Sorti en février dernier, développé par L3O Interactive, Horizon est un 4X Spatial à la sauce Master of Orion. Rien de bien original me direz-vous, le marché est plein de ce genre de simulation, alors quels sont les atouts de ce jeu ? Voyons donc cela en en faisant un tour … d’horizon.

Du classique

Essentiellement il s’agit d’un jeu en tour par tour, se déroulant sur un « plateau » quadrillé et mélangeant phases stratégiques et, combat tactiques. Le gameplay général de Horizon fait tout de suite penser à la série des Master of Orion. La carte stratégique vous présente les étoiles, et un clic sur celle-ci ouvre une vue du système stellaire en question, avec ses différentes planètes. Les déplacements entre les systèmes se font sur des « cases » et non via des routes comme dans un Endless Space ou Sword of The Stars.

Le joueur peut sur chaque planète bâtir différentes structures, augmentant la productivité de la planète, la vitesse de la recherche scientifiques, le commerce ou favorisant l’agriculture. Chaque planète est gérée individuellement, mais le nombre de structures pouvant être bâties est limité. La progression de l’efficacité des structures étant exponentielle, spécialiser ses planètes est indispensable.

Une seule ressource est à gérer, l’argent, que l’on dépense au début de la construction d’un navire ou d’une structure, puis que l’on peut utiliser pour « rusher » une construction. Bien entendu, la maintenance joue un rôle important, grevant le budget d’un empire ayant une trop grosse flotte.

Encore une fois, comme dans Master of Orion, chaque planète est qualifiée en fonction de son habitabilité, qui joue sur la population maximale et sur le taux de croissance, ainsi que d’une richesse, qui influe sur sa production industrielle. Il est important de bien cibler les planètes à coloniser au début, les planètes idéales étant rares.

La colonisation est atypique en cela que vos vaisseaux colonisateurs ne sont pas détruits après avoir fondé une colonie, il suffit de les renvoyer à une base stellaire pour « recharger » leurs modules de colonisation. Cependant, cette base étant très coûteuse, la colonisation initiale est plutôt lente.

La diplomatie est également très classique, vous proposez des traités, des alliances, versez ou recevez des tributs, rien de particulier. Même le mécanisme de Master Of Orion d’élection d’un empereur est conservé. La seule finesse étant que vous ne pouvez discuter qu’avec les empires à portée de communication interstellaire, portée dépendant du niveau technologique dans le domaine idoine. Ce système original vous impose donc d’envoyer des vaisseaux chez vos voisins pour discuter si ceux-ci sont trop loin, une idée que j’aime beaucoup.

Un dernier mot sur les mécanismes classiques d’Horizon, ici le design de vaisseau. A nouveau une fois, celui-ci est très proche de Master of Orion 2, chaque vaisseau à des modules obligatoires (énergie, systèmes de survie…), des modules optionnels (baies de chasseurs, troupes d’abordages, pods de combat…) et des armes.

Chaque race dispose de quatre armes uniques au début de la partie, par exemple les humains commencent avec les canons laser et les missiles nucléaires pour le combat spatial, les bombes nucléaires pour le bombardement, et les fusils à “grosse balles” (la VF n’est pas formidable…) pour le combat au sol. Encore une fois, cela sent le Master of … bon, vous m’avez compris. Et bien sûr, d’autres technologies seront débloquées au cours du jeu.

Chaque arme installée sur un vaisseau peut être déclinée en trois tailles, légère, qui tire à 360° et idéale pour abattre chasseurs et missiles, normale, armes avec un arc de tir à 120°, et grosse, armes qui tapent fort mais sont très encombrantes. L’emport de munition pour les missiles est aussi à prévoir lors de la phase de conception. Durant le design, chaque vaisseau est catégorisé dans l’une des quatre tailles, chaque planète pouvant bâtir simultanément un vaisseau de chaque taille.

Originalités

Alors, en quoi Horizon se démarque-t-il ? Deux choses, la recherche technologique et le combat tactique, pour le meilleur et pour le pire.

Tout d’abord, la recherche technologique, inspirée de toute évidence du vénérable Birth Of The Federation (un autre 4X spatial que j’espère vous présenter un jour). Le concept est qu’une empire stellaire ne travaille de toute évidence pas sur un seul sujet de recherche en permanence, mais sur tous. Dans la pratique, les points de recherche générés par vos laboratoires sont répartis sur tous les domaines de recherche de façon quasi égale. Chaque sujet ayant des niveaux, l’augmentation de ces niveaux améliorant votre empire.

Par exemple, chaque niveau en manipulation génétique augmente l’efficacité de vos chercheurs et de vos ouvriers, chaque niveau en canon laser augmente les dégâts de ces armes et chaque niveau en communications interstellaire augmente la portée de vos communications.

A certains niveaux de certaines technologies, une découverte a lieu, et une nouvelle technologie apparait au niveau 0, comme les dispositifs d’invisibilité ou les canons à plasma. Les technologies étant regroupées en 6 catégories, il est possible de favoriser l’une de ces catégories, qui recevra alors 50% des crédits de recherche, au détriment des 5 autres, et au sein d’une catégorie, il est possible de favoriser de la même façon l’un des sujets, permettant ainsi d’accélérer si besoin une découverte capitale. Ce système est la grande originalité de Horizon, et sans doute sa plus grande force.

Chargez les torpilles à plasma !

Passons maintenant du fils prodigue au bâtard encombrant, le combat tactique. Sans doute le point le plus décrié du jeu, il est en effet lourd et ennuyeux au possible, mais la résolution automatique des combats par l’IA étant très mauvaise, il reste obligatoire.

Un combat tactique se déroule en 50 (!) tours de combat. Durant chaque tour de combat, les vaisseaux agissent selon leur ordre d’initiative et peuvent se déplacer et/ou attaquer. Chaque action, déplacement ou attaque consomme l’énergie d’un vaisseau, sachant que si celui-ci dépense toute son énergie et a un réacteur faible, il peut débuter le tour suivant à moins de 100% de son potentiel énergétique. Un système intéressant et louable.

Là où le bât blesse, c’est que l’interface utilisateur est catastrophique, le nombre de clic pour résoudre un combat est beaucoup trop élevé. Par exemple, si vous souhaitez bombarder une planète : un vaisseau est sélectionné, vous appuyez sur « A » pour attaque, puis cliquez sur la cible, puis appuyez sur entrée pour passer au vaisseau suivant, puis appuyez sur « A » … et ainsi de suite, cela multiplié par votre nombre de vaisseaux et multiplié par 50 pour la durée du combat ! Avec la caméra qui se déplace à chaque fois pour centrer le navire sélectionné…

Un élément intéressant est que les dégâts sont localisés, donc il peut être intéressant de manœuvrer un vaisseau pour éloigner un flanc endommagé de l’ennemi, ou au contraire utiliser des vaisseaux rapides pour harceler un ennemi affaibli.

Derniers mots

Finalement, Horizon se révèle une tentative de ressusciter Master of Orion en y ajoutant d’intéressants éléments de gameplay. Le jeu est plaisant, le moteur est fluide, les musiques belles, on se prend à passer des heures à jouer aux empereurs stellaires. Il reste clairement un jeu plus simple que les mastodontes du genre (Distant Worlds par exemple) et s’appuie sur des mécanismes rodés et éprouvés. Si vous aimez la stratégie en tour par tour au rythme lent, et que vous ne cherchez pas des jeux au moteur graphique époustouflant, si vous êtes un nostalgique de Master of Orion ou de Birth of the Federation, vous y trouverez votre compte.

 

Chaque système peut comprendre jusqu’à 9 planètes.
L’écran de résumé des colonies est très utile.
Le design de vaisseau est classique mais sans plus.
Le système de recherche est la plus grande originalité de Horizon.
Les combats sont longs, notamment les sièges planétaires.
  • Des mécanismes éprouvés.
  • Un système de recherche original.
  •  Une interface à parfaire.
Infos pratiques

Date de sortie : février 2014.

Éditeur / Studio : Iceberg Interactive / L3O Interactive

Site officiel : www.horizongame.com

Prix : 29.99 € (en boîte – disponible aussi sur Steam)

[wp_biographia]
Vidéos de gameplay : Jouons à ...

Vous retrouverez sur ma chaîne Youtube une série de douze vidéos présentant en détail le déroulement d’une partie avec Horizon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here