Voici le premier volet d’un nouveau récit de partie dans lequel nous allons vous présenter un exemple de la manière dont Hearts of Iron IV permet de jouer avec l’Histoire du conflit mondial de 39-45 et particulièrement ici l’un de ses principaux acteurs, l’URSS. Cet AAR vous permettra de suivre cet été l’essentiel des événements vus sous l’angle de la Russie soviétique, depuis l’aube de cette immense guerre jusqu’à ses derniers soubresauts crépusculaires qui scelleront la fin d’un monde et d’une époque.

1936

L’URSS est une puissance de premier rang, son état en début de partie (janvier 1936) est cependant déplorable. L’économie est en mauvais état, l’armée est certes de taille correcte, mais mal équipée.

Ce qui en fait un adversaire redoutable, c’est la taille de son territoire et de sa population, lui donnant un potentiel quasiment illimité.

Le défi consistera donc principalement à faire un usage efficace de ce potentiel pour absorber le choc prévisible d’une invasion par l’Allemagne nazie.

Les premières mesures consistent à compenser les lacunes les plus critiques. L’effort national est orienté vers le plan quinquennal, une suite d’évènements axés sur l’industrie civile. Les lignes de production soviétiques ne sont guère en mesure d’apporter plus que le matériel de base ; incapable d’alimenter à la fois le déficit en armes légères et en artillerie de mes troupes régulières tout en formant de nouvelles unités, j’opte pour entrainer de nouvelles divisions d’infanterie.

En effet, l’entrainement est long et l’Armée Rouge doit couvrir de vastes frontières, autant commencer tôt à l’étendre.

hearts-iron-4-aar-russia-1936-01
Écran de sélection du pays.
hearts-iron-4-aar-russia-1936-02
Strelkovaya diviziya ? De la biffe, rien de plus

Concentrons-nous sur cette production industrielle : jouer au niveau vétéran comme dans cette partie limite l’efficacité maximale des lignes de production.

Il faut un certain temps après avoir débuté une nouvelle ligne ou changé le matériel produit par cette ligne pour atteindre le plafond d’efficacité, qui est lui-même limité par le niveau technologique et les choix politiques.

Doté d’une généreuse nature, l’état soviétique a tout intérêt à étendre sa base industrielle, il y aura suffisamment de matières premières pour les alimenter.

Les usines civiles ont la priorité pour l’instant, car elles contribueront plus tard à construire des usines à usage militaire. De plus, les usines peuvent être converties quand le besoin s’en fait sentir.

hearts-iron-4-aar-russia-1936-03
L’un de six choix de départ: le plan quinquennal.
hearts-iron-4-aar-russia-1936-04
Frontière biélorusse et écran de production.

1937

L’URSS coule quelques tranquilles mois, jusqu’à ce que la guerre civile espagnole éclate en juin 1937. C’est une excellente occasion qui s’offre pour rôder un peu la troupe, et maintenir au pouvoir un gouvernement favorable au communisme. Cinq divisions blindées équipés de chars légers partent faire le coup de feu.

Les nationalistes contrôlent essentiellement l’Ouest du pays, la première cible est vite trouvée : encercler une pointe de progression ennemie.

Les blindés soviétiques ne sont pas vraiment à la pointe de la technologie, ce sont des T-26. Pourtant, dans le contexte espagnol, leur puissance de rupture est énorme. L’infanterie fasciste n’est pas en mesure d’opposer suffisamment de pièces anti-chars, et n’a pas eu le temps de s’enterrer.

Après une percée à Saragosse, un territoire considérable est coupé de son ravitaillement.

hearts-iron-4-aar-russia-1936-05
La taille maximale du corps expéditionnaire est liée à la taille absolue de l’armée. Cette intervention échauffera l’opinion mondiale, ce qui accélérera le réveil militaire des démocraties.
hearts-iron-4-aar-russia-1936-06
L’Espagne est coupée en deux. Les nationalistes occupent le territoire marron, les républicains celui en jaune sable.
hearts-iron-4-aar-russia-1936-07
À la chasse aux unités nationalistes ! Koniev et son armée de blindés sont juste à côté de Saragosse, au centre des combats. Nationalistes (unités marron) comme républicains (unités bleuâtres) sont contrôlées par l’IA, je ne dirige que la formation de Koniev.

Les soldats fêtent cette victoire, Staline pourtant est loin d’être d’humeur à la fête. Les procès de Moscou viennent de débuter, la femme de Kalinine en est la première victime.

J’aimerais bien éviter ces purges, qui vont décimer les gradés de l’Armée Rouge et m’octroyer un malus au combat qui va durer jusqu’en 1941. Pourtant, je n’ai pas vraiment le choix, toute pitié dans ces procès entrainera à moyenne échéance une guerre civile. Saignons donc notre état-major …

Une foule d’évènements recrée l’ambiance de l’époque. Pas une semaine sans qu’un haut officier ne soit accusé de haute trahison.

Militaires, ministres, personne n’est épargné. Les talents de toute une génération passent malheureusement à la trappe.

Heureusement les choses tournent mieux en Espagne, où les Républicains que nous soutenons balayent les derniers franquistes.

hearts-iron-4-aar-russia-1936-08
Un évènement politique à choix multiples qui fait mal à la Russie de cette époque.
hearts-iron-4-aar-russia-1936-09
Fin 1937, Franco a le couteau à la gorge, il ne reste que quelques bribes d’Espagne sous contrôle nationaliste.

Pour plus d’informations sur le jeu voyez notre article Hearts of Iron IV, un nouveau souffle pour la série puis reportez-vous à cette page chez l’éditeur ou à celle-ci sur Steam.

A lire aussi en complément les articles suivants : Hearts of Iron IV : quels apports pour le patch 1.1 ? et AAR Hearts of Iron IV : triste mazurka polonaise.

5 Commentaires

  1. Très bon début. Dans ma propre partie avec l’URSS, malgré mon aide, l’Espagne républicaine a eu le dessous. En fait, je ne l’ai jamais vu gagner. Je me suis bien amusé avec les Soviétiques et je suis curieux de voir la suite.

    • Intéressant, tu as envoyé des blindés? Vu la taille limitée du corps expéditionnaire, j’envoie toujours ce que j’ai de meilleur. L’IA peine à suivre mais en lui montrant le chemin, créant des brèches et des encerclements, ça va assez vite.

      Content de voir qu’il y a des lecteurs assidus en tous cas!

    • Le Russe peut envoyer 5 divisions blindées, en général ça fait la différence en coupant les lignes nationalistes. Idem avec l’allemand qui peut en envoyer 2. Du coup, en multi, ca doit etre sympa de voir ce que ça donne

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici