Disponible depuis le 19 septembre dernier pour la modique somme de 5 euros, Age of Viking Conquest vous offre la possibilité sommes toutes assez rare dans le domaine vidéoludique d’incarner une puissance Viking à l’heure de sa gloire, soit le Haut Moyen-Age. Il s’agira de piller, de conquérir, de commercer… Sans d’ailleurs que ce soit forcément toujours très réaliste.

Des mécanismes simples et efficaces

Très facile à prendre en main, le jeu fonctionne avec des mécanismes simples et plutôt bien utilisés. Nous nous trouvons sur une carte d’Europe et du bassin méditerranéen, découpée en environ 130 provinces terrestres et maritimes. C’est là que l’on passera l’essentiel du temps car le titre ne s’embarrasse pas de mécaniques économiques ou diplomatiques très complexes, ce n’est pas un Crusader Kings et d’ailleurs n’a pas du tout la prétention de l’être.

On incarnera une puissance nordique : le Danemark, la Suède ou la Norvège et ce à différentes dates de départ qui sont autant de défis à relever. Une fois celle-ci choisie, il s’agira de s’étendre, le plus souvent par la guerre. L’année est découpée en quatre tours représentant chacune une saison. Au printemps, on recrutera ses troupes (terrestres et unités navales) dans des provinces disposant d’un château, les déplacera et on pourra effectuer plusieurs autres types d’actions : découvrir des provinces adjacentes, construire des comptoirs de commerce, espionner une province adverse pour en connaître les défenses, bâtir des forts…

A mesure que l’année passe, une bonne partie de ces possibilités restent ouvertes, mais le déplacement des troupes et l’attaque est beaucoup plus difficile en automne et en hiver, où les tempêtes et la neige peuvent même bloquer complètement vos forces ou encore détruire des navires, parfois même une grande partie. J’ai parlé d’attaque ? Oui, c’est en effet le cœur du jeu : être capable de lever suffisamment de troupes pour partir à la conquête des territoires voisins.

Or, c’est loin d’être mal fait. On ne peut recruter qu’au printemps je l’ai dit, il faut découvrir et espionner, moyennant finances, ses cibles. Sans oublier de bien équilibrer le ratio entre troupes terrestres et navires, essentiels pour les transporter sur les mers, razzier des côtes… Mais aussi remonter les fleuves ! N’oublions pas que c’était là la force des Vikings, capables d’utiliser leurs navires pour ce faire, navires connus sous le nom de « drakkar », mot monstrueux qui ne veut historiquement rien dire (il a été inventé au XIXe siècle) mais qui est resté dans les mémoires.

Les combats sont réglés automatiquement sans que le joueur ait vraiment de prise dessus, même s’ils donnent lieu à un compte-rendu après. Le terrain peut jouer, ainsi que le niveau de fortification de la province. Plus vous irez loin, et plus il faudra optimiser les recrutements et déplacements de vos troupes, car elles mettent parfois de longs tours à rejoindre votre ligne de « front » s’il n’y a pas de château à proximité. Parfois, certains événements ont aussi lieu, vous donnant des troupes ou vous octroyant le contrôle d’une province. Le tout fonctionne assez bien et je n’ai pas constaté de bugs.

Rappel historique sur le Danemark vers 700.
Un début de partie classique. Peu de troupes et de territoires. A vous de remédier à cela !

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here