Lorsqu’en 1995 SSI la société de Joël Billings publie le wargame tactique de ses acolytes Keith Brors et Gary Grigsby, la presse est unanime à voir en Steel Panthers une pépite prête à révolutionner le monde du wargame sur PC. L’accueil du public sera également au rendez-vous et ce jeu, encore aujourd’hui et après moult suites, reprises, modifications et extensions en tous genre demeure LA référence du combat tactique pour nombre de wargamers.

 

Pas seulement du point de vue de son gameplay novateur rompant totalement avec les standard du genre d’alors car en plus de proposer une vue zénithale pseudo 3D du champ de bataille, Steel Panthers offrait au joueur une base de données multinationale proprement monstrueuse, à faire pâlir d’envie les rédacteurs de Jane’s. Son gameplay unique, détaillé, réaliste et plaisant à la fois, allait durablement influencer toute une génération de développeurs.

Parmi ces concepteurs, il en est un qui allait peaufiner son projet durant plus d’une décennie, le faisant évoluer patiemment du statut de freeware pour wargamers éclairés à partir de 2008, à celui de démo techniquement avancée pour aboutir, avec l’aide d’un duo de passionnés, à la fondation d’une petite structure professionnelle, Veitikka studios, en 2016. Le trio finit à force de persévérance et de passion -la même année- par signer chez un éditeur réputé et tout aussi investi, le groupe Matrix Slitherine.

Avec l’aide logistique et financière de ce mentor, Armored Brigade allait enfin atteindre le statut officiel dont Juha Kellokoski, puisque tel est le nom de son développeur, avait longtemps rêvé ; histoire édifiante démontrant une fois de plus que le milieu des jeux vidéo permet encore parfois de réaliser certains rêves ambitieux. Après le bref résumé de cette genèse, voyons un peu ce que ces années de développement ont contribué à produire.

La première impression pour qui a connu les versions freeware initiales de ce jeu fait l’effet d’un véritable choc. Comme retrouver un ancien amour de jeunesse arrivé à l’âge de raison, voire même un peu plus. Si le menu principal donne une sensation de rigueur, avec ses fontes classiques bien propres, ce sont surtout les illustrations et le contenu des menus qui procure une impression de finition aboutie. Rien d’extravagant dans tout cela mais la sensation du travail bien fait et réfléchi. Sensation confirmée par exemple lorsque l’on découvre qu’une fenêtre dédiée exclusivement aux raccourcis claviers regroupe sur deux pages tout ce que l’on devrait pouvoir attendre d’un wargame moderne.

Ici l’approche par icônes d’un concurrent renommé semble d’autant plus datée et obsolète. On pourra reprocher à cette option de nécessiter une mémoire d’éléphant mais à comparer l’espace occupé par une barre d’icônes pourtant minuscules, on se dit que la lourdeur pachydermique n’est pas forcément là où on le présuppose. Ici, on mémorise fort aisément les commandes utiles, au fil du jeu ; ce n’est pas plus mal, bien au contraire.

Le début de ce qui sert de didacticiel ; un scénario prenant, permettant de découvrir les mécanismes fondamentaux du jeu, sous forme de pop-up clairs et pertinents. Notez le menu d’ordres accessible via un clic droit sur l’unité.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Graphismes d’unités et cartes agréables.
  • Nombreux scénarios tactiquement passionnants.
  • Un bijou en termes d’éditeurs et de perméabilité aux modifications.
  • Les environnements sonores soignés font honneur au lignage de ce jeu.
  • Excellent et rare mélange de réalisme, de modernité et de rigueur technique.

  • Absence d’un mode Campagne.
  • Absence d’un mode multi-joueurs.
  • L’IA en attaque, relativement sommaire, peut décevoir.
  • Pas de version française.
  • Parfois confus lors des nombreux déplacements simultanés d’unités en formation.

Notes
Multimédia
75 %
Interface
80 %
Gameplay
85 %

Infos pratiques

Date de sortie : 15 novembre 2018
Éditeur / Studio : Matrix Slitherine - Veitikka studios
Prix : 39,99€
Site officiel :

www.armoredbrigade.com ; fiche chez  éditeur

Remarques :

 

A lire également en complément notre traduction de cet interview sur le jeu.

Article précédentBattlefleet Gothic – Armada II : alerte à Belis Corona
Article suivantClose Combat – The Bloody First : début de la bêta

7 Commentaires

  1. Joueur de steel panther à la première heure, J’ai essayé le jeu et joué le premier scénario deux fois. Je reconnais la précision et la sobriété du jeu mais je suis un peu surpris quand même. A l’heure ou l’on sort des jeux aboutis et superbe comme “combats missions moderne” ou “Air land battle” plus RTS il est vrai, ou Close combat va ressortir tout en 3D, ou Graviteam propose une expérience de jeu ahurissante dire que ce jeu apporte des ingrédients novateurs et des mécanismes novateurs; je ne vois pas trop ?

  2. Dans le registre des éléments novateurs, on pourrait commencer par les mécanismes de sélection des cartes pendant le setup des batailles aléatoires mais puisque vous n’avez joué que le tout premier scénario… il semble évident que vous n’avez guère pu apprécier cette fonctionnalité à sa juste valeur. On pourrait aussi parler des ordres de bataille dont l’étendue et la modularité n’aura certainement pas dû vous échapper en tant qu’ancien joueur sur SP ; tout comme les paramétrages, également durant la création des batailles aléatoires… la gestion et la prise en compte des conditions météo ; l’utilisation des unités neutres et les modalités de repérages dépendantes de facteurs simplement pas pris en compte dans d’autres wargames ; l’asymétrie des objectifs de victoire, etc. La liste n’est pas exhaustive mais l’article en énumère l’essentiel donc je ne vais pas me répéter. On peut toujours discuter de l’originalité effective de ceci ou cela, j’en conviens mais le fait me semble avéré qu’aucun autre wargame actuel -à ma connaissance- n’inclut autant de ces mêmes éléments ou des fonctionnalités équivalentes en son sein, d’une manière aussi aboutie qui plus est. C’est relativement le cas pour Graviteam tactics, qui offre en plus une direction artistique et une représentation 3D d’un tout autre niveau, je l’admets volontiers. Pour autant et malgré tout le bien que j’ai pu écrire à propos des jeux de cette série, il n’en demeure pas moins que A.B. l’enterre aisément sur l’aspect base de données/OoB, ainsi que pour la création de batailles aléatoires et what if. En espérant avoir clarifié mes propos et votre vision des choses :)

  3. Effectivement le module batailles aléatoires est très bien fait, en quelque clic on crée le type de bataille souhaité très en détail sur une portion choisie de carte réelle. C’est précis et efficace et rare.
    L’IA pour des batailles non scripté (j’entends pas prévu à l’avance) est correcte. Ce n’était sans doute pas évident.
    Les combats sont très cohérent et vraisemblable (que ce soit sol/sols, air/sol , bombardement.
    La représentation graphique (exemple véhicule, fumigène; rivière) est resté la même en moins bien que celle de steel panther qui date un peu quand même. Sans révolution complexe, un effort conséquent de ce côté aurait vraiment mis ce jeu très haut car l’ensemble reste quand même assez froid malgré ses grandes qualités

  4. En effet, certains effets et graphismes mériteraient plus de soin ou plutôt une refonte avec des “assets” notamment, plus recherchés et modernes. Cependant, il convient d’être indulgent et de se rappeler qu’il s’agit ici d’un micro studio dont les moyens financiers et logistiques sont encore extrêmement limités. Espérons que le succès très probable et mérité de ce jeu leur permettra d’envisager quelques raffinements ultérieurs. Je reste personnellement encore largement sur ma faim concernant la gestion des hélicoptères par exemple mais quand on a pu prendre plaisir avec ce qu’elle était dans SP3, on est en quelque sorte blindé et ouvert d’esprit, tout à la fois ;o)

  5. Freeware ? Je ne vois le jeu en freeware pour ma part mais bien a 37 euros chez Matrix games… le titre est vraiment trompeur !
    Je prefere encore passer

    • Le jeu a été un freeware pendant un bon nombre d’années, et quand une version plus aboutie a été mise en chantier, il y a deux ans je crois, la version freeware a été retirée.

      Voyez cette ancienne discussion chez Matrix par exemple http://www.matrixgames.com/Forums/tm.asp?m=1750179

      Le titre n’est pas trompeur, mais factuel, c’est un freeware qui en effet est devenu une sorte de suite d’un autre jeu dont il s’inspire. Ni plus ni moins.

      Vous devriez pouvoir trouver sur certains sites l’ancienne version gratuite donc. Et en bonne partie dépassée par la nouvelle version.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here