En bref. Voici une bande-annonce présentant le nouvel épisode de la série Geo-Political Simulator, disponible depuis la mi-avril. Au menu de ce quatrième volet de nombreuses améliorations mettant l’accent sur les partis politiques, les campagnes électorales, les groupes contestataires, les organisations terroristes, l’IA des pays et des chefs d’états, ou encore la simulation des conflits actuels. L’interface ainsi que la carte et différents aspects du gameplay ont aussi été améliorés. De plus le jeu propose une vingtaine de scénarios pour explorer des situations et conflits spécifiques, tels par exemple “Guerre en Syrie et Irak, Bourbier ukrainien, Chaos libyen, Terreur au Nigéria, Casse-tête yéménite, Élections US 2016”.

Pour plus d’informations sur Geo-Political Simulator 4, voyez le site www.power-and-revolution.com. A noter qu’une version Steam est prévue ultérieurement et qu’actuellement les possesseurs de Geo-Political Simulator 3 peuvent bénéficier d’une réduction de 25 %.

Communiqué

Power & Revolution, Geo-Political Simulator 4, intègre de nombreuses nouvelles fonctionnalités notamment une nouvelle expérience de jeu qui permet d’incarner des opposants légaux ou illégaux, avec gestion de budget du parti ou de l’organisation illégale, interventions dans les médias, manipulations politiques, campagne électorale (incluant notamment un scénario spécifique sur les élections US 2016), lancement de mouvements de contestation, levée d’une armée…

Le jeu bénéficie également de phases de wargame tactique dans les villes lors des soulèvements populaires ou des conflits armés avec la possibilité de contrôler toutes sortes d’unités (manifestants, hooligans, extrémistes armés, forces de police, fourgons, hélicoptères, snipers, blindés…).

Les principaux conflits dans le monde (Syrie, Irak, Libye, Ukraine, Nigeria, Yemen…) sont simulés dans leurs moindres détails : lignes de front, territoires occupés, villes assiégées, unités militaires localisées, bases militaires internationales, effectifs et matériel des groupes terroristes…