En 2018, Hexasim publiait Great War Commander, l’adaptation de la série des Commander, initiée par GMT Games, pour la Première Guerre mondiale. L’accueil fut relativement bon, même si la « nécessité » de s’adapter au marché américain a pu faire grincer quelques dents en Europe. C’est avec une grande impatience que les joueurs acquis au système attendaient la suite. L’attente est aujourd’hui récompensée, avec une première extension dédiée aux troupes britanniques.

Les troupes britanniques constituent l’un des éléments incontournables de la Première Guerre mondiale. Présentes dès 1914, elles ont su évoluer pour s’adapter aux exigences de la guerre des tranchées et, de par leurs actions, ont pesé lourdement sur l’issue finale. Leur consacrer toute une extension est par conséquent un choix pertinent.

La boite de British Expeditionary Force contient dix champs de bataille, 226 pions, 90 cartes à jouer, deux aides de jeu, huit fiches de scénarios et un livret de huit pages consacré aux spécificités de cette extension. Notons que l’éditeur a aussi eu la bonne idée de fournir le livret de règles amendé, avec les changements ou les clarifications imprimés en bleu.

Simuler l’évolution du matériel

Les plateaux de jeu sont toujours aussi superbes : comme lors du premier volet, ils nous emmènent dans les tranchées et dans des paysages plus bucoliques (villages, champs, bois…) décorés d’un cimetière ou d’un sanatorium et traversés par des voies ferrées ou des rivières.

Pour les pions, le pire a été évité : l’impression est légèrement décalée vers le haut. Il s’en est fallu de quelques millimètres pour que des Mark IV perdent une mitrailleuse.

Plus ennuyeux, la couleur des planches varient sensiblement de celles du jeu de base. Ainsi, le fond des unités allemandes adopte des nuances qui pourraient les faire passer pour des Français. Point positif : pas de risque de mélange, on sait dans quelle boite les ranger à la fin de la partie.

Great War Commander - British Expeditionary Force
Cette photo montre bien la différence de tons entre les anciens pions (Hauptmann Waldau) et les nouveaux (Landwehr). Pour autant, les nouveaux sont un peu plus épais, ce qui contribue au plaisir de les manipuler.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

N.b. : comme pour la notation, les points positifs et négatifs sont les mêmes que dans notre test de Great War Commander. Le jeu de base se joue aussi via Vassal.

Notes
Graphismes
80 %
Manuel et matériel
80 %
Gameplay
80 %
Article précédentTotal War – Three Kingdoms – A World Betrayed : trailers
Article suivantWarPlan arrive sur Steam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here