Revivre un à un les événements ayant conduit à une défaite n’est pas habituellement une perspective enthousiasmante. Voilà pourtant ce à quoi nous invite H.P.S. avec cet épisode de la série Squad battles. Si l’Afghanistan n’a jamais représenté, depuis sa création en tant qu’état souverain, la destination idéale pour passer des vacances au calme, ce territoire peu propice à la villégiature s’est en revanche fait connaître en tant que terrain de jeu idéal pour les armées du monde. Un grand cirque militaro-politique, sorte de piste aux étoiles qui, au fil des siècles, en aura coûté quelques-unes à certains généraux ambitieux. Parmi les prestations ratées, catégorie envahisseurs bien intentionnés, étudions aujourd’hui le numéro de l’ours soviétique et ses acrobaties.

La carte et ses compteurs, en version originelle donc sans modifications.

Enchâssée au cœur d’une région montagneuse donc riche en cailloux de tous genres (grenats ayant notamment embelli les monarchies occidentales depuis les Mérovingiens ; lapis lazuli ; rubis, diamants et autres quartz), l’Afghanistan suscita les appétits de conquête dès l’aube du moyen-âge. Ses richesse minérales immenses mais également ses énergies fossiles (gaz naturel ou pétrole) représentent des charmes bien tentants pour les ogres qui marchent au pas. Les populations autochtones paraissant bien peu évoluées aux yeux des civilisations brillantes qui ont, de tous temps, tourné autour de ce pivot de l’Europe. Les républiques au sein desquelles semble serti ce joyau (Turkménistan ; Ouzbékistan ; Tadjikistan ; Pakistan) ont, comme lui, un jour fait partie de l’empire perse. L’Iran et la Chine complètent opportunément la métaphore joaillière, bras puissants d’un anneau enserrant fermement ce chaton. Le petit état chthonien émancipé au XVIIIe siècle, aux racines et aux fleurs fécondes… riche d’un passé militaire glorieux, s’est taillé au gré du temps et des tentatives d’invasion multiples, une solide réputation de bastion imprenable. Les plus puissantes armées, menées par les plus illustres commandants, s’y sont cassé les reins. Dernières en date (avant l’échéance américaine de retrait total des troupes), les cohortes soviétiques entrées, conquérantes, dans le maelström peu après Noël 1979. Le retour au pays, neuf ans plus tard, fut rude pour la superpuissance moribonde. On peut même dire qu’il scella le destin de l’Union, quelques mois seulement avant la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’édifice communiste.

Sorti en 2007, ce titre n’est pas la plus récente entrée dans la série Squad battles. Pour plus de détails sur les concepts propres à cette dernière, on se référera aux tests présentés sur notre site (voir les Notes, en fin d’article). Le jeu incluait alors quelques innovations intéressantes. Entre autres, l’utilisation d’armes chimiques, la démolition des ponts par l’usage de charges explosives (qu’on aimerait d’ailleurs pouvoir employer sur d’autres obstacles plutôt que de voir, par exemple, un convoi entier bloqué devant un simple muret…) ou encore, la récupération dans le temps des hommes choqués et des armes endommagées.

La même vue, modifiée bénévolement par des fans.

Trois campagnes (non dynamiques ; ne rêvons pas) dépeignent les actions de deux chefs de guerre afghans et d’un commandant soviétique (tous trois fictifs). Elles constituent un mode de jeu plus intéressant que les scénarios, permettant de suivre l’évolution des personnages principaux au travers de missions chronologiquement successives. L’aspect rôle se limite à comptabiliser le nombre de points de victoire amassés ainsi que, plus motivant, leur score de L.A.P. (Leader Action Points). Ceux-ci sont acquis en menant à bien diverses activités, telles que le ralliement des troupes (voir plus loin, le chapitre Disrupted), le recours aux soutiens opérationnels hors-carte (aviation ; artillerie) ou en participant activement aux combats. Une occupation beaucoup plus risquée car pouvant entraîner la mort du personnage, ce qui équivaut à la fin de partie définitive. En complément des cinquante-trois scénarios individuels, eux aussi répartis sur l’ensemble du conflit, ces campagnes apportent indéniablement un petit plus. On regrette d’autant l’absence d’évolutions apportées à ce concept, au fil des titres parus ultérieurement.

Chaque hexagone couvre 40 mètres de terrain. Un tour de jeu représente cinq minutes de temps réel. Leur nombre peut varier, en fonction de l’indécision stratégique et nouveauté introduite dans cet opus, certains objectifs demeurent cachés pour le camp adverse. La lisibilité de la carte, des marquages et des icônes s’avère moyenne ; particulièrement les informations en rouge sur fond marron, ainsi que la mise en surbrillance de l’hexagone actif, chose pénible durant les combats (voir Notes). L’affichage prend en charge les résolutions jusqu’au 1280 x 1024, offrant seulement deux niveaux de zoom (pas de 3D made in H.P.S.©… ouf !). L’affichage des informations dans la barre d’état, généralement pratique, est ici parfois trop rapide pour être lisible. La force supposée de ce jeu réside plutôt dans le théâtre d’opérations abordé. Une topographie bien différente des plaines espagnoles, de la jungle vietnamienne ou des rizières de l’Extrême-Orient, qui finalement s’avère aussi à l’origine de l’une des faiblesses majeures du ludiciel.

Trois campagnes s’offrent à vous. Côté moudjahidin ou soviétiques…

Comme tous les jeux déclinés de ce même moteur, utilisant un système de carte à hexagones, Soviet-Afghan War inspire pitié lorsqu’il s’agit de représenter et simuler un terrain hautement montagneux. En matière de réalisme on se retrouve avec des sensations comparables à celles éprouvées, enfant, lors de parties de petits soldats évoluant sur des montagnes de Lego. Les empilements évoquent aussi une topographie à la Mah-jong. Il faut une sacrée dose d’indulgence, enrichie d’un enthousiasme certain, pour passer outre. Si encore les bitmaps utilisés venaient compenser, par la finesse des textures, l’aridité du terrain massacré, on pourrait fermer les yeux (…) mais non, c’est juste moche (dans le sens de : mauvais goût) ! Passons et portons un regard indulgent sur le gameplay, en espérant y trouver bien moins matière à râler.

Lors des combats en terrain difficile (une grande part du jeu), l’ennemi principal ne sera ni afghan ni soviétique. L’uniforme de votre pire adversaire aura une couleur blanche, barrée du mot Disrupted ! Un état bien mal acquis car résultant de tirs ennemis, qui réduira considérablement les possibilités tactiques des unités (feu et mouvements, entre autres). Lorsque l’objectif requis pour assurer le quota de points indispensables à une victoire vous demeurera inaccessible, uniquement parce que l’unique groupe de combat en mesure de l’atteindre avant l’échéance du scénario se trouve Disrupted, grande sera votre frustration. Cet état honni survient essentiellement aux moments les plus improbables et gênants. A savoir, souvent, lorsqu’après plusieurs tours à crapahuter sans essuyer le moindre coup de feu, sans avoir discerné la moindre silhouette furtive entre deux rochers, au loin, le chef de groupe épuisé moralement par la tension psychologique, se dit qu’il serait peut-être judicieux d’activer le mouvement. Histoire de ne pas finir dans la situation classique de voir le scénario s’achever avec ses homme à deux hexagones de l’objectif. Et là… PAF ! Un tireur embusqué allume le groupe de tête… Disrupted ! C’est d’ordinaire à ce moment précis qu’on se dit : La prochaine partie, on ne m’y reprendra pas ; j’avancerai plus vite au début, puis précautionneusement aux abords des objectifs. Sage résolution mais en attendant, vous êtes Disrupted et il va falloir manœuvrer ; rapido ! Il reste déjà si peu de tours…

…chacune présentant un bref descriptif que l’on complétera en consultant la documentation numérisée.

Telle est l’antienne des joueurs des titres H.P.S.. On y revient toujours, à chaque nouveau titre qu’on aborde. C’est irritant mais c’est également l’un des attraits du système. Surprendre le joueur, aguerri ou novice, par des placements souvent logiques, lorsqu’on y réfléchit, toujours efficaces. Encore une fois, ça fonctionne bien avec Soviet-Afghan War car le terrain, d’ordinaire chaotique, s’y prête admirablement. On imagine aisément les difficultés rencontrées par les troupes opérationnelles de l’époque (c’est encore d’actualité, jusqu’à ces derniers jours). Les indigènes maîtrisent le terrain -avantage décisif- en plus d’avoir un sens acquis, millénaire, de l’art de la guérilla. Dommage qu’en l’occurrence l’intelligence artificielle s’appuie autant sur ses scripts… Tant que l’on joue en aveugle, brouillard de guerre activé, ça passe assez bien (à de rares exceptions près), il faut en convenir. En revanche, quand pour les besoins d’un test ou simplement pour apprendre à jouer on évacue cet artifice, certains comportements curieux sautent aux yeux. Rien de dramatique ou d’indécent (le jeu ne triche pas), on se trouve simplement dans la position d’un spectateur admis en coulisses d’un numéro d’illusions. La magie s’envole en même temps que les colombes. Pour résumer, comme pour les autres Squad battles déjà testés, l’I.A. accomplie son boulot correctement mais sans génie. Sa faiblesse paraît toutefois ici davantage marquée ; comme affaiblie, elle aussi, par la rudesse du terrain à gérer.

Soyons fair-play en indiquant les améliorations, même mineures, lorsqu’elle sont présentes. Le scénario du didacticiel est positionné en tête de liste. C’est tout de même plus pratique que de devoir le chercher au milieu des autres (un défaut des premiers Campaign Series). Beaucoup plus intéressant, le fait que le patch 1.02 (publié en février 2010) supprime la vérification du CD-ROM. En revanche (on ne peut pas tout avoir…) toujours pas de lancement du fichier d’aide via le bouton Help. Pas plus que lors de l’installation d’ailleurs, qui s’achève pourtant avec deux cases cochées : Lancer le jeu et Accéder au guide de démarrage. N’utilisant pas Adobe Acrobat, j’ai pensé que cela pourrait être lié, aussi, par acquis de conscience, j’ai installé La Chose… Rien à voir ; circulez ! Même souci en cours de jeu, avec les raccourcis clavier ; aucun d’eux ne fonctionne, à l’exception de l’accès aux paramètres décrivant la partie (F2) et les armes (F3). Des détails, certes mais qui perdurent au fil des ans. Passons…

On ne trouve toujours pas d’indications concernant les distances d’engagement : il faut compter les hexagones ! Rien non plus pour indiquer la nature et l’origine des tirs ou dégâts, ce qui est particulièrement gênant si vous relâchez votre attention (lors d’un déplacement, par exemple (des mines ! Où ça ?)). Subsistent également, encore, les mêmes poils à gratter ; comme la perte trop fréquente de chefs, en terrains minés ou sous le feu ennemi, bien que les corrections apportées aux algorithmes supposés corriger cela remontent aux calendes grecques. Idem en ce qui concerne les lignes de tir bloquées par les unités amies (il paraît que c’est réaliste). Les coquilles de la documentation, quant à elles, ont survécu à tous les tirs de barrage.

Un dernier mot à propos de l’utilisation des hélicoptères dans le jeu. Leur modélisation est sensiblement la même (donc lourde…) que celle de blindés légers (très légers) disposant d’un champ de vision étendu (mais guère plus inquisiteur). La perte de tels engins pénalise fortement le score final. Leur usage s’en trouve donc drastiquement limité. Prudence ! résumant bien leur doctrine d’emploi. Bien que peu exaltante dans la référence qu’est WinSP MBT, on ne peut que déplorer ici une modélisation qui en demeure encore fort loin. Le système H.P.S. ne se prête clairement pas à la simulation intéressante d’une telle arme aérienne. Si comme moi vous êtes très attaché au style d’engagements permis par cette force mobile, versatile et puissante, à l’emploi subtil, n’espérez pas revivre ici les opérations héliportées de ce conflit. Si vous ne le connaissez pas, tournez-vous plutôt vers WinSP MBT de Shrapnel Games. Que ce soit pour cet aspect précis ou pour le reste des combats historiques de cette guerre d’Afghanistan, la satisfaction ressentie y est à des années-lumière du jeu proposé par H.P.S.

Le mode de calcul des points demeure classique pour la série des Squad battles.
Les scénarios proposent un éventail plutôt riche, couvrant l’intégralité du conflit. Certains sont plus particulièrement destinés à être joués par e-mail.
Les éditeurs fournis (ici celui consacré aux ordres de bataille) permettent également de s’amuser mais toujours dans un cadre strict, limité au thème principal.

Conclusion

Soviet Afghan War est un jeu de combats tactiques de qualité tout juste honnête, sans plus. Le système y montre ses limites, de façon encore plus évidente que dans les titres récents de la série. La faute à une carte d’hexagones à l’image du jeu dans son ensemble ; peu attractive et inapte à rendre, de façon convaincante, la topographie du terrain. Le système de jeu, globalement obsolète, n’ajoute que peu d’attrait à cet opus. Tout juste sauvé, par trois campagnes intéressantes et une I.A. potable, de la même avanie qu’il tente de dépeindre à grand peine. Celle infligée à un mastodonte soviétique rhumatisant, miné par le poids des années. Ce n’est pas un fiasco total, plutôt un camouflet adressé par un autre système de jeu, bientôt vieux de vingt ans, celui animant WinSP MBT ! Si vous êtes intéressés par la reconstitution des batailles de ce conflit, faites l’économie d’une quarantaine d’euros ; optez pour le gratuit…

  • Un théâtre de conflit intéressant, rarement utilisé.
  • L’aspect rassurant d’une série pérenne et bien rodée.
  • Quelques mods utilisables/indispensables, chose rare pour ce type de jeu.
  • Documentation riche ; outils intéressants (éditeurs) ; multi-joueurs.
  • Hexagones + Vilaine carte ? Réalisme + Plaisir visuel/ludique.
  • Les situations parfois ubuesques liées à la représentation du terrain et au système de jeu.
  • La modélisation peu crédible de certains matériels.
  • Beaucoup trop cher pour un titre vieux de quatre ans et totalement obsolète vis-à-vis de la concurrence gratuite.
Même modifiée, la carte demeure simpliste et grossièrement détaillée, surtout pour un wargame tactique.
Infos pratiques

Site officiel

Prix éditeur : 49,95 $ (environ 36,50 €, plus frais de port).

Configuration minimale : Windows XP ; Windows 98 ; Windows ME (non testé sous Windows 7 mais probablement OK), Pentium 200 Mhz ou équivalent AMD, carte vidéo compatible DirectX 9 (API indispensable !), lecteur optique (uniquement pour l’installation), espace disque libre : 250 Mo (chez moi : 181 Mo sans les Mods), carte son. Jeu en anglais (pas de V.O.).

Notes :

Guerre d’Afghanistan (1979-1989) sur Wikipédia.
– Quelques Mods, téléchargeables Task Force Echo 4, permettent d’améliorer grandement l’aspect visuel et d’en atténuer les défauts (les captures du test furent réalisées avec ces Mods). Voici, pour les plus pressés, les deux fichiers disponibles pour S-AW sur ce site très complet : Terrain-Counter-Weapon Art (5,748Mo) – Counter Art (448Ko). Libre à chacun de piocher dans l’un et l’autre, selon ses goûts. N’oubliez cependant pas la règle élémentaire : sauvegardez vos fichiers originaux avant d’installer le moindre Mod. Sachez qu’aucun de ces fichiers graphiques n’altère le gameplay et peut donc être utilisé en cours de partie (solo ou e-mail) sans problèmes. Vous trouverez également sur ce site une multitude de scénarios destinés aux jeux H.P.S. dans leur ensemble, dont une paire utilisables avec S-AW (l’un d’eux s’intitule John Rambo, tout un programme…) mais aussi quelques excellents articles (en anglais) consacrés à l’utilisation tactique de divers matériels (artillerie et chars).

– MapMods. LES mods indispensables pour améliorer les cartes de la série Panzer Campaigns. Notez qu’est également disponible un Mod superbe destiné à France ’14. Ce site extrêmement bien présenté, agréable à utiliser, propose ici de véritables bijoux en termes de modifications. Un travail soigné qui modifie largement la perception qu’on peut avoir des jeux H.P.S. et cela gratuitement… Pour quelles raisons un tel ouvrage ne se trouve-t-il pas incorporé dans la production d’origine du studio ? Mystère !
Volcano mods. Cité uniquement par acquis de conscience car ce site exige de créer et utiliser un compte spécifique, afin de pouvoir télécharger ses contenus. Une pratique tendant à se généraliser mais peu compatible avec l’idée de partage et de convivialité propre à Internet.
– A voir aussi sur le même thème Combat Mission Afghanistan édité par Battlefront.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici