Ayant testé Wars Across The World lors de sa sortie, j’étais déçu par le nombre de bugs rencontrés. Pour savoir si Strategiae, éditeur très réactif au demeurant, avait gommé les défauts de jeunesse, je me suis relancé sur un scénario plutôt réussi dans la version de base du jeu : Normandie 1944.

Voilà, le compte-rendu de cette partie, jouée du côté des Alliés contre l’intelligence artificielle. Un résultat désormais globalement plus satisfaisant, correspondant aux objectifs du jeu et de son système, simuler rapidement et facilement des grandes batailles.

Dans le cas de ce scénario, il est décrit comme jouable en une heure et demie ce qui est à peu près le cas selon la manière de jouer de chacun, certaines cartes aléatoires qui peuvent accélérer ou inversement ralentir le cours des combats, selon aussi la chance ou la malchance qu'on peut avoir lors de la résolution des combats, le niveau de difficulté choisi, et bien entendu que l'on connaisse plus ou moins bien les règles du jeu. Comptez deux bonnes heures si vous débutez et tâtonnez, moins dès que vous maitrisez le système.

Le plan général

Ce scénario est très accès sur le ravitaillement. Je vais donc envoyer mes parachutistes le plus près possible d’Arromanches pour sécuriser le secteur et déployer le port artificiel Mulberry. L’aviation américaine et anglaise va attaquer tout le long de la côte en appui au débarquement de toutes mes troupes. Après, on avisera…

Fin du premier tour Allié : de la résistance sur Gold, mais le port Mulberry est en place. Il est indispensable pour assurer le ravitaillement.
Pour lire cet article dans son intégralité vous devez être abonné au site de la Gazette du wargamer. Vous retrouverez notre offre d'abonnement directement sur cette page : www.wargamer.fr/abonnement/

Laisser un commentaire