Dès l’introduction, le manuel donne le ton : “Il n’y a pas d’espoir, car l’espoir engendre la déception. Il n’y a pas de doute ; le doute engendre l’hérésie et les pensées pernicieuses. Il n’y a pas de salut, hors celui accordé par l’Empereur. Chaque secteur doit être conquis. Chaque bataille menée avec une foi inébranlable et une détermination farouche. En ces âges les plus sombres, ne sont que bains de sang et… la guerre.” Battlesector c’est de l’action brute, du gros rouge qui tache, sans distinction de rhésus et qui sait, peut-être à l’avenir, du vert profond ? Mais pour cela, il faudra attendre de probables DLC. Que les zélateurs de l’Imperium se réjouissent, les légions impériales vont toutefois pouvoir pourfendre du xeno à qui mieux-mieux ; les tyranids pullulent et ils sont vénères, à défaut d’être futés…

 

Games Workshop a une nouvelle fois confié sa fructueuse licence WH40K à un studio prometteur, Black Lab Games; dont le récent fait d’armes avec le développement de Battlestar Galactica – Deadlock aura certainement joué en leur faveur. Forts de ce chaperonnage prestigieux, ce studio ayant montré une compétence certaine à gérer un projet de cette ampleur, nous propose un jeu dont l’ambition probable est de faire entrer de plain-pied l’univers WH40K dans notre XXI siècle.

Quel éditeur autre que Slitherine aurait également pu, mieux à propos car fort d’une expérience déjà riche dans l’adaptation de cette licence, supporter plus efficacement un tel projet ! Voilà donc un pedigree fort alléchant dont la génétique du quarante-et-unième millénaire, associée à la technologie impériale n’aura certainement pas à rougir. C’est donc, peut-être, inspirés par cette association d’idée capillotractée, que Black Lab Games a décidé d’aborder la question d’un nouveau jeu de combats tactiques en tours alternés ; faisant de la Neuvième Légion impériale, âmes damnées de l’Empereur lui-même et exécuteurs des basses œuvres, le fer de lance de ce Battlesector.

Warhammer 40,000: Battlesector
Baalfora fut une planète accueillante mais ça, c’était avant !
Les unités ne sont pas gérables au niveau armée après avoir pris connaissance du briefing et de la mission à venir, ce qui réduit à néant l’intérêt de cet aspect stratégique. L’expérience gagnée se limite également au nombre de batailles effectuées, sans prise ne compte des actions effectives ; une unité restant sans combattre tout un scénario gagnera autant d’expérience que celle en première ligne de bout en bout.
La campagne unique comprend 20 scénario dont la variété s’avère correcte en dépit du manque de diversité des unités présentes. En quelques parties on a le sentiment d’en avoir fait le tour et ce n’est pas l’aspect narratif, souvent trop verbeux, qui maintient l’intérêt mais plutôt l’action.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

 

Points positifs et négatifs

  • Un moteur 3D rendant enfin justice à l’univers de Games Workshop.
  • La bande son et les bruitages, convaincants, quoique répétitifs mais comment faire autrement ?
  • L’option Momentum, un peu gadget au début mais appréciable en fin de campagne.
  • Des cartes / environnements de jeu agréables à découvrir.
  • Le mode Photo, innovation bien conçue mettant en valeur l’aspect graphique du jeu.
  • Une unique campagne, linéaire et scriptée ; chose que certains préférerons ?
  • Les animations de jump pack réussies lors des ralentis (tirs d’opportunité) mais ratées à vitesse normale.
  • Des lacunes navrantes dans l’ordre de bataille (Rhinos et volants, parents pauvres, encore une fois !).
  • Les effets gore c’est cool… tant que cela ne nuit pas à la lisibilité de la situation !
Notes
Multimédia
85 %
Interface
80 %
Gameplay
75 %
Article précédentPaper Wars 98
Article suivantWarhammer 40 000 – Battlesector : trailer et feuille de route

7 Commentaires

  1. Quelques précisions… : le sous-titre de l’article, Par le sang de Sanguinius, est le cri de bataille du Chapitre des Blood angels !
    Plus pragmatiquement, sachez que le jeu est livré avec traduction en Français incluse, ce qui devrait satisfaire certains joueurs potentiels.

  2. Pour l’expérience, il me semble même qu’elle n’est pas du tout prise en compte pour les unités: seuls les officiers gagnent des points leur permettant d’accéder à de nouvelles capacités.
    Les unités peuvent être remplacées immédiatement (seul la valeur totale déployée compte), et ne progressant pas, on peut joyeusement sacrifier des dizaines de Space Marines sans conséquence, ce qui aurait probablement eu plus de sens si on jouait le camp opposé…

    • Oui, c’est assez juste. Pour être très précis, chaque unité gagne un badge après avoir survécu à une bataille mais effectivement, cela n’est qu’honorifique. C’était déjà une chose que de ne pas prendre en compte l’expérience des unités, sans qu’il soit besoin de retourner la tronçonneuse dans la plaie en nous mettant ces badges sous le nez, comme autant de rappels qu’il aurait été tout aussi simple de prendre l’XP en compte…
      Cependant, comme vous le faites remarquer, les commandants eux peuvent, grâce à leur gains d’expérience globaux -des points acquis après chaque scénario- reporter sur les chapitres des avantages matériels ou sous forme de bonus. Cela permet alors d’ajouter des grenades ou autres buffs à certains groupes d’unités tout entiers. Au final c’est plus proche du gameplay sur table, où l’expérience des combattants en tant qu’individualités n’est pas non plus gérée.

  3. Une remarque utile trouvée par hasard, dans le forum du jeu sur Steam, et qui en dit long. Par un des responsables techniques chez Slitherine, au sujet du transfert d’expérience entre les missions pour les unités (qui sinon sont interchangeables) :

    “Some people love carryover, others less so. We try and please both. I would be surprised if future campaigns don’t include a carryover mechanism.”

    Donc l’absence d’expérience au fil des batailles est un choix de conception, pour satisfaire une partie des joueurs, qui fera très probablement l’objet d’un ajout au gameplay via une future mise à jour.

    Comme souvent, attendez les patchs…

  4. Un second chapitre du dev diary confirme le début d’une série d’améliorations du gameplay, avec par exemple un statut Vétéran pour les unités passant d’une mission à une autre. elles auront un bonus de 1% en précision et pour les coups critiques, par mission réussie. Rien de décisif donc. Un autre système optionnel ajoutera des points de Réquisition, limitant plus ou moins les combinaisons d’unités selon leurs valeurs respectives.

    Techniquement, il y aura plus d’options pour contrôler les réglages graphiques du jeu, ce qui peut s’avérer très pratique selon votre configuration PC.

    Voir : https://store.steampowered.com/news/app/1295500/view/2976303615854390688

  5. Hello,
    un commentaire qui va dans le sens du test ci-dessus.
    J’ai pu pratiquer quelques combats de la campagne Blood Angel.
    Le jeu est tout à fait jouable mais présente quelques imperfections qui pourtant semblent ‘naturelles’ pour un jeu du genre:
    – Interface brouillonne, que ce soit en combat ou en dehors, lors de la constitution de son armée.
    – Pas de minimap pendant le combat
    – Descriptions des objectifs peu claires (et souvent, il suffit de tuer tout ce qui bouge)
    – Les lignes de vues et couverts ne sont pas très clairs non plus
    – les impulsions, bof… plus tu massacres, plus tu vas massacrer…
    – bruit de cochon irritant des Tyrannides qui prennent des coups
    – jetons bonus de victoire qu’on obtient sans trop savoir pourquoi.
    Et après, les différents personnages de l’histoire n’arrêtent pas de causer! On a vraiment envie de leur mettre un bolt pour les faire taire…
    Malgré tout cela, je poursuis l’aventure mais je jouerai surement moins qu’à Sanctus Reach qui était beaucoup plus sympa.

    Voilà :)
    A bientôt.

    Nico

  6. Bonjour,
    Pour aller dans le sens général, j’ai fini la campagne solo depuis un certain temps. Tout ce que je peux dire, c’est que j’ai aimé le jeu, que j’avais du mal à décrocher, même si c’était un peu répétitif. Je n’ai pas vu l’interet de recommencer en changeant le niveau et l’ai désinstallé, et ça ce n’est pas un bon point.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici