D’apparence plutôt simple, particulièrement en ce qui concerne la modélisation du terrain et des unités, le récent Vietnam ’65 offre un défi plus intéressant et original qu’il n’y parait. Explications et démonstration.

Le principe du jeu est simple, dans une région relativement neutre au départ, il faut conquérir le coeur des populations tout en chassant les rebelles Viet-Congs et en repoussant les incursions de l’armée Nord-vietnamienne (ANV).

La modélisation des combats n’est pas vraiment le point fort du jeu, mais elle est suffisante pour inviter le joueur à réfléchir à deux fois au niveau de ses mouvements. En cas de bataille, soit l’ennemi est repoussé, et donc disparaitra dans la jungle, soit vos troupes sont blessées. Dans ce cas il vous faudra les renvoyer se faire soigner au QG. Ce qui implique donc de prévoir des rotations d’unités. Si une unité blessée perd un second combat, elle sera éliminée, vous perdrez alors d’une part son expérience (acquise au fil des précédents combats, et qui octroie un léger bonus) et de l’influence dans la région.

En effet pour gagner il faut faire basculer dans son camp le plus possible de villages. Si la carte du jeu est générée aléatoirement à chaque nouvelle partie, il y a toujours dix villages. Ceux situés près des routes sont évidemment les plus accessibles, et inversement ceux enfoncés dans la jungle sont souvent un piège en terme de temps nécessaire pour s’y rendre (le type de terrain n’influe absolument pas sur les combats).

En effet vous aurez pendant l’essentiel de la durée d’une partie plus d’objectifs potentiellement à atteindre que de moyens pour le faire. Tout est donc question de bien définir ses objectifs, fonction des aléas du terrain et de l’apparition progressive des Viet-Congs.

En début de partie vous avez un budget permettant d’acquérir quelques unités. Ce budget s’épuisant assez vite, pour le regonfler il va vous falloir décrocher des victoires. C’est à dire essayer de débusquer l’ennemi…

Lors des combats, selon les types d’unités en présence vous avez entre une chance sur deux et quatre chances sur cinq de l’emporter.

Les blindés et hélicoptères d’assaut sont très pratiques en soutien. Et bien sûr les hélicoptères de transport Huey sont eux indispensables, tant pour déplacer rapidement vos troupes que pour les ravitailler. Toutefois parmi les unités les plus importantes du jeu il y a d’une part les bérets verts et d’autre part les ingénieurs.

Les premiers permettent de faire de la reconnaissance et de former des recrues dans les avant-postes. Ces recrues sont moins efficaces au combat que l’infanterie US, mais coûtent moins cher en points politiques, et suffisent très bien pour effectuer des patrouilles ou tenir des positions dans des zones où il y a peu d’affrontements.

Attention, étrangement au combat les commandos sont l’unité la plus faible de vos forces. Comme en cas de pertes ils sont couteux à remplacer, il faut donc ne pas les utiliser en attaque (ils sont invisibles pour l’ennemi), et avoir non loin en soutien des unités susceptibles de pouvoir intervenir rapidement, typiquement un char d’assaut ou un hélicoptère de combat.

Les seconds ont pour avantage de pouvoir construire des routes, effectuer de la déforestation pour mieux circuler dans la jungle, ravitailler en carburant ou réparer un véhicule endommagé, et surtout, ils peuvent construire des bases (une base d’appui-feu et des plus petits avant-postes). De celles-ci dépendront beaucoup le niveau de votre victoire.

Donc pour gagner il faut sécuriser le plus de villages possibles. Le QG américain étant toujours à l’est, et a priori l’ANV arrivant elle toujours par l’ouest (qui représente la frontière avec le Cambodge), mis à part les raids de rebelles Vietcongs qui eux surgissent un peu partout sur la carte (le long d’une piste invisible dite Ho Chi Minh), on devine aisément que les villages les plus à l’est seront les plus faciles à tenir, et ceux les plus à l’ouest seront les plus risqués. Surtout si vous n’avez pas de bases secondaires dans le secteur.

On gagne des points politiques quand on détruit une unité ennemie et quand l’on rentre dans un village “en feu”. En effet comme vos forces ne pourront guère stationner tout le temps au même endroit, après être passé dans un village pour récupérer des informations, c’est à dire avoir une chance de localiser une unité ennemie sur la carte, une fois vos unités parties ce village pourra être menacé par l’influence de l’ennemi.

Il n’y aura pas systématiquement d’unités ennemies présentes (les villages ne sont pas occupés au sens strict du terme), la fumée indiquant juste une activité dans le secteur. En envoyant de l’infanterie inspecter cette activité suspecte, vous gagnerez quelques points politiques et petit à petit verrez le drapeau US à la place d’un drapeau neutre voire du drapeau ennemi.

Pour suivre votre progression au fil des tours vous avez un indicateur simple de points de victoires. Il représente la moyenne de votre influence dans les villages et commence à 50, les points pouvant monter ou diminuer selon les événements. Plus vous aurez de points, plus globalement la situation sera sous contrôle et l’ennemi peu dangereux. A l’inverse, plus vous perdrez de points, plus l’ennemi gagnera du terrain, et pourra même recevoir plus d’unités.

Il y a deux niveaux de difficulté dans le jeu, Normal, qui devrait plutôt être appelé facile, et Difficile, qui là offre un réel défi. En plus d’un tutoriel sommaire résumant l’essentiel des règles, il vaut mieux se familiariser avec le gameplay de Vietnam ’65 au niveau “normal” avant de s’attaquer à une partie difficile. En effet, tout l’intérêt du jeu vient du fait que la plupart du temps on ne sait pas où est l’adversaire. On a des indications, une orientation générale (votre offensive va de l’est à l’ouest), la carte stratégique note systématiquement toutes les activités précédentes de l’ennemi, mais la plupart du temps, on est dans le brouillard.

En conséquence on fait très facilement des erreurs d’appréciation, ou tout simplement par moment on est pris par surprise. Si une de vos unités d’infanterie traverse malencontreusement un champ de mines, qui causera un niveau de blessure, et que non loin vous suspectez la présence d’ennemis, vous augmentez nettement vos chances de perdre une troupe. Donc de perdre du terrain, des points politiques, mais aussi de redonner des points à l’adversaire.

De fait il vaut mieux rapatrier à l’abri une unité blessée (la soigner coûtera aussi des points politiques), ce qui souvent force à changer ses plans. Particulièrement en début et milieu de partie, moins en fin de partie si l’on a bien réussi à se positionner et à endiguer la révolte.

Vietnam ’65 est pour un petit wargame une bonne surprise, loin des jeux simplistes que l’on voit trop souvent sur iPad. Il traite intelligemment d’un aspect précis de la guerre du Vietnam, et si il ne simule pas du tout les combats en détail, et encore moins la guerre dans son entier, il offre néanmoins des choix tactiques très intéressants et simule plus globalement ce que pouvait être une opération militaire dans ce conflit si particulier. Où l’ennemi était quasi invisible, mais pas inoffensif pour autant.

Pour vous donner une meilleure idée du déroulement du jeu, voyez ci-contre le résumé d’une partie relativement facile faite lors de mes essais. Si d’une partie à l’autre la logique reste évidemment la même, en montant la difficulté d’un cran on obtient un défi tactique bien plus corsé.

A voir aussi en complément cette vidéo découverte de Sukhoi et la 1ère partie de son Let’s Play qui a suivi.

vietnam-65-test-01
T. 4 – Mon QG est à droite, au bord de la rivière. Je progresse rapidement vers les quatre premiers villages et alors que mes relativement fragiles ingénieurs arrivent, des Vietcongs font irruption non loin de l’endroit où je compte installer ma base d’appui-feu, afin de sécuriser tout ce secteur. Le combat est moyennement risqué, j’ai deux chances sur trois de l’emporter avec mon infanterie tout juste débarquée de son hélicoptère de transport. L’interface du jeu est simple, ce qui facilite la lecture de la situation. L’icône bleu sous les hélicos indiquent qu’ils vont bientôt être à court de carburant, et donc doivent retourner au QG.
vietnam-65-test-02
T. 4 – Carte stratégique. Pas grand chose à signaler pour l’instant. J’ai envoyé très rapidement des commandos en éclaireurs à l’ouest. Chaque carte étant générée aléatoirement, la tactique peut beaucoup changer selon les parties. Ici cette carte offre des accès très faciles à huit villages (les drapeaux jaunes), seul deux étant relativement à l’écart dans la jungle (l’un plein sud, l’autre au nord-ouest). Les punaises rouges et bleues indiquent la présence de Vietcongs. Mes points de victoire sont indiqués en bas à droite, par la courbe verte et le chiffre à coté d’un coeur (aux couleurs de la faction dominante, neutre pour l’instant).
vietnam-65-test-03
T.6 – Vue de la situation à l’ouest. Je visite un village pour obtenir des informations sur la présence ennemie dans le secteur. Au sud un village est en feu (cf. colonne de fumée sous la petite fenêtre au centre de l’écran). Pour l’instant tout est calme, mais après cette zone devrait grouiller d’adversaires, d’autant plus que l’armée nord-vietnamienne arrivera par la gauche). Les cases entourées en vert clair sont celles où je peux débarquer mon infanterie à bord d’un hélicoptère. On ne peut débarquer ni dans la jungle, ni dans les rizières. Ni non plus directement dans un village ou sur une case avec une rivière. On voit ici qu’il reste à l’hélicoptère sélectionné 3 points de ravitaillement, donc 3 tours de mouvement après quoi il devra impérativement atterrir dans un avant-poste ou au QG. Le suivi et la gestion du ravitaillement implique quand même pas mal de micro-gestion afin d’optimiser les rotations d’unités.
vietnam-65-test-05
T.6 – Vue de la situation à l’est. Deux villages se sont ralliés à nous. Deux autre sont en feu (cf. colonne de fumée). A nouveau des Vietcongs harassent mes troupes non loin de ma nouvelle base d’appui-feu. Mon char d’assaut M48 Patton a 4 chances sur 5 de les repousser sans être endommagé (dans tous les cas l’ennemi s’enfuira). Les unités qui seront à court de ravitaillement pourront se réfugier dans la base secondaire, et attendre un largage venant du QG. A noter que l’on peut obtenir un soutien aérien, moyennement couteux mais très efficace pour éliminer une cible si vous n’avez plus personnes pouvant intervenir, et demander un ravitaillement d’urgence, moyennement couteux aussi, permettant d’éviter de perdre une unité qui serait trop loin de ses bases.
vietnam-65-test-04
T.8 – Deux villages se sont ralliés aux américains, pour un temps du moins. Il y a encore peu de Vietcongs dans le coin. J’ai pu construire en toute tranquillité ma base d’appui feu. Un blindé vient d’arriver et sort tout juste du QG. A l’ouest mon infanterie s’est avancée le long de la route, qui était minée … Heureusement le secteur est toujours calme, mais par prudence ils vont devoir d’urgence être évacués par hélicos. On peut donner l’ordre aux soldats de passer un tour à déminer (autour d’eux), mais alors ils ne se déplaceront pas. Pendant toute la partie il faudra se méfier des mines pouvant être posées même sur vos arrières / flancs par les Vietcongs. A noter aussi que certaines unités Vietcongs sont équipées de lance-roquettes, pouvant “blesser” un hélico lors d’attaques surprises (sauf si vous avez eu des informations dans un village sur l’emplacement d’une embuscade).
vietnam-65-test-07
T. 24 – A l’est ça barde régulièrement de tous les cotés de la rivière mais les Vietcongs sont maintenus à distance. Je n’entre quasi pas dans la jungle, et quand ils en sortent, ils y repartent très vite. A l’ouest je tente de repousser l’infanterie nord-vietnamienne (punaises rouges vifs) et les Vietcongs qui par là aussi arrivent de temps en temps. Mon M48 épaule l’infanterie et protège mon second groupe d’ingénieurs. Pour l’instant je tiens 4 villages, mais l’ANV a fait aussi une brève incursion sur la route au nord. Mes forces tiennent bon, même si elles sont très étirées le long de la rivière.
vietnam-65-test-09
T. 40 – La victoire est à portée de mains. Je tiens six villages, bénéficie d’un bon réseau de routes, et d’un ravitaillement aérien rapide. Les affrontements sont toujours fréquents, mais, avec probablement un peu de chance, je n’ai eu qu’une ou deux unités éliminées, toutes les autres ayant pu être soignées. Mon artillerie est récemment venu soutenir à l’ouest le char et l’hélicoptère d’assaut. Si les vietcongs me harcèlent régulièrement, l’ANV n’aura donc jamais pu prendre pied dans la vallée.
vietnam-65-test-06
T. 12 – Cela commence à chauffer. A l’est mes commandos ont formé des recrues vietnamiennes pour sécuriser les arrières, où j’ai positionné dans ma base d’appui-feu de l’artillerie pour pilonner les Vietcongs passant souvent dans ce secteur. A l’ouest l’armée nord-vietnamienne fait son apparition. Heureusement j’ai construit non loin un avant-poste (permet surtout de regagner 1 pt de ravitaillement par tour pour une unité) et je vais donc verrouiller ma position le long de la rivière. J’ai régulièrement des blessés, mais dans l’ensemble mes unités gagnent en expérience (ce qui est représenté par un chevron à coté de l’icône d’une unité).
vietnam-65-test-08
T. 28 – J’ai maintenant 5 villages. Et un hélicoptère d’assaut Cobra, pour soutenir avec mon char une avancée au sud-ouest. Mes ingénieurs construisent des routes le long de la rivière. L’ANV rode toujours dans les parages, mais est repoussée systématiquement. Heureusement car si elle parvenait à établir une base je perdrai alors beaucoup de points politiques.
vietnam-65-test-10b
T. 45 – Victoire décisive ! La partie est finie. On voit ici sur cette capture d’écran l’ensemble des positions présentes et passées de l’ennemi. Au total je tiens 7 villages. J’ai dû en tenir un huitième pendant quelques tours, mais il aura fini par redevenir neutre. Si cette bataille semble simple, c’est d’une part que la carte était relativement facile et d’autre part que je jouais ici en difficulté normale. Au niveau supérieur, donc difficile, de ce que j’en ai vu l’ennemi est plus nombreux, et vous pouvez plus facilement vous retrouver face à plusieurs bases cachées dans la jungle et à des attaques de blindés nord-vietnamiens, en plus de l’infanterie et des vietcongs …
  • La guerre du Vietnam !
  • Cartes aléatoires assurant une relative rejouabilité.
  • Bon rapport qualité / prix.
  • Graphismes et modélisation du combat trop simples.
  • Pas de musique d’ambiance et effets sonores répétitifs.
Infos pratiques

Date de sortie : 5 mars 2015

Éditeur / Studio : Slitherine / Every Single Soldier

Site officiel : fiche chez Slitherine ; fiche sur Steam ; fiche sur iTunes

Prix : 9,99 € en téléchargement

Disponible sur PC et iPad.

[wp_biographia]

5 Commentaires

  1. Un chouette test pour un chouette jeu.

    Une petite remarque pour la phrase suivante : “En cas de bataille, soit l’ennemi est repoussé, et donc disparaitra dans la jungle, soit vos troupes sont blessées”

    En fait non, soit l’ennemi est battu et détruit, soit nos troupes sont blessées et l’ennemi disparait dans la jungle.

  2. Perso j’ai un peu de mal avec ces histoires de 4 chances sur 5, et “si mon unité subit deux défaites elle n’existe plus”. Autant le reste me semble intéressant, autant cette partie là est risible.

  3. @ Chataigne : très juste, j’ai mal formulé cette phrase, merci pour la remarque !
    @ Borderline : au début ces différents pourcentages me semblaient aussi ne pas bien coller, ou représenter les combats. Et finalement dans l’ensemble le jeu est cohérent et on a en général assez d’unités / d’options, comme l’artillerie, le bombardement aérien, les hélicos, etc. faisant que l’on y pense pas trop. Cela reste un peu trop simpliste (à mon goût …) mais ça permet de jouer un peu plus rapidement.

    • Il faut trouver le truc, bien gérer ses actions fonction de ses points de ravitaillement, donc bien gérer les hélicos qui vont faire beaucoup d’allers-retours. Puis bien positionner sa base d’appui-feu (et après des fortins), fonction de la position des différents villages, du rayon d’action de ses hélicos de transport et de la configuration de la carte. Comme celle-ci est à moitié aléatoire, on peut se retrouver sur des cartes bien plus difficiles que d’autres, car les mouvements de l’infanterie seront gênés / ralentis.

      Ensuite il faut utiliser une unité de commandos pour former des recrues vietnamiennes, qui vont permettre entre autre de patrouiller plus de villages à moindre coût (et d’y obtenir des informations plus précises sur l’ennemi). Puis avoir un soutien d’artillerie, pour éviter de trop engager l’infanterie US (et donc qu’elle soit éventuellement blessée, forçant à la ramener au QG). Bien utiliser aussi le bombardement aérien pour éliminer une cible, et un hélicoptère de combat en soutien, ou un char d’assaut (si il y a beaucoup de plaines / routes – et si il n’y en a pas prévoir d’en faire avec les ingénieurs).

Répondre à Chataigne Annuler la réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here