Troisième et dernière partie de notre récit détaillant les combats dans ce scénario permettant de simuler la bataille de Tolvajärvi ayant eu lieu en décembre 1939 entre la Finlande et l’URSS, une des premières missions dans la campagne de la récente extension Winter War pour Order of Battle WWII.

À l’issue des précédents combats ayant conduit à la captures des documents dans les décombres de l’hôtel Isthmus, nos  ressources sont sensiblement augmentées. Cela va s’avérer opportun pour, après avoir éradiqué les quelques unités rouges encore stationnées aux abords, revitaliser nos troupes.

Certaines, comme les éléments du Génie ont acquis de précieux points d’expérience qui seront mit à profit lors des rudes combats à venir. Les unités ayant bénéficié de renforts d’élite (touche E) sont également déficitaires en points d’Efficacité.

En conséquence, afin de les ragaillardir, il convient de leur accorder un ou deux tours d’inactivité totale (sans mouvements) à l’écart des éventuels combats. Les résultats obtenus lors d’un affrontement entre un groupe avec cinq points d’Efficacité et un autre bénéficiant des dix points optimaux est vraiment significatif et peut faire la différence entre victoire et défaite.

L’apparition de chasseurs Polikarpov I-15 coïncide presque avec l’attribution, de la part de l’état-major, d’un surplus de points de commandement aériens. Tant mieux pour moi car la chasse soviétique commence donc à se manifester très agressivement.

order-battle-winter-war-aar-p1-Carte_Strat
Vue stratégique de la carte au premier tour de la partie.
order-battle-winter-war-aar-p3-overview03
L’état des opérations au tour 17. Au sud un roadblock soviétique s’annonce problématique.
order-battle-winter-war-aar-p3-dogfight02
Au centre, pendant que les troupes au sol progressent, un Fokker D.XXI finlandais assure leur couverture aérienne.

Dans les tours qui suivent, après l’affectation de ceux-ci à l’acquisition d’un chasseur d’origine néerlandaise, un Fokker D.XXI, puis d’un appareil de reconnaissance (plus par plaisir que par nécessité ; on ne se refait pas), l’aviation finlandaise aura amplement l’occasion de démontrer ses compétences.

Skiant en avant-garde du reste des troupes, mon unité de choc tombe nez-à-nez avec une vieille connaissance, un peloton d’automitrailleuses BA-10 (Broneavtomobil  > voiture blindée en russe) s’étant replié sur le site du dépôt de ravitaillement. Déjà affaiblies ces troupes mécanisées sont une proie facile pour mes skieurs, qui les engagent aussitôt.

Pendant ce temps, le gros de mes forces, au centre, reprennent du poil de la bête avant d’entamer une progression -que j’espère rapide- en direction de Ristisalmi. Certaines de mes unités encore en état mènent des combats d’arrière-garde contre de l’infanterie soviétiques éparse. Ces bougres s’accrochent désespérément au terrain !

Faisons un rapide bilan, à peu près à mi scénario. Au nord, mon unité régulière et l’artillerie qui l’accompagne ont détruit les deux ennemis bloquant leur progression vers Kangasvaara, avant de recevoir le soutien de troupes du Génie arrivées du sud.

Au centre, le dépôt de ravitaillement, ainsi que la bourgade de Rivisalmi sont désormais aux mains des finlandais. La route sud, accès le plus rapide vers l’objectif principal de cette opération s’avère impraticable, bloquée par un contingent de trois unités soviétiques retranchées, dont un peloton de chars légers T-26.

Fort heureusement, les lacs barrant le centre de la carte, obstacle infranchissable en été, se trouvent en cette saison pris par une épaisse couche de glace permettant le passage de mes camions.

Après la destruction de l’unité de reconnaissance blindée soviétique par mes chasseurs à ski, pratiquement sans pertes pour nous, un détachement de soutien antichars sous la forme d’infanterie lourde prend la relève. Sa mission, harceler les troupes retranchées bloquant la route, dans l’idée de les occuper tandis que le gros de mes forces contourne ce roadblock par le nord. Une opération de diversion, en quelque sorte.

L’espace aérien dans la région résonne du vrombissement des moteurs en étoile… La chasse russe se démène pour tourmenter mes troupes au sol. Par chance et par la grâce de développeurs bienveillants avec les joueurs, les pertes dues aux passes de mitraillage se révèlent miraculeusement faibles.

Dans le même temps mon escadrille de Fokker prend l’air, bien décidée à en remontrer aux I-15 russes. En réalité, les combats aériens s’avèrent assez équilibrés et je dois profiter des dégâts subis par les rouges lors de leurs attaques au sol. Certaines unités, comme l’infanterie lourde, équipée de mitrailleuses en armes de soutien, infligent parfois des avaries dont il convient de tirer partie. Tout est bon pour faire pencher la balance.

Il m’aura fallu un peu plus d’une dizaine de tours pour prendre position aux abords de Ristisalmi. La connaissance exacte des positions ennemies acquise grâce à la prise du QG, dans les premiers tours du scénario, montre ici toute sa valeur.

Autre point important, la destruction des forces aériennes russes, complétée par les reconnaissances au sol auront également favorisé la détection d’unités rouges positionnées non loin de l’objectif.

Le choix de les contourner, outre le fait qu’il permet de préserver l’état de nos troupes, s’impose face au temps imparti à ce scénario. La dizaine de tours restant pour déloger les unités retranchées, notamment les blindés, révélant l’équilibrage au plus juste de cette bataille.

order-battle-winter-war-aar-p3-division
A l’est, Ristisalmi, une position plutôt impressionnante, de prime abord !
order-battle-winter-war-aar-p3-chiffres
Un peu de comptabilité… Le pavé avec les chiffres en surbrillance montre les statistiques favorables à l’unité sélectionnée.
order-battle-winter-war-aar-p3-dogfight-b
Au sud-ouest, les pilotes finlandais doivent prendre des risques pour affirmer notre suprématie aérienne.
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing01
A l’est, les troupes de skieurs, expérimentées et rapides, suivies d’une unité régulière, prennent position sur le flanc droit des soviétiques à Ristisalmi ; contournant par les bois, afin d’attaquer directement la ville et l’artillerie en surplomb.

Pendant que mes chasseurs à ski prennent à revers les défenses russes, attaquant leur point faible personnifié par l’artillerie retranchée sur une colline adjacente à Ristisalmi, le gros des forces se positionne en limite de sa portée. Le fait d’avoir doté ma propre artillerie de camions de transport fait que celle-ci a pu suivre le train et prendre position en soutien.

Tandis que les chasseurs portent les premiers coups aux 76mm russes, infligeant rapidement des dégâts significatifs, les tubes des obusiers finlandais entreprennent d’assouplir les défenses adverses. Les troupes du Génie, idéalement situées attendent leur tour en faisant monter leurs lance-flammes en température !

Pris à l’improviste, les rouges n’ont d’autre option que de tenter de tenir leurs positions, probablement confortés par la présence dans leurs rangs d’unités mécanisées telles que des T-26 et des automitrailleuses.

La mise en batterie de canons antichars, même de faible calibre, démontre la préparation de leurs positions ; leurs troupes sont bien retranchées et l’utilisation de pièces d’artillerie revêt ici tout son intérêt. Sans ces obusiers, les déloger rapidement serait une tâche pratiquement vouée à l’échec.

Après quelques tours de bombardement et l’assaut conjugué d’unités du Génie soutenues par l’infanterie lourde et ses mortiers, l’infanterie russe est soit détruite, soit a quitté ses positions afin d’éviter le même sort et dans l’espoir vain d’y échapper. Venues du nord, deux d’entre elles tentent de contourner les assaillants, pour prendre à parti l’artillerie finlandaise.

Tandis que mon infanterie lourde occupe et s’apprête à faire taire les mitrailleuses des T-26, l’une de mes unités de réserve s’intercale et encaisse vaillamment leur contre-attaque.

L’efficacité des cocktails Molotov utilisés comme armes antichars contre les blindés légers, comme les T-26 ou les automitrailleuses BA-10, fait merveille ! Combiné au matraquage de l’artillerie et des mortiers des troupes d’appui-feu, la puissance offensive finlandaise a tôt fait de réduire à néant les espoirs soviétiques de défendre Ristisalmi.

Les quelques unités mises en déroute, dont l’Efficacité proche ou égale à zéro les contraint à fuir les combats, sont prises à parti par mon escadrille de Fokker D.XXI qui maintient la pression en dépit de résultats concrets plutôt insignifiants.

order-battle-winter-war-aar-p3-clearing02
L’artillerie soviétique vole en éclats sous les assauts des troupes de choc finlandaises.
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing03
À droite, mon infanterie régulière récupère, se tenant à l’écart, tandis que sur la gauche des troupes de choc annihilent une contre-offensive visant mes 76mm.
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing05b
Les automitrailleuses ne sont plus une menace immédiate (icône rouge indiquant une Efficience proche du néant) ; à gauche, la contre-attaque est muselée.
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing07
Ces T-26 goûtent au cocktail finlandais et ne semblent pas apprécier ; trop violent pour eux !
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing08
Tout comme cette unité de reconnaissance équipée de BA-10 déjà presque obsolètes.
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing09
Les derniers défenseurs soviétiques rendent leur ultime souffle.
order-battle-winter-war-aar-p3-clearing11
Telle cette unité d’artillerie, d’abord contrainte à se replier, alors que la bannière finlandaise flotte fièrement sur Ristisalmi.

Clairement, la manœuvre de diversion visant à dissuader des unités mécanisées de venir soulager les défenseurs de Ristisalmi aura porté ses fruits. Alors que le temps imparti s’écoule, les dernières forces rouges positionnées dans la ville et autour sont non seulement évincées mais totalement détruites !

Si, bien entendu, l’objectif principal ayant été accompli victorieusement, la victoire finale ne m’échappe pas, j’admets avoir sous-estimé l’importance potentielle des objectifs secondaires. Bien qu’optionnels, le plaisir personnel que l’on retire à les accomplir n’en est pas moindre.

Sur ce plan, le fait est que Kangasvaara et son dépôt abandonné demeurent comme un échec. Si une unité du Génie est arrivée en renfort vers le milieu de partie, son intervention trop tardive n’aura pas suffit à permettre d’atteindre cet objectif dans les temps.

Mais ce n’est que partie remise : le plaisir pris à jouer ce scénario incite à continuer mais surtout, à recommencer !

order-battle-winter-war-aar-p3-kangasvaara02
En dépit de l’absence de pont, cet objectif secondaire au nord n’en demeure pas moins trop lointain…

A voir également : première partie de l’AAR ; seconde partie de l’AAR ; notre test du jeu ; fiche chez Slitherine ; fiche sur Steam. Et à ne pas manquer non plus, en page d’accueil de notre site, le sondage vous permettant d’exprimer vos préférences concernant les thèmes des futures extensions de Order of Battle WW II.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here