Rendez-vous fin mai pour Steel Division

16

Paradox diffuse une nouvelle courte mais intense bande-annonce pour accompagner le début des précommandes et la confirmation de la date de sortie du prometteur STR d'Eugen Systems, qui débarquera donc sur nos écrans à compter du 23 mai prochain.

D'ici là ceux achetant le jeu à l'avance, que vous trouverez d'ailleurs à -15% chez notre partenaire Gamesplanet. pourront accéder à une phase bêta exclusive et recevoir en guise de bonus deux héros historiques, Michael Wittman coté allemand et Francis Gabreski coté américain.

Pour de nombreuses informations supplémentaires sur Steel Division: Normandy 44 voyez surtout le blog officiel, puis cette page sur Steam ou le site officiel. A voir aussi éventuellement dans cette playlist sur YouTube des exemples de bataille sur les cartes Pegasus Bridge et Coleville.

Communiqué

Enlist Today for the Steel Division: Normandy 44 Release in May
Exclusive Beta Access Included in Pre-order Bonuses

STOCKHOLM – Apr. 5, 2017 — Paradox Interactive, a publisher of triple-ace strategy titles, today announced that Steel Division: Normandy 44 will release on May 23, 2017, and that pre-orders are now available. Developed by Eugen Systems, the veteran game creators of the Wargame series, Steel Division: Normandy 44 is the upcoming tactical real-time strategy game for Windows PCs that puts players in command of World War II military divisions. Pre-orders include in-game bonus content, as well as immediate access to the game’s exclusive beta, lasting from now until the game launches on May 23, 2017. Steel Division: Normandy 44 can be pre-ordered at https://www.paradoxplaza.com/steel-division-normandy-44.

Take an early glimpse at Steel Division: Normandy 44 in a new trailer here:

Players can now pre-order Steel Division: Normandy 44 for $39.99/£34,99/€39,99, or the Deluxe Edition for $59.99/£49,99/€59,99. Both versions include access to the game’s exclusive beta with pre-order, allowing players to access and play the game early and get a feel for the battlefield. Both versions also include two historical aces as a pre-order bonus, giving division leaders new cosmetic faces to put in command of their vehicles.

The Deluxe Edition of Steel Division: Normandy 44, in addition to the full game, will also include:

  • A Digital Art Book offering a look at the art and creation behind the game
  • The Tactical Guide and Battle Log featuring tactics, terrain tips, and major maps of the game
  • Six Additional In-game Historical Aces to add cosmetic variety to your  divisions.
  • Deluxe Avatar and Icon for the Paradox Forums
  • Unique Ringtones and Text Message Alert Sounds for your mobile devices
  • Desktop Wallpapers from the Steel Division art team
  • Custom Streaming Overlays designed for content creators on Twitch and YouTube

Steel Division: Normandy 44 is a Tactical Real-Time Strategy (RTS) game, developed by Eugen Systems, the creators of titles like Wargame and R.U.S.E. This new game puts players in command of detailed, historically accurate tanks, troops, and vehicles at the height of World War II. Players can measure their tactical skills against several opponents in big multiplayer battles or against enemies in a challenging single-player campaign.

For more information on Steel Division: Normandy 44, visit https://www.paradoxplaza.com/steel-division-normandy-44.

Paradox Interactive is a leading global publisher of strategy games for PC.  The world-renowned strategy catalog stretches back to 1999, and the company holds a particularly strong presence in the United States and Europe.

The publisher’s steadily-growing portfolio includes firmly established PC franchises such as the critically acclaimed Europa Universalis, Cities: Skylines, Crusader Kings, Magicka and the Hearts of Iron series created by Paradox Development Studio and a network of partner studios.

16 Commentaires

  1. le jeu est sortis sur steam en accès preco et les critiques sont vraiment très bonnes pour l’instant , certains disent que c’est le meilleur jeu d’Eugen .

    • Il est tentant ce Steel Division … mais il ne fera pas lâcher les Close Combat pour autant. L’échelle reste différente. Sur toutes les vidéos de gameplay de Steel Division je ne semble voir en zone urbaine qu’un pathfiding ératique.

      Bref CC et le dernier d’Eugen System se complèteront à merveille … même si dans le domaine du STR je rêve toujours d’un nouveau Theatre of War 😀 !

  2. Je l’ai acheté un peu vite et je suis en phase de test après quatre escarmouches perdues.
    L’IA au niveau moyen est très bonne et joue mieux que moi.
    par rapport au ruse et autre wargame d’EUGEN l’échelle change. On est davantage au contact et une fois la ligne de front établi il est difficile d’attaquer et progresser. Alors que l’IA y arrive

    Pour le pathfiding les camions on tendance à vouloir aller trop prêt des point de débarquement.

    Le système de construction de son battlegroup est particulier avec trois groupe A B C qui ce dévérouille chacun que dans le temps. Au début infanterie, reco,… puis tank moyen, art , puis lourd… c’est un peu bizarre. Mais c’est la bêta avec des restrictions.

    Exemple: impossible en début de partie de faire une petite task force un peu costaud pour une attaque violente sur un axe et prendre une position clé

    Les décors sont très beau quand on zoome mais on ne zoome pas souvent en fait…

    Les distances d’engagement et portée, quand il y a la LOS sont respectés
    Les dégâts par rapport au armes employés est réaliste

    • C’est assez conforme à l’idée que je m’en faisais après avoir visionné quelques vidéo. Ça reste avant tout axé sur l’aspect ludique plutôt que sur le volet simulation. Ce système de cartes avec priorités d’activation est original et peut se justifier par rapport au gameplay ou dans le cadre d’une mesure anti-rushes mais pour un wargame, ce serait bien de pouvoir recréer, surtout côté allemand, des groupes de combat hétérogènes dès le set up. Peut-être que cet aspect évoluera d’ici quelque temps ?

  3. Oui tout a fait d’accord mais il faut je crois relativiser. Le mode escarmouche seul utilisable en bêta pour l’instant est je pense surtout un mode multijoueur et ceci explique cela.

    En mode campagne il y aura certainement et je l’espère fortement des régiments ou compagnie historique. Sinon on ne parlera plus de wargame mais de jeu de bataille…

  4. Voilà j’ai enfin battu (victoire mineure) l’IA au niveau medium sur l’escarmouche à Colombelle.
    j’ai conquis 4/5 du terrain et fait le double de perte. C’est dire si le jeu n’accorde pas les victoire facilement.

    Après ces 7 ou 8 parties qu’en est-il du jeu
    Moi qui ai plutôt l’habitude du tour par tour ou du temps réel pausable j’ai du mettre en “lent” pour micro managé le truc.
    Les début d’escarmouche sont difficile car pas assez de troupes (en 500 point) pour occupé le terrain et en mode conquête, il faut aller de l’avant dès le début mais, jusqu’où, là est la subtilité.
    Une fois les premières positions acquisent il faut les renforcé, si l’IA vous en laisse le temps et dès que possible progresser sur les points faibles… C’est tactiquement vraisemblable et intéressant et si l’on peut bouder le micro management en temps réel on peu considéré également qu’un tour par tour est aussi finalement du micro management

    La prise en main à peu près acquise on commence à s’amuser vraiment et le jeu ne laisse pas le temps de souffler. en fin de partie quand on pense tenir la victoire les chars lourds ennemis débarquent et il vaut mieux avoir des réserves prêtes (Typhon, Wolverine, Challenger, piat) et au bon endroit.

    Tactiquement le jeu est réaliste portée et effet des armes, vitesse de déplacement suivant les terrains, résistance de l’infanterie dans les abris, Ligne de vue, effet de l’aviation ou de l’artillerie… LIA tactiquement ne fait pas n’importe quoi et ces positionnements, progressions, replie sont logique. Elle contre attaque également dès que possible même si c’est un peu décousu (effet soupoudrage voir plus loin)

    Néanmoins Je regrette un peu ce système d’arrivé de renfort par points qui fait que l’IA comme le joueur soupoudre au cas par cas, et suivant les points disponibles, une unité par ci, deux unités par là sans aucune cohérence de formation. La cohérence se retrouve ou pas, ensuite sur le terrain suivant les manques aux différents emplacements. Mais franchement si le jeu proposait une section d’infanterie , ou un peloton de char, plutôt que de l’individuel ce serait beaucoup plus réaliste

    Les unités de commandement ont une zone d’effet mais je n’ai pas compris ou aperçu leur véritable conséquence sur la partie. (Sans unité de cmd vous pouvez toujours apparemment recevoir des renforts contrairement à Red dragon par exemple)

    Graphiquement le jeu est très beau dès que l’on zoome un peu et contrairement aux jeux comme ‘raid dragon’ à une échelle supérieure, on zoome plus souvent car le théâtre d’OP et les distances d’engagements sont plus petites.

    je n’ai pas aimé par contre la passivité dans certains cas des unités contrôlées par l’humain. Exemple frappant et pénible: Les groupes d’infanterie arrive en camion et si vous oublié de les débarquer. Il reste dans le camion… En fait à part les tirs d’opportunités, de ripostes et les replies lié au moral les unités contrôlées attendent simplement d’être contrôlées.

    l’essentiel de la partie se passe donc à contrôler ses différentes positions et compléter en permanence sont dispositif pour faire face aux situations. C’est prenant, ludique, tactiquement intéressant mais manque de réalisme opérationnel en tous les cas pour le mode escarmouche à voir ce que donnera la campagne.

    Conclusion
    Si vous avez envie d’un bon jeu WWII tactique raisonnablement réaliste, vif, ludique et intéressant c’est je crois, un des meilleurs choix actuel. Si vous ne supportez pas le micro management, le temps réel et les OB éparpillé passé votre chemin

    PS
    On peut aussi considérer que le temps réel, le micro management en temps limité apporte naturellement au jeu les mêmes effets que le manque de coordination, les erreurs de commandement dans la réalité. Cependant cette omnipotence et réaction rapide en temps réel à toutes les situations est en opposition totale à la réalité d’un commandement sur le terrain

    • Wow ! Je crois que le test vient d’être réalisé et publié avant même qu’on ne réalise. Bravo ! 🙂
      Ce que tout ceci m’inspire, c’est que ce système moyennement réaliste risque de finir par être victime de sa rigidité. Du moins en mode escarmouche. J’espère que les campagnes sont moins prévisibles, que ce schéma d’activation qui contraint à n’impliquer les unités les plus puissantes qu’en fin de partie. Moi qui en suis resté à Times of Conflict… j’en conserve le souvenir d’un jeu visuellement époustouflant mais rapidement lassant ; ce serait dommage qu’il en soit de même ici !

  5. je complète un peu mon long avis précédent après une victoire majeure en mode conquête toujours en escarmouche.

    Je n’avais jamais zoomé a fond et c’est très impressionnant. Finalement sur certaine action c’est largement possible puisque on peu même pauser le jeu en mode “Bullet time” histoire de voir un Challenger surpris, par un stug dans le bocage, se faire déglinguer.

    Je reviens aussi sur le jeu de l’IA après qu’elle m’ait fait la peau 7 fois.
    Ce qui est très appréciable, c’est qu’elle joue les unités de façon très réaliste e fonction de leur usage normal. vous ne verrez pas des groupes d’infanterie foncer à terrain découvert, des chars avancer bêtement jusqu’a des maisons ou venir au contact d’unité ennemi…

    l’infanterie avance et essaye de tenir des positions . elle relie si c’est trop dur
    les chars restent à distance et utilisent leurs avantages de portée il replie si de ‘L’AT s’approche…
    Les canon AT sont souvent caché en fond de carte et vous attendent sur les axes.
    Les tentative de contre attaque se font sur des point faibles

    Franchement s’est la première fois que je vois une IA faire ça. Avec un peu plus de coordination se serait presque parfait.

    Je passe en mode plus dur pour ma prochaine escarmouche afin de voir l’évolution

    Petit défaut en plus
    La fin de partie et le tableau de résultat sont bref et peu lisible. Mais ce sera je pense amélioré pour la sortie

  6. Je continue mon exploration de la bêta du jeu.

    Salut à tous

    petit complément d’information sur le jeu

    Je m’étais contenté jusqu’a maintenant de ne jouer que les anglais doont les différents éléments (groupe de combat, véhicule, anti-char, aviation) étaient bien caractérisé.

    J’ai maintenant joué un peu les allemands et les américains. Ma crainte au début était, en changeant de camps de retrouver, un habillage différent pour des caractéristiques peu ou prou semblables. Heureusement Il n’en n’est rien. Pour ne sité que les groupes de combat le choix et surtout l’emploi est très différents

    Les anglais peuvent aligné plus d’unité d’infanterie car moins chère environ 20 points de qualité disons moyenne avec des groupes d’élément anti char (piat) séparé; le tous dans des camions lent

    Les américains aligne moins d’infanterie et plus chère environ 50 points. elle est monté dans des halftracks ce même hlaftrack devient un support puissant rapide et fragile en même temps. Les groupes sont équipé de bazookas

    Les allemand affichent deux principaux type de groupe de combat à 10 points les strump… juste bon à tenir des positions et des jager à 45 points de mémoire … puissant solide et bien équipé avec des capacités anti-char. Mais moins nombreux à aligné également pour cause de coût

    Sans rentrer dans le détail tout cela reste très historique et s’en ressent vraiment dans le jeu

    l’anglais progressera plus lentement en sécurisant et en occupant le terrain conquis
    L’américain ira plus vite en avant utilisant ses halftracks pour augmenter sa puissance de feu mais les groupes seront bien seul parfois attendant les blindés en soutien
    L’allemand aura lui moins de groupe présent mais un mix plus souple en utilisant les groupes à 10 points pour sécurisé et les jagers en assaut. Evidemment ils feront aussi fortement la différence quand rentreront les Panthers mais heureusement en petit nombre

    Donc On trouve une variété tactique dans l’emploi tactique très proche des doctrines de la période. C’est plutôt excellent.

  7. Mes dernière impressions au fil de l’eau n’étaient pas toujours très perspicaces, parfois emporté par un emballage ludique très séduisant

    Maintenant j’ai joué une cinquantaine d’heure “mode escarmouche et beaucoup en multijoueurs”

    L’EMBALLAGE SEDUISANT
    Beaucoup d’éléments du jeu sont excellent (IA, graphisme, zoom, balistique, map historique…) le nombre d’unités et de division représentées sont très historiques et leurs caractéristiques également …). Le jeu est prenant, addictif, fun.

    MAIS,
    les deux modes escarmouche (conquête et destruction) entraîne une façon de joué qui n’a rien d’historique
    En conquête on consomme de l’unité en veux tu en voilà pour prendre du terrain coût que coût quitte à perdre 80% d’effectif en une bataille. (Chef j’ai gagné! mais chef chef il ne me reste que la 7ième Cie)
    En destruction plus personne n’ose progresser trop avant, ce qui apparemment rend le jeu plus réaliste. Mais c’est faux car dès les unités repérés c’est la valse de l’artillerie à donf puis de l’aviation…

    DONC, LE MODE ESCARMOUCHE N’A RIEN D’HISTORIQUE ET MANQUE CRUELLEMENT DE SCENARIOS, SITUATION ET OBJECTIF HISTORIQUES.

    EN L’ETAT ACTUEL et dans l’attente de la campagne STEEL DIVISION N’EST PAS UN WARGAME !

Laisser un commentaire