Transport Fever a eu une bonne année pour mûrir depuis sa sortie, et il est temps de revenir sur ce jeu de gestion de transports assez ambiitieux. Son prédécesseur, Train Fever, n’avait pas fait l’unanimité, et tout jeu de ce genre est bien sur tout de suite comparé à Transport Tycoon, incontournable du genre depuis 1994 (!). Si l’inspiration est clairement tirée de cet ancien jeu-phare, Transport Fever met ses propres accents.

Bâtir et gérer un réseau de trains à vapeur, diesels ou électriques en 3D dans son salon; avions, bateaux et camions en option

Tout d’abord, les graphismes font très bonne impression. La modélisation des véhicules, plus de 120 différents, est soignée, les animations ont elles aussi bénéficié d’un travail important, ce qui fait que l’on prend plaisir à voir défiler les trains sur la carte. Il faut bien cela, car l’on passe pas mal de temps à attendre de réunir les sommes nécessaires à de nouveaux investissements dans les premières décennies du jeu. Faire parvenir personnes, matières premières et produits finis à destination est un défi de taille.

L’interface est simpliste, ce qui donne lieu à quelques forces et faiblesses. Elle est pratique pour la mise en place de routes de transport, qui se fait en quelques clics. Pour se plonger dans les chiffres par contre, elle n’est pas très affinée.

Quand on cherche un peu plus que l’essentiel (la profitabilité annuelle d’une ligne de transport), on est vite perdu. Améliorer sa marge de rendement, peaufiner des détails est une tâche ardue, qui demande de bien connaître le jeu et de rassembler des informations éparpillées dans plusieurs sous-menus.

À noter une tendance à faire apparaitre une nouvelle fenêtre pour chaque action, ce qui rappelle beaucoup Transport Tycoon et son inflation de fenêtres.

Le tutoriel permet de maîtriser rapidement les bases
Pour lire cet article dans son intégralité vous devez être abonné au site de la Gazette du wargamer. Vous retrouverez notre offre d'abonnement directement sur cette page : www.wargamer.fr/abonnement/

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Graphismes soignés.
  • Facile d’accès. Un concept simple et fonctionnel.
  • Moddable à souhait.
  • Version française disponible

  • Interface parfois trop superficielle.
  • Le défi à long terme manque

Notes
Multimédia
70 %
Interface
65 %
Gameplay
60 %

Infos pratiques

Date de sortie : 8 novembre 2016
Éditeur / Studio : Good Shepherd Entertainment - Urban Games
Prix : 31,99€
Site officiel :

www.transportfever.com ; fiche sur Steam

Remarques :

La dernière version, dite convenience patch, date du 2 novembre 2017. Elle corrige divers bugs et améliore un peu l’interface ou quelques aspects du gameplay. Une future mise à jour devrait arriver pour elle améliorer entre autres les performances du jeu.

Lien utile : le site www.transportfever.net propose aussi de nombreuses ressources et informations sur le jeu.

Article précédentModern War 33
Article suivantField of Glory II – Immortal Fire : premières images

2 Commentaires

    • La plupart des fenêtres font leur apparition dans la gestion des véhicules ici aussi. Pour acheter un nouveau véhicule. il faut cliquer sur un dépôt (1ère fenêtre), dans la liste de véhicules (2e et la 3e s’ouvre immédiatement, liée au véhicule acheté), en théorie cela peut s’arrêter là, mais en général il faudra cliquer sur un arrêt (4e) ou la liste des lignes de transport établies (5e) pour s’y retrouver, souvent les deux. Sans compter la vérification des chiffres de production/besoins pour une industrie ou une ville (6e et 7e, vu qu’on relie deux endroits), histoire d’adapter les capacités de transport à l’offre et la demande.

      On s’y fait vite mais je ne connais cette méthode que de Transport Tycoon 🙂

Laisser un commentaire