encore de débloquer des nouveaux personnages via un système de cartes.

C’est au saloon que se déroule ce tirage de cartes, gratuitement une fois toutes les deux heures. Free to play oblige l’achat optionnel de diamants permet de se payer plus de cartes. Celles-ci se répartissent en deux grandes catégories : les hommes de mains et des cartes bonus pour booster le développement de votre avant-poste. Avant d’aborder les différents types de personnages à votre service, parlons un peu du fonctionnement général du jeu.

Sur la carte stratégique vous vous rendez compte que votre bourgade est entourée par plusieurs autres villes qui sont sous la coupe d’un magnat du pétrole. Vous devez donc aller avec vos hommes dans chacune d’entre elles afin d’y faire place nette. Au fil des missions les batailles se complexifient et les adversaires gagnent également en nombre et difficulté.

Gestion de la ville et hommes de mains

Vous commencez par des traditionnels cowboys, que vous devez aligner au mieux pour les premiers combats. Ils seront rapidement rejoint par un genre de « boite de conserves », un cowboy qui encaisse bien les balles et fera office de tank dans les attaques des villes, puis un « papi explosif », très faible au corps à corps mais redoutable pour faire sauter les bâtiments. Viendra ensuite un type armé d’une mitrailleuse Gatling pour des dégâts importants, ou un soigneur (chaman indien) ou encore un soldat à cheval (à la puissance considérable).

Même si on ressent une petite pointe de Clash of Clan dans le mode de gestion de la ville la sensation se dissipe très vite, simplement car il y a moins de combinaisons possible pour défendre sa ville des attaques. Pas de murailles dans un pueblo du Far West. Il faut disposer au mieux ses bâtiments de production et verrouiller le tout avec des tours de guets (de différents types et améliorables aussi). De toutes manières à l’usage on voit que la protection de sa ville n’est pas le point le plus crucial du jeu.

Combat et gestion de ses mains de cartes

La pioche des cartes se fait donc en jeu toutes les deux heures et vous pouvez grâce à elles y trouver une aide salutaire pour accélérer vos constructions et augmenter vos effectifs. Combiner les cartes est très simple, quatre cartes identiques permettent de faire apparaitre un personnage du même type mais aux caractéristiques plus importantes, nécessaires pour déloger l’ennemi de nouveaux campements.

Tout le sel de ce jeu est dans le déroulement en temps réel des combats, qui se font à la façon d’un dieu omnipotent manipulant ses créatures. Pour ceux qui connaissent Clash of Clans c’est le même principe. On dépose les troupes de notre choix dans des endroits déterminés de la carte et ensuite, on croise les doigts pour que notre choix et leur force de frappe soit suffisants pour déloger les ennemis et raser la ville adverse. La subtilité tient également dans le fait qu’on dispose d’un certain nombre de points de mobilisation, que l’on peut augmenter en développant les bâtiments adéquats. Pas de gros-billisme possible en lâchant toute son armée en une grosse force qui raserait tout sur son passage.

Enfin lors des combats, la destruction de bâtiments vous octroie des points supplémentaires pour ainsi mobiliser davantage d’hommes sur le terrain. Il faut en user en avec soin.

 

Compass Point West
Ensemble des cartes des Hommes de main à disposition, ceux en gris sont à l’infirmerie. Le cumul de 4 cartes identiques permet d’avoir un personnage plus puissant.

compass-point-west-test-07
Tirage au sort de 2 cartes gratuites toutes les deux heures. Il est bien sûr possible d’acheter des paquets supplémentaires.
compass-point-west-test-04
La carte stratégique avec les villes à attaquer autour.
compass-point-west-test-05
La collection de bonus divers et variés, cumulables également.
compass-point-west-test-08
Vue générale de sa ville.
compass-point-west-test-06
Récapitulatif après une bataille, quelques blessés, des marchandises, de l’or et un gain de temps pour votre prochain tirage de carte.
compass-point-west-test-09
Zoom sur l’infirmerie.

Pour conclure ce survol, en résumé Compass Point : West est un sympathique petit jeu free to play, sortant des chemins battus par sa thématique et offrant des combats amusants qui méritent bien de laisser parler les colts pendant quelques semaines.

  • Il est amusant de voir ses cow-boys s’écharper et se lancer à l’assaut des campements ennemis.
  • Le jeu est plutôt joli et les animations sont sympathiques.
  • Les temps de chargement sont relativement longs.
  • Jeu pour smartphone, avec le manque de profondeur inhérent à ce genre de support.
  • A éviter si vous détestez le style Clash of Clans et / ou le genre free to play.
Infos pratiques

Date de sortie : 25 mars 2015

Studio – Éditeur : Next Games

Site officiel : www.compasspointwest.comfiche sur iTunes

Prix : gratuit (téléchargement – free to play).

6 Commentaires

  1. “A éviter si vous détestez le style Clash of Clans et / ou le genre free to play”…
    Argh, big No, No, en ce qui me concerne. Dommage parce que le style western, en revanche… :o)

  2. Espérons que ce test donnera envie à un éditeur de se lancer sur cette thématique, et d’y ajouter un bon brin de stratégie pour nous sortir un titre accrocheur sur PC. Je pense qu’il y a un créneau à prendre.

  3. C’est effectivement peu fréquent les attaques, j’en ai moi même reçu peu. L’intéret c’est surtout de prendre des mines qui rapportent plus régulièrement. Personnellement, je préfère l’attaque des campements, je trouve ça plus intéressant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here