Suite et fin de ce récit d'une partie expérimentale où la France a blitzé en même temps que l'Allemagne, essayant de profiter immédiatement de l'éloignement de la Wehrmacht tandis que celle-ci était occupée en Pologne. Malheureusement, Varsovie n'a pas résisté longtemps et le Troisième Reich s'est ressaisi ... à la vitesse de l'éclair !

Été 1940 (vue coté allemand)

Au début, deux tours calamiteux : j’ai avancé imprudemment mes chars et cela va être fatal à une division. J’ai fait de même avec un croiseur lourd et il a été torpillé. Dans l’Atlantique, mes sous-marins sont quasi tous détruits. J’ai voulu compenser par l’invasion des Pays-Bas, avec un assaut mal préparé, qui amène la Belgique à nous déclarer la guerre, que de fautes !

Quelques semaines plus tard. Encore un sous-marin perdu, mais la Hollande a capitulé. L’Italie est entrée en guerre, ce qui ne change pas grand chose à la situation de la France vu le peu de troupes italiennes. Mis à part pour amoindrir ses ressources disponibles et son moral national.

Seul rayon de soleil pour l'Allemagne, trois recherches ont abouties… A ce stade du jeu la recherche scientifique n'a pas encore beaucoup d'impact, la plupart des unités n'ayant pas le temps de bénéficier des coûteuses améliorations technologiques (sauf en cas de bonus passif). Ces dernières seront plus importantes lors des batailles à venir, à l'est en 1941.

L'expérience acquise au combat par les troupes est elle un bonus, mineur certes, mais à l'effet plus immédiat. Sauf lorsqu'une unité subit des pertes et doit être renforcée, l'expérience acquise se perdant ainsi facilement.

Début juillet 1940. Un tour mal joué : perte d'un croiseur pour rien et une division blindée qui s'est avancée trop rapidement sur Paris va se heurter durement à un mur de chars français mais aussi anglais !
Pour lire cet article dans son intégralité vous devez être abonné au site de la Gazette du wargamer. Vous retrouverez notre offre d'abonnement directement sur cette page : www.wargamer.fr/abonnement/

La première partie de cet AAR se trouve par ici. Pour plus d’informations sur Strategic Command WWII : War in Europe, voyez cette fiche chez l’éditeur ou celle-ci sur Steam, ainsi que notre test. Ou encore ce précédent court récit d’un début de partie Strategic Command – WWII in Europe : AAR Case White.

Laisser un commentaire