Les français de chez Eugen Systems ont pris l’habitude de nous surprendre agréablement. Depuis World in Conflict, R.U.S.E. et la série intitulée Wargame, ils ont laissé leur marque dans le monde de la stratégie temps réel orientée « réalisme » plus que « compétition ». Leur nouveau partenariat avec Paradox a donné naissance à la fin du printemps dernier à Steel Division : Normandy 44, un retour donc dans des terres bien connues.

Plutôt du STR comme on en fait plein

Difficile de renouveler un genre aussi exploité que la Stratégie en Temps Réel (STR) de nos jours. La pléthore de jeux de ce type depuis Warcraft a rendu le public assez exigeant.

Réellement, Steel Division n’apporte aucune révolution au genre, pas de cartes de ruse comme dans le jeu éponyme, pas de gameplay asymétrique comme dans un Starcraft, son principal attrait est une des marques de fabrique vu dans les titres précédents de Eugen Systems, le sentiment de réalisme.

En effet, loin d’un Company of Heroes et autres jeux sur la Seconde Guerre mondiale, les portées et distances d’engagement sont assez réalistes, un 75LL de Panther peut allumer sa cible à quasiment un kilomètre (même si le bocage normand ne se prête guère à ce genre de combat), les fusils et mitrailleuses sont effectifs à plusieurs centaines de mètres. Il s’agit d’un défaut particulier aux STR orientés compétition, ou effet « Hollywood » plus qu’à une représentation crédible d’un combat moderne, que de faire s’affronter des armées entières dans un mouchoir de poche.

De la même façon, ici pas de points de vie pour les unités, les armes pénètrent ou non le blindage des chars en fonction de l’angle et de la distance du tir, et du type de munition, et les dégâts sont fonction de la partie atteinte. Vouloir abattre un Panther avec une horde de M5 Stuart aussi nombreux soient-ils est voué à l’échec.

Avant de jouer en multijoueur, vous devez créer votre division.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Consultez nos offres d’abonnement sur cette page : www.wargamer.fr/boutique/

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Beau, très dynamique, facile à prendre en main.

  • Trop peu de contenu.
  • Thème et gameplay répétitif.

Notes
Multimédia
90 %
Interface
80 %
Gameplay
50 %

Infos pratiques

Date de sortie : 23 mai 2017
Éditeur / Studio : Paradox Interactive - Eugen Systems
Prix : 39,99€
Site officiel :

fiche chez l’éditeur ; fiche sur Steam

Remarques :

A noter que depuis sa sortie le jeu a bénéficié de trois mises à jour (le troisième patch arrivant ces jours-ci) relativement importantes, rééquilibrant différents mécanismes, et ajoutant par exemple de nouvelles cartes pour le mode multijoueurs.

Article précédent1812 – The Invasion of Canada arrive sur PC, Mac et mobiles
Article suivantEmpires Apart : screenshots, bêta et trailer

Poster un Commentaire

avatar
  Abonnement aux commentaires  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Clayroger
*
Bonjour Brazouk, Je réagis à ta sympathique présentation de SD44. J’ai ce jeu depuis sa phase de béta ouverte et je suis assez partagé. J’y ai passé pas mal d’heures, et je ne connaissais pas les précédents jeux de Eugen Systems. Voici mes impressions : POUR A l’actif de ce RTS et qui m’a séduit d’emblée, la partie graphique. Je dirais que c’est majestueux, à condition de disposer d’une machine dotée d’une carte graphique récente. L’espace de jeu est assez immense, et il est possible de zoomer n’importe quel point de carte jusqu’à voir les détails de chaque soldat en… Lire la suite »
frondeur de rhodes
*

Très précis, merci !

Lucky30
*
Ayant acheté ce jeu il y a déjà un moment ne phase de test j’ai déjà laissé beaucoup de commentaire dessus dans un article précédent sur ce site Mes commentaires d’abord positif et enthousiaste ont ensuite tourné vinaigre. Je suis globalement en ligne avec ce que dit Brazouk SD est un bon STR assez vraisemblable quand on regarde par exemple les distances d’engagements des différentes armes notamment face au côté Hollywood des autres STR. Ils restent néanmoins beaucoup d’incohérences comme par exemple une unité d’infanterie avec 1 seul hommes qui continue le combat en restant même efficace. L’aviation et l’artillerie… Lire la suite »
Clayroger
*
Trop d’avions oui. Ce n’est vraiment pas historique, et surtout côté allemand. Même si la Luftwaffe a eu une activité en Normandie, l’effet sur les opérations a été mineur, contrairement à l’aviation alliée… Concernant l’artillerie, je serais beaucoup plus partagé. L’artillerie a eu un rôle prépondérant en Normandie comme ailleurs dans le conflit. Je trouve ses effets assez bien rendus dans le jeu. En revanche je suis d’accord avec ta critique d’absence de scénario historique. Pour nous amateurs d’histoire, c’est un manque cruel et à vrai dire pas vraiment compréhensible. Et c’est d’autant plus dommage qu’il n’y pas d’éditeur de… Lire la suite »
hialmar
*

La Luftwaffe ayant mené, contrairement à la légende, plusieurs centaines d’opérations les premiers jours du débarquement, je ne vois pas de problème à voir quelques avions coté allemand… D’ailleurs, en général et à niveau égal, ce sont les alliés qui ont l’avantage dans les airs.