Ayant eu la chance de tester le jeu en avant-première, sous sa forme quasi définitive, j’ai parcouru pour vous Keldonia et l’Empire jusqu’au jour de la venue de la version finale, et la perte de mes sauvegardes…

 

Si l’extension précédente Onslaught (voir cet article) bénéficiait d’un menu personnalisé, celle-ci se rajoute au mode campagne. On a donc deux campagnes longues, « Invasion » pour les Barbares et « L’Empire en feu » pour les Impériaux.

Le produit est donc clairement défini. Vous ne trouverez aucunes nouveautés autre que cette campagne. D’ailleurs, je conseille aux nouveaux venus de lire nos articles précédents pour se familiariser avec le jeu.

Cette nouvelle campagne amène son lot de d’unités inédites et de héros secondaires, mais rien de révolutionnaire. Testée en version normale avec sauvegarde et mise à l’échelle, elle m’a semblé plus facile que les précédentes, en précisant que je ne suis pas arrivé à son terme. Elle est dans la lignée du jeu initial mais se différencie de Onslaught et ses scénarios semi aléatoires.

On perd donc en surprise et rejouabilité, mais on retrouve la magie narrative qui a fait pour moi le succès de Fantasy General 2.

Fantasy General 2 - Empire Aflame
Le tout début avec la capacité, bien utile, de Moira d’invoquer des squelettes.
Fantasy General 2 - Empire Aflame
Le gouverneur Voreos nous propose de la marchandise, je suis un peu à sec…
Fantasy General 2 - Empire Aflame
Nouvel héros secondaire, Maître Ocram et son arbre de compétences plutôt morbides.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

 

Pour plus d’informations sur Fantasy General II : Empire Aflame, voyez cette page sur Steam ou celle-ci chez l’éditeur. Concernant Fantasy General II – Invasion, voyez cette page chez l’éditeur, ou celle-là sur Steam. Puis notre test.

Points positifs et négatifs

  • Jeu d’une nouvelle faction.
  • Version Française.
  • Prix.
  • Répétitivité des parties.
  • Manque d’innovations.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici