conflict-heroes-reveil-ours-soloLa question de l’IA a déjà fait couler beaucoup d’encre y compris dans les colonnes de la Gazette. Jouer en solo n’est cependant pas une triste condition réservée aux jeux vidéo, les wargames « en carton » sont autant voire plus joués seul, tant il est souvent difficile de réunir et de conserver des partenaires pour ces jeux très exigeants. Mais il peut paraître saugrenu de qualifier d’intelligence artificielle le dédoublement de personnalité consistant à jouer les deux camps d’un même affrontement. Il existe pourtant une niche dans la niche, un graal au fond de la caverne : le wargame solo.

L’expérience est souvent stimulante puisqu’il s’agit de se battre contre un adversaire géré par un système souvent bien plus subtil que le cadre parfois stéréotypé (le classique IGOUGO doublé d’une omniscience absolue). Cependant le revers de la médaille est aussi souvent un excès de complexité (y compris dans le matériel) ou une faible rejouabilité.

Quelques noms de jeux émergent où la figure de John Butterfield s’impose grâce à la diversité de ses approches (échelle tactique avec la série Ambush, opérationnelle avec D-day at Omaha Beach ou bientôt Enemy Action : Ardennes). Certains matériels ont aussi eu leurs essais plus ou moins heureux : B17, Hornet Leader (F18)Apache Thunderbolt, Patton’s Best (un sherman)…

Nous avions déjà évoqué la série Conflict of Heroes (voir Conflict of Heroes, le Réveil de l’Ours : le meilleur des deux mondes…) et en particulier son dernier opus, le Réveil de l’Ours (voir aussi les articles Exemple de partie pour débuter avec Le Réveil de l’Ours et Conflict of Heroes : quand le PC devient jeu de plateau) ainsi que le projet d’un module solo. Après plusieurs années de conception et de multiples versions (au passage, sachez que l’utilisation des petits logos géométriques présents sur les pions de la V2 du RdO a été abandonnée) John Butterfield et Uwe Eickert ont rendu leur copie. Or comme vous avez pu le constater sur notre page d’accueil, Asyncron, l’éditeur français vient de lancer brillamment une campagne Ulule pour la traduction de ce travail.

La vidéo de présentation nous montre son fonctionnement et une fois de plus le résultat semble bluffant. Non seulement le système de base n’est pas alourdi et son rythme garde toute sa dynamique mais l’IA semble réellement à la hauteur des espérances. Mieux, la rejouabilité est garantie par des fins de partie non scriptés et des événements aléatoires.

La campagne de financement s’arrête en décembre et, au rythme actuel, il semble qu’outre les quatre scénarios inclus d’autres devraient bénéficier des paliers supplémentaires de financement. Le produit final devant être disponible au printemps prochain…

En complément voyez aussi cette récente présentation du jeu sur Tric-Trac TV.

 

1 commentaire

  1. Uwe a confirmé à Essen 2013 le passage de 4 à 5 scénarios dans la boite.

    Le premier est bien l’adaptation du scénario d’initiation du RdO mais les 4 autres sont “originaux”. Avec un GROS soutien (20 000 €) on atteindrait donc 10 scénarios.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici