Troisième chapitre de ce récit montrant le déroulement d’une partie standard de Civilization VI jouée ici avec la Grèce de Périclès, au niveau de difficulté Empereur. Athènes a survécu et maintenant c’est au tour du Japon de subir les foudres des armées grecques. La victoire sera totale, ou elle ne sera pas.

Impitoyablement, les hoplites poussent vers Okayama. Porter un coup au Japon, humilier ceux qui mettent à feu et à sang les villages grecs depuis des générations, et accessoirement gagner un peu de profondeur stratégique dans la défense d’Athènes, voilà ce qui anime les archontes de la république.

Ennemi juré, l’Empire du Soleil Levant n’est est pas moins le phare de la civilisation en Rodonie. Aucun monarque ne peut se vanter d’avoir une bibliothèque aussi bien fournie que celle de Kyoto. N’en déplaise à Saladin, qui cède une fois de plus à son grief et guerroie contre la Grèce, l’expansion est de mise pour défendre la souveraineté hellénique.

Passés maîtres dans le rude métier de la poliorcétique, l’art de mener comme de résister à un siège, les troupes grecques finissent par pousser Okayama à la capitulation. En plus des considérables ressources militaires et économiques que cette conquête apporte, l’ajout de savoureux cafés dans la liste des produits de luxe n’est pas à négliger.

Hojo Tokimune est prêt à entériner une paix néfaste pour son peuple, en acceptant de perdre la suzeraineté d’Okayama. Les archontes ne sont pas leurrés : ils réclament la continuation de la politique belliciste, car les Japonais doivent être faibles pour proposer de tels termes.

L’encerclement de Sendai se prépare, alors que les Arabes consomment leur défaite devant Mycènes, qui installe un réseau de forts plus au Sud pour se prémunir de toute future menace. Les Brésiliens sont eux occupés par une guerre avec les Vikings de Norvège.

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-01

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-02

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-04

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-03

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-05

Prévisible, Saladin montre patte blanche une troisième fois, accompagnant ses mielleux adages de la bravoure grecque d’or sonnant et trébuchant. Précieux cadeau, car les arbalètes coûtent cher et les Japonais cherchent la bataille décisive pour pouvoir enfin retourner à leurs parchemins et livres. Des cavaliers lourdement cuirassés de la noblesse de Sendai ont surpris les troupes en redéploiement autour d’Okayama. Les pertes ne sont pas trop douloureuses, mais le signal est clair : le Japon dispose toujours de forces considérables.

La conquête de Sendai en parait d’autant plus difficile, les stratèges de la république préfèrent d’abord retirer l’épine sur leur flanc en se concentrant sur Tokyo, une petite colonie au Nord de Mycènes, et au Sud d’Okayama. Elle a plus de potentiel que de valeur réelle, ne faut-il cependant pas cueillir les fruits à sa portée avant de rêver à d’autres ?

La sagesse de cette décision, que l’on pourrait qualifier de modestie, se montre dans les années qui suivent. En effet, de plus en plus de chevaliers japonais apparaissent, freinent le siège pourtant facile de Tokyo, menacent Okayama, malmènent les archers grecs. Après d’intenses combats et d’innombrables manœuvres, Tokyo finit par tomber.

Le Shogun accueille avec bienveillance l’offre de paix, qui inclut les deux villes conquises, ainsi qu’une grosse somme d’or et les meilleurs chevaux que l’on puisse offrir. Malgré ces termes très favorables, les nouveaux archontes doutent du bien-fondé de cette paix. On murmure que le Japon entre dans l’ère industrielle, et cela augure de nouveaux problèmes militaires. Heureusement, l’Arabie, le Brésil et la Norvège sont à peu près au niveau technologique hellénique.

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-06

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-07

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-08

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-09

Ces temps plus calmes sont mis à profit pour développer la recherche. Athènes reconstruit à grand-peine son académie dévastée durant la guerre contre Saladin, et Knossos érige une bibliothèque richement fournie. Mycènes force le défrichement pour obtenir des terres arables. Il satisfait l’agora que Brésiliens et Arabes se battent entre eux, car cela assure la prospérité des Hellènes.

Une fois l’infrastructure la plus nécessaire construite, les efforts d’armement reprennent. Qui sait ce que les infernaux japonais viendront à inventer pour armer leurs hommes ? Chevaliers et piquiers grecs devront l’affronter. En guise de motivation, voilà aussi les Britanniques qui envoient des diplomates. Cette civilisation inconnue, venue d’au-delà des océans, surclasse avec aisance le niveau de développement de la Rodonie. Serait-ce celle qui en a annihilé tant d’autres ?

En tous cas, le Shogun ne perd pas un moment. Il attaque la Norvège, qui s’est méprise en colonisant les abords de Kyoto. Une occasion rare ! La Grèce ayant dénoncé l’attitude belliciste des Japonais il y a plusieurs années, une guerre formelle peut être déclarée, ce qui limite la casse au niveau diplomatique. Mais voilà que les Norvégiens, au secours desquels les Grecs arrivent, jettent l’opprobre sur leurs sauveurs. Pire, toutes les autres civilisations s’empressent d’imiter le mouvement. La diplomatie se tait, ce ne seront désormais plus que les armes qui parleront.

Et les armes parlent sèchement. Ce ne sont plus des groupes épars de chevaliers japonais qui contre-attaquent, ce sont  des essaims entiers, soutenus par des samouraïs non moins aptes à manier le katana. L’art de la guerre grec repose sur les archers et les arbalétriers. Ils se couvrent mutuellement, tout guerrier ennemi s’approchant subit deux à trois volées de flèches et carreaux avant d’en arriver au contact, ce qu’il omet en général, car sa puissance ne suffit plus à pouvoir espérer la victoire. C’est un carrousel infernal  qui s’enclenche, les Japonais tentent vague pour vague de briser l’étreinte des troupes de la république.

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-10

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-11

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-13

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-12

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-14

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-15

La Norvège quitte le conflit, et ce sont autant de renforts japonais qui accroissent la pression sur le demi-cercle fortifié qui forme le siège de Sendai. C’est avec un certain mal que les Hellènes maintiennent leurs positions, jusqu’à ce que des lansquenets amis viennent leur prêter main forte.  Les pertes sont alors moindres, beaucoup de leurs villes œuvrent à rattraper le retard technologique plutôt que de produire des armes. Seule Mycènes crache des éphèbes armés sans relâche. Bien que le Shogun avance vers l’ère moderne, les Grecs lui brisent les reins avec leurs antiques armées.

De fait, le Moyen-Âge tardif est bien plus radieux que le Haut Moyen-Âge grec. Le Japon est écrasé sous les dettes, ses dirigeants semblent avoir perdu le sens des réalités. Aveugles devant la catastrophe militaire qui s’annonce, ils ont diverti de précieuses ressources pour ériger un monument fabuleux : la cathédrale Sainte-Sophie de Kyoto. Cette mégarde sans nom aidant, Sendai se fait croquer sans plus de façons, privant l’Empire nippon d’un bon tiers de sa production militaire. Ce que le Shogun ne sait pas, c’est que la république commence à gronder, lasse de voir ses excédents commerciaux confisqués pour maintenir l’armée à flot.

De mauvais cœurs, les archontes négocient les conditions de paix. Quelle ne fut la surprise des négociateurs, richement vêtus et regorgeant de suspicion envers les vaincus, lorsqu’ils firent face à des hommes brisés. Les dissensions internes semblaient bien plus importantes que la façade n’y laissait paraitre, et le Japon s’écroulait de toutes parts. Les larmes aux yeux, mais avec une résignation dénuée de toute esprit de revanche, l’intégralité des villes japonaises, excepté la capitale, passaient dans le giron grec. Oui, toutes les villes ! Et toutes les réserves d’or, et la promesse de verser tous les surplus financiers pendant 200 ans à Athènes, et l’obligation de livrer toutes les ressources … Incroyable, une paix qui appliquait le placet lugubre de la peine de mort au Japon. Une paix « totale ».

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-16

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-17

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-18

civilization-6-aar-grece-pericles-ch3-01-19

Pour plus d’informations sur Civilization VI voyez le site officiel et cette page sur Steam. A lire également cette brève récapitulant les principales caractéristiques de la Grèce dans Civ VI.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here