Depuis quelques années, une nouvelle frontière se dessine pour l’imaginaire voire pour l’avenir de l’humanité. Terraformer une exoplanète afin de résoudre les limites géo-environnementales voire géophysiques de la notre en la rendant habitable. Parmi les destinations envisagées, Mars est la plus populaire. Depuis quelques mois, un jeu de plateau vous propose d’incarner, au nom du gouvernement mondial d’un avenir situé en 2315, une corporation industrielle chargée de réaliser ce projet. Très vite, sur ce thème porteur et malgré une communication et une production assez discrète, le bouche à oreille a poussé Terraforming Mars sur les plus hautes marches de l’Olympe ludique. Examinons les raisons de ce succès.

Card driven + hexagones + cubes = moteur parfait ?

Le jeu se présente sous un format classique et une belle illustration met immédiatement dans l’ambiance. Pourtant, si l’acheteur n’est pas prévenu, l’ouverture de la boite risque de provoquer quelques frustrations.

Si l’esthétique générale est cohérente et sans fautes, la production est en dessous des standards actuels. Rien à redire sur la carte montée en carton épais mais le reste du matériel est non seulement un peu "cheap" voire franchement inadapté aux besoins. Des cartes non tissées qui s’abimeront rapidement si on ne les protège pas, et il y en a 223 dans la boite de base ! Des cubes en plastiques peints de couleurs métalliques qui s’écailleront plus ou moins rapidement selon votre système de rangement. Mais surtout des plateaux individuels en carton léger, devant accueillir ces cubes, qui se révèleront quasiment injouables dès la première partie.

En effet, le moindre choc est l’enregistrement de vos niveaux de production et de vos stocks se retrouvent en désordre. Or les interactions sont constantes entre les cartes, les cubes, la carte et les plateaux. Maladroits, passez votre chemin ou investissez, comme je l’ai fait dans un organiseur en impression 3D ou en découpe laser !

Il faut par contre reconnaitre les talents de pédagogues de l’auteur. La règle dans sa logique comme dans sa mise en forme, les descriptions des cartes et surtout l’iconographie sont limpides. Plus fort, sa formation scientifique est ici un fantastique moteur à la vulgarisation de phénomènes physiques, chimiques, biologiques et même économiques complexes mais parfaitement retranscrits et non dénués d’humour dans l’ambiance qu'ils apportent.

Broken Token sait faire des organiseurs, et une belle table en merisier (non incluse) sait mettre la planète rouge en valeur.
Pour lire cet article dans son intégralité vous devez être abonné au site de la Gazette du wargamer. Vous retrouverez notre offre d'abonnement directement sur cette page : www.wargamer.fr/abonnement/

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Thème original et bien traité, à la fois ludique et réfléchi.
  • Gameplay hybride réussi.
  • Grande rejouabilité (d’autant plus avec les extensions).
  • Version française disponible.

  • Seul gros défaut, le matériel de jeu laisse beaucoup à désirer, tant en terme d’organisation, de rangement, que de qualité.

Notes
Graphismes
80 %
Manuel et matériel
60 %
Gameplay
100 %

Infos pratiques

Date de sortie : Août 2016
Éditeur / Studio : FryxGames
Prix : 60€
Site officiel :

Fiche chez l’éditeur ; fiche de la première extension ; fiche de la seconde extension. Fiche de la VF.

Remarques :
Article précédentMéga tournoi d’hiver pour Field of Glory II et J-3 pour Immortal Fire
Article suivantEU IV – Cradle of Civilization : le Proche et Moyen-Orient revisités

Laisser un commentaire