Un des scénarios que l’on croise dans la campagne du DLC Axis Operations 1940, voir aussi notre test, est le siège de Lille. J’y suis donc arrivé au niveau moyen avec mes vétérans d’Espagne. Mon avatar possède beaucoup de qualités, mais a les défauts de ne pas pouvoir renforcer les unités au-delà de la normale et de ne recevoir les nouveaux matériels que tardivement.

 

Sans compter les unités en réserve, j’aborde cette campagne avec cinq unités d’infanterie, dont la « division » Azul, cinq unités blindées toutes différentes (Verdeja, KV2, B1-Bis, Somua, et Panzer IV), quatre unités d’artillerie dont une de 210, une unité anti-aérienne, six escadrilles de BF-109, quatre de Stukas, une de He 70 Rayo, une de Do-17Z et une de He 111H2. Mon unité d’artillerie de 210 ne compte pas dans la taille de mon armée grâce à la présence d’un héros.

En réserve, j’ai trois unités blindées, Pz IIIF et G, et Pz IVE. Comme il s’agit de prototypes, je n’ai plus assez d’exemplaires pour les envoyer au combat (2,8 et 2 respectivement). J’ai aussi une unité anti-aérienne SdKfz 10/4, deux bombardiers Do 217E, et un junker 88A, et pour finir, un train blindé.

J’ai aussi un stock de points de prestiges, qui finalement ne me servent guère. Ils me permettent tout de même de compléter le dispositif avec quatre grenadiers, quatre Pz 38t, deux unités d’artillerie dont une d’origine britannique, de deux Sturmpanzer I et d’une unité de lance-roquettes Wurfrahmen.

Panzer Corps 2 - AAR Siège de Lille
J’ai encore 40 points d’emplacement à acheter, toutes mes unités sont au maximum, sauf mes B1-Bis qui manquent de remplacement.
Panzer Corps 2 - AAR Siège de Lille
Le Matilda Mark II est bien inférieur au B1-Bis, mais je n’ai pas trouvé mieux.

 

Ma première action est de remplacer mes B1-Bis par des Matilda 2. Je n’ai plus que 9 « exemplaires » du char français alors que j’en possède 84 du char britannique.

Le plan général va être d’isoler la ville en concentrant mes meilleures troupes à l’Est pendant que Rommel s’occupe de l’Ouest. Je lui ajoute toutefois de l’infanterie et de l’artillerie en plus.

Il y a trois camps, un peu comme dans le DLC sur la guerre d’Espagne, avec les troupes nationalistes. L’ordre du tour est le suivant : phase du joueur, phase de Rommel et phase des Alliés. Je vais devoir prendre en considération cet ordre lors de mes actions.

Sur le flanc droit, je vais doucement avancer vers le Nord laissant une unité blindée et une unité d’artillerie réguler les attaques ennemies. Je vais aussi avancer vers Lille en suivant la rivière. Au Sud, mon infanterie n’arrivera pas à traverser et je vais finir par envoyer une unité renforcer le flanc droit en attendant que la faiblesse de l’ennemi me permette de franchir la rivière, ce qui arrivera vers le tour 10.

Panzer Corps 2 - AAR Siège de Lille
Le déploiement initial, Rommel à gauche avec quelques unités en soutien et mes meilleures troupes à droite pour encercler la ville.

 

Sur le flanc gauche, la division de Rommel s’enfonce au Nord, puis bifurque vers l’Est avec le soutien de mes unités et surtout de l’artillerie.

L’aviation tactique a été concentrée à l’Est où elle supporte aussi bien les assauts que les unités en défense. Rapidement l’aviation de chasse a un rôle secondaire, l’aviation alliée étant très vite éliminée du champ de bataille.

Les puissantes positions défensives interarmes sont mises à mal par mon Verdeja2 qui élimine en une attaque un des éléments, rendant vulnérable les autres. Par exemple, la destruction d’une unité anti-aérienne permet l’emploi de l’aviation qui matraque l’artillerie de soutien et autres unités, qui sont elles-mêmes ensuite engagées par mes blindés et mon artillerie.

La chute prématurée de Lille ne m’a pas permis de réussir la mission secondaire. Même si le scénario peut sembler d’une facilité déconcertante, ce qu’il a été, il ne faut pas oublier que je jouais au niveau moyen avec pléthore de points de prestiges et pléthore de héros. Ces derniers offrent des combinaisons destructrices qui déséquilibrent fortement le jeu.
Le prochain scénario est aérien, Dunkerque ou comment faire échouer l’opération Dynamo.

Panzer Corps 2 - AAR Siège de Lille
Avance facile sur le flanc droit pour le premier tour.

NDLR : cet article est ouvert à tous, ne nécessitant pas d’abonnement pour être lu. Vos abonnements sont importants pour que la Gazette du wargamer puisse continuer d’évoluer tout en proposant aussi des articles en accès libre. Pour soutenir le site et son équipe, abonnez-vous.

Le Rayo, vétéran d’Espagne regarde ce qu’il se passe du côté de Lille.
On fonce, sachant que les troupes de Rommel agiront juste après protégeant nos unités en pointe.
Lille07 : Flanc droit, l’avance continue toujours appuyée par les escadrilles de Stuka.
Flanc gauche, l’infanterie et l’artillerie fonce à pleine vitesse, l’unité blindée franchissant la rivière.
Mon Verdeja 2 a trois héros, un oblige l’adversaire à reculer et l’autre à déposer les armes lorsqu’il recule, le résultat est sans appel, cette unité de DCA va rapidement disparaitre.
Et voilà, magique, pour seulement un point de perte.
Mon infanterie est bloquée par la rivière, elle ne sert pas vraiment, je vais envoyer une unité renforcer le flanc droit.
Direction plein Nord pour encercler l’agglomération.
Au Sud l’infanterie essaie de traverser, tandis que nos troupes progressent vers Lille.
Tour 5, au Sud l’infanterie attend son heure, tandis que la progression s’accélère sur les deux flancs. Un objectif est à portée de main, les troupes de Rommel s’en empareront.
La montée vers le Nord est plus difficile, le but est de s’emparer des autres objectifs avant Lille pour remplir les conditions de victoire secondaires.
L’infanterie s’aventure au Sud, tandis que le « siège » ressemble de plus en plus à un assaut direct.
Tour 8, l’infanterie au Sud est sagement repartie, tandis que la rive Ouest va bientôt être conquise. A l’Est l’avance est arrêtée, il faut dire que l’aviation est clouée au sol.
Les blindés continuent de progresser au Nord, tandis qu’une unité blindée résiste aux poussées françaises.
Tour 10, l’agglomération est isolée !
La défense française commence à craquer, l’infanterie franchit de nouveau le pont au Sud, la rive Ouest est agonisante.
On s’empare de Courtrai, puis on fonce vers Roubaix et Lille.
Tour 11, début des assauts au Nord tandis que les combats se rapprochent de Lille.
Du matériel capturé, le D520 est identique au BF-109 sauf pour le rayon d’action où il est supérieur.
Doucement, la défense s’épuise, les Stukas annihilent toutes tentatives de contre-attaques.
Ils en sont félicités !
Tour 13, la rive Ouest est allemande, la rive Est est pilonnée de toute part.
Et finit par tomber, je ne remplirais pas les objectifs secondaires…
Le débriefing historique, pour la durée, on est dans la réalité.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici