L’invasion des Tyranides venait de commencer. L’attaque surprise de l’avant-garde alien avait précédemment réduit à néant le vaisseau de l’amiral Spire et son escorte, mais ce dernier était parvenu à s’échapper. Avant que l’Esprit-Ruche puisse commencer à dévorer les systèmes du secteur Bellis Corona, il lui fallait focaliser son attention sur un problème imprévu. Des Magos de l’Adeptus Mechanicus avaient localisé un Tytanide, croisant tranquillement dans les planétoïdes isolés de la Fosse de Menshiro.

Les humains projetaient de disséquer l’ancienne bête. L’Esprit-Ruche se délectait d’avance à l’idée de faire faire un peu d’exercice à son titan comme d’éliminer ces gêneurs ne réalisant pas la menace… Toutefois il ne fallait pas négliger la combativité parfois surprenante des humains, et trois flottilles furent envoyées protéger le Titan tyranide.

Ces créatures gigantesques ont beau être très résistantes, sous les coups répétés des navires impériaux leur carapace pouvait finir par céder. L’Esprit-Ruche n’avait rien contre les sacrifices, mais quand même, on ne sacrifie pas à la légère un Titan au début d’un festin cosmique.

Seules deux des flottilles arrivèrent à temps pour rejoindre le Titan, et ainsi prendre à revers ses assaillants. La troisième, nouvellement créée ne comptait de toutes façons qu’un seul vaisseau. Il fallait justement nettoyer la Fosse de Menshiro pour y implanter un nid où couveraient les futurs navires que la récolte de Biomasse allait permettre de produire. Heureusement, mis à part les Magos de l’Imperium, ce système était quasi dépeuplé, ne comportant que des avant-postes humains. Il n’y avait d’ailleurs pas de planète digne de ce nom dans cette partie de Bellis Corona.

Dans cette seconde bataille imposée par la campagne, je n’ai pas encore pu développer mes flottes mais le jeu me permet toutefois de diriger une des unités les plus puissantes. Qui malgré sa puissance comme vous allez le voir est dans une situation en fait périlleuse.

Les Tyranides manoeuvrent assez lentement, sauf capacités spéciales utilisables ponctuellement, et n’ont pas vraiment d’attaques efficaces à longue portée. Les vaisseaux de l’Empire eux sont plutôt rapides, pour la plupart, et tirent très bien de loin. De plus, dans ce scénario, je n’ai plus l’avantage du nombre. Mais je vais avoir celui, au début du moins, d’une bonne position, pour prendre en pince la première vague impériale. Première, oui, car les humains vont recevoir des renforts au fil de la bataille qui va donc être plus rude que je ne le pensais initialement.

Cette seconde bataille est un bon moyen pour s’entraîner à la bonne utilisation des armements et surtout à bien maitriser le difficile timing indispensable pour enchaîner les meilleurs coups aux meilleurs moments. A ce sujet, ajoutons que sans utiliser beaucoup la pause, pour ajuster les nombreux tirs et mouvements, les actions les plus belles sont encore plus difficiles à synchroniser.

Passons au déroulement de cette jolie bataille qui va s’avérer très tactique.

 

Pour plus d’informations sur Battlefleet Gothic : Armada 2, pour lequel un premier patch assez important doit arriver prochainement, voyez cette fiche sur Steam et le site officiel.

1/ Vue d’une partie de la carte stratégique. Le petit système solaire dit la Fosse de Menshiro est idéal pour servir de berceau à mes futures flottes aliens. Il n’y a pas de planètes à conquérir, donc à dévorer, mais les bancs de krills plasmiques qui y dérivent sont une ressource utile en Biomasse.
2/ Lancement de la mission spéciale. J’envoie trois flottilles, pour une valeur de 601 points de commandement. La limite de ce scénario étant fixée à 600, ma nouvelle troisième flottille, un unique croiseur pour l’instant, ne se joindra pas à la bataille. Le Magos Tellemark a de la chance !
3/ Le cri psychique est une redoutable arme pour démoraliser les équipages ennemis.
4/ Le canon à bave est utile pour affaiblir un ou plusieurs vaisseaux avant de les croquer !
5/ En plus des deux attaques spéciales, le Titan peut lancer deux types de “chasseurs”, d’une part un essaim pour se défendre des chasseurs et torpilles adverses, d’autre part un essaim pour attaquer directement un vaisseau adverse. Cela en plus de sa capacité d’abordage, soit l’envoi de “nacelles” bourrées de mortels soldats tyranides.
6/ Mes deux flottilles de secours commencent à l’autre bout de la carte, il faut que mon Titan tienne le temps que ces vaisseaux arrivent, Je vais devoir utiliser au mieux leur capacité de courtes mais fortes accélérations. Les impériaux commencent eux au milieu de la carte, soit à mi-chemin.
7/ Je choisis d’envoyer mon titan dans un nuage d’astéroïdes voisin, non pas pour le dissimuler, il est toujours visible, mais en espérant que les rochers gênent les tirs des frégates impériales qui arrivent déjà. Je ne pense pas que cela ai beaucoup aidé mais je n’avais guère d’endroits où aller.
8/ Un de mes croiseurs légers se téléporte quasi au milieu de la carte, et identifie un grand croiseur ennemi, le plus puissant vaisseau ennemi dans cette partie.
9/ Bien positionné, mon titan lance son hurlement psychique alors que les escorteurs impériaux, frégates et / ou destroyers, se sont tous un peu trop approchés.
10/ L’effet du cri panique les équipages, créant des mutineries en cascade.
11/ Le rugissement du titan déchire le vide spatial comme la trame de la réalité !
12/ Étrangement le moral des équipages humains est toujours au beau fixe, mais par contre les boucliers de tous les vaisseaux touchés sont à zéro.
13/ Vue sans l’interface, mis à part le rayon de détection de ma bio-sonde qui ne veut pas se masquer (un patch corrigera probablement ce défaut mineur).

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Consultez nos offres d’abonnement sur cette page dans notre boutique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here