Ayant laissé mon Panzer en double file devant la Belle Alliance, j’ai abordé Stirring Abyss comme un jeu de combat tactique dont l’action nous plonge vingt mille lieues sous les mers. Jeu de combat tactique, c’est vite dit, car d’autres le présente comme un jeu de rôle. Ce qu’il est aussi.

Pour connaître la réponse, le plus simple est de lire les règles. Difficile quand il n’y en a pas, enfin seulement en jouant et qu’un tutoriel nous explique un peu ce qu’il se passe.

Le jeu se décline sous deux versions une dite « sans fin » et un mode « histoire ». Le mode « sans fin » est plus accès sur les combats et est beaucoup plus difficile. Je me suis donc rabattu sur le mode « histoire » qui nous ramène en pleine guerre froide, fin des années 1950, où notre sous-marin a sombré. La difficulté est paramétrable, mais la prise en main m’a demandé de nombreux essais au niveau « normal ». Il est vrai que la conjonction de mon incompétence et de l’interface disponible en diverses langues sauf celle française, n’ont pas arrangé la situation.

Vous allez donc commencer avec un rescapé équipé d’un scaphandre vous permettant de vous déplacer au fond de la mer comme sur terre, et allez devoir retrouver votre sous-marin, l’équipage qui va bien, tout en éliminant des créatures étranges. Au début, j’ai cherché à savoir si celles-ci étaient obligatoirement hostiles ou si on pouvait leur parler ou traiter avec elles. Clairement, le jeu n’est pas orienté diplomatie…

Vous allez donc devoir d’un côté gérer les ressources du sous-marin, tout en le remettant en marche et de l’autre réussir diverses missions sous-marines pour compléter votre équipage et collecter des ressources.

Stirring Abyss
Le début, pas grand-chose à faire, balade et recherche.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

 

Pour plus d’informations sur Stirring Abyss, voyez cette page chez l’éditeur, ou celle-ci sur Steam.

Points positifs et négatifs

  • Thème dépaysant.
  • Facilité d’approche.
  • Inspiré de Lovecraft.
  • Quadrillage rectangulaire.
  • Pas de multijoueur.
  • Combats tactiques limités.
  • Pas de VF pour l’instant.

1 commentaire

  1. De retour sur ce jeu, j’ai pu constater que la version française est active. Pour moi, qui ne possède qu’un mauvais anglais scolaire, c’est indéniablement un plus. Le jeu possédant beaucoup de dialogues, sa note s’en trouve réévaluée à la hausse.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici