En bref. Nouveau le mois dernier chez JTS, voici le second volet de la série Panzer Battles consacré cette fois au Débarquement et aux combats durant la bataille de Normandie. Au menu deux campagnes et soixante-cinq scénarios individuels couvrant les combats ayant eu lieu entre juin et août 1944. A noter que la carte principale, dont les graphismes ont a priori été un peu amélioré, est constituée de pas moins de 398 000 hexagones, représentant ainsi en détail la région allant du Calvados à la péninsule du Cotentin.

Pour plus d’informations sur Battles of Normandy, voyez cette page chez l’éditeur.

7 Commentaires

  1. Encore un monster game de John Tiller ! L’amélioration graphique (encore trop légère à mon gout), permet un peu plus de clarté dans la lecture de la carte (élément très important vue l’échelle du jeu). Je me suis lancé dans le scénario du 1er jour du DDay (40 tours, carte complète des plages du débarquement), c’est vraiment impressionnant le nombre d’unité à gérer…Le temps que prends la gestion d’un tour est exponentielle ainsi que sa résolution…
    Il faut une rigueur de spartiate et une patience de hyène pour manipuler des centaines d’unités ‘je pense qu’on doit frôler le millier de pions) par tour de jeu, surtout que l’interface est largement perfectible. Vivement un test :)))

  2. Graphismes améliorés… certes, on sent un léger mieux en ce qui concerne la carte. Je note toutefois que comparé à la série originelle de Talonsoft, la vue 3D et ses animations a complètement disparue. Ceci dit, lorsque l’on voit la “qualité” des représentations 3D chez JTS, on comprends qu’on a encore échappé au pire :p

  3. En fait il y a un scénario par plage de débarquement + un scénario pour chacune des opérations parachutées qui sont beaucoup plus maniables. L’échelle de jeu ( peloton pour les chars, de la batterie pour l’artillerie, de la section pour l’infanterie) traduit bien le chaos des opérations pendant les parachutages et les opérations de débarquement. On peut regrouper les unités pour constituer des compagnies ou des escadrons plus résistants et plus efficace mais c’est un processus long. Du côté allemand l’aspect surprise est également bien rendu avec des unités paralysées pendant de nombreuses heures.
    Au final malgré le moteur de jeu et l’interface qui doivent atteindre leurs 20 ans d’âge c’est plutôt une bonne surprise.

    • Une chose est certaine, Tiller s’y entend pour sortir des wargames capables de réveiller l’envie chez tout amateur du genre ! Celui-ci ne fait pas exception à la règle ;)

    • Difficile à dire, d’abord car je ne l’ai pas essayé, et après car ça dépend beaucoup de votre expérience avec les wargames (de ce genre). A priori il y a pas mal de retours positifs, c’est probablement un bon jeu en solo mais l’idéal ça reste toujours en multi.

Les commentaires sont fermés