Venant avec le patch 1.28, Golden Century est le 3ème Immersion Pack que nous propose Paradox Interactive pour l’un de ses jeux phares, Europa Universalis IV. Relativement récent, ce type de DLC prévoit de se concentrer sur une région particulière afin d’en revoir les mécanismes et de proposer des ajouts propres à son histoire et sa culture. Cela avait par exemple été le cas avec la Russie et Third Rome, pour un résultat conséquent. Ces extensions sont d’un coût légèrement moindres (10 euros contre 20 habituellement) et se destinent avant tout aux joueurs intéressés par la zone concernée, ici principalement l’Espagne et ses voisins d’Afrique du Nord. Voyons donc ce que nous propose ce nouvel épisode d’une longue série de DLC pour le jeu.

 

Un renouveau de la péninsule ibérique et du Maghreb

Le nom du DLC fait référence à une expression historique assez connue : on dit de l’Espagne qu’elle a connu un « siècle d’or » (siglo de oro), soit une période d’intense activité culturelle, militaire et de prospérité économique sans précédent, notamment liée à la découverte de l’Amérique. Liée à son immensité territoriale sous Charles Quint, qui réunit les possessions d’Autriche, d’Espagne et de Bourgogne elle en fait un ensemble politique assez unique dans l’histoire. Jusqu’à la guerre de Trente Ans (1618-1648) le pays, qui règne aussi un temps sur le Portugal, semble invincible, ce qui ne fut évidemment pas le cas.

Ainsi, on a la possibilité de rejouer cette puissance fascinante, avec une carte de la péninsule ibérique retravaillée. L’Espagne possède désormais un arbre de missions revu, des ajouts cosmétiques pour ses navires, une nouvelle doctrine navale et peut établir des ordres religieux dans ses provinces, notamment les Jésuites et les Dominicains, qui vont aider à réduire l’agitation. A noter que qu’une partie de ces nouveautés (unités, missions) sont aussi disponibles pour le Portugal et des pays plus mineurs comme Grenade et la Navarre, vite absorbés par les autres et difficiles à jouer dans ce dernier cas.

C’est assez bien vu, mais, honnêtement, on aurait aimé beaucoup plus… Avec pourquoi pas la modélisation des Cortes, sorte d’équivalent aux états généraux français, et des décisions plus locales de créations d’arsenaux, comme au Ferrol au XVIIIe siècle, histoire d’agrémenter les milieux/fin de parties. Finalement, les ajouts purement ibériques ne sont pas légion… D’ailleurs, pourquoi ne pas modéliser les ordres religieux ailleurs ? Les Jésuites jouèrent un rôle très important dans la réforme catholique et « arrachèrent » en grande partie la Bohème au protestantisme. Ils ne sont pas qu’espagnols, loin de là.

Heureusement, les révisions concernent aussi l’Afrique du Nord. La région est très intéressante à jouer, même si, il faut être honnête, pas facile. Très tôt une IA espagnole ou portugaise vous attaque si vous jouez Tunis ou le Maroc, et ce n’est pas toujours simple de se défendre. C’est dommage car on a là aussi des arbres de missions revus, des ajouts graphiques et liés aux pirates (voir plus bas) qui laissent espérer une unification du Maghreb avec l’État que vous aurez choisi. A vous ensuite de louvoyer entre Europe, Mamelouks puis Ottomans toujours plus menaçant, et pourquoi pas s’agrandir vers l’Atlantique ? Les nouvelles capacités sont intéressantes et méritent le détour, on est heureux que les développeurs se penchent aussi sur cette région et pas seulement l’Espagne. Si quelques missions évoquent sa relation avec les Turcs, là encore, on aurait voulu plus.

La nouvelle doctrine navale espagnole, qui assure de puissants revenus via les flottes des Indes.
J’ai créé une fausse république pirate avec l’éditeur de nations. C’est assez drôle.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Une nouvelle grande région revisitée.
  • Des ajouts généraux intéressants.
  • Les pirates.

  • On aurait aimé plus sur le Portugal par exemple.
  • Les Républiques pirates, drôles, mais irréalistes.
  • Pourquoi ne pas pousser plus les ajouts ?

Notes
Multimédia
70 %
Interface
80 %
Gameplay
70 %

Infos pratiques

Date de sortie : 11 décembre 2018
Éditeur / Studio : Paradox Development Studio - Paradox Interactive
Prix : 9,99€
Site officiel :

Fiche chez l’éditeur ; fiche sur Steam.

Remarques :

 

Concernant Europa Universalis IV, voyez notre Panorama des DLC d’Europa Universalis IV, qui vous aidera à vous y retrouver parmi les quatorze extensions majeures désormais parues. Puis voyez cette fiche chez Paradox, ou celle-ci sur Steam. Ainsi que le wiki officiel.

Article précédentHistoire de l’Empire ottoman
Article suivantCivilization VI : voici Aliénor d’Aquitaine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here