Je vous ai déjà parlé de cette prometteuse suite lors de notre aperçu. Aujourd’hui, deux mois plus tard, le jeu est là, finalisé, opérationnel, prêt pour nous en mettre plein la vue. Allez, faisons chauffer les panzers, ça va blitzer !

Mais commençons par le début. Panzer Corps 2 est un wargame en tour par tour au niveau opérationnel. Si vous ne connaissiez pas le précédent volet, voyez cet article et nos archives pour les DLC. Cette suite propose cinq campagnes en solitaire du côté de l’Axe. Je rappelle que cela ne signifie pas que les concepteurs soient des fanatiques du IIIe Reich… Les campagnes sont chronologiques et de difficultés croissantes, ce qui reflète la réalité. Si vous commencez en Pologne, vous devrez choisir, si vous y arrivez, entre l’attaque de la Russie et celle de la Cyrénaïque, alors que plus tard ce sera entre l’Italie et l’opération Citadelle, entre le front Est et Ouest pour simplifier.

La difficulté est paramétrable, mais vous pouvez aussi éliminer toute part de hasard dans les résultats de combats, les effets climatiques et autres brouillards de guerre… La campagne est une suite de scénarios. Souvent, on vous laissera le choix entre deux options, style « flanc Nord » ou « flanc Sud », Paris ou Dijon. Ce choix, à moins de recharger le jeu, est définitif. Toutefois, tous les scénarios sont proposés individuellement hors campagne, certaines versions plus onéreuses bénéficiant de scénarios supplémentaires.

Bien entendu, toutes les options classiques en multi-joueurs sont présentes via le serveur PBEM++ de Slitherine.

Premier bémol, plusieurs traductions dont la version française sont absentes pour l’instant, mais tout semble prêt pour qu’elles arrivent au détour d’une prochaine mise à jour.

 

Mon avatar avec ses qualités et ses défauts.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Points positifs et négatifs

  • Diversité des scénarios.
  • Graphismes.
  • Amélioration de la formule.
  • Très bon rapport qualité / prix.
  • Pas de version française (un patch la rajoutera).
  • Quelques ralentissements.
  • Historicité.

 

Notes et conclusion

Notes
Multimédia
85 %
Interface
80 %
Gameplay
75 %
Article précédentSunset Harbor, prochain DLC pour Cities – Skylines
Article suivantFonder les Républiques françaises, 1792-1958

24 Commentaires

  1. Ben moi, désolé, mais je n’aime vraiment pas ce type de graphisme pour un jeu comme celui-là.
    J’aimais bien le modèle simplissime de Panzer General ou même celui de Panzer Corps.
    Là, c’est trop tape à l’œil.
    Mais c’est hélas la mode donc tant pis pour moi, j’en resterai à la version1

    • c pas la mode, c’est juste le progrès et ca va democratiser le genre. Moi j’ai jamais pu jouer avec des symboles. le gameplay est bien plus riche que panzer corps 1 .

  2. Pour répondre à Li-An, il n’y a pas photo, c’est nettement supérieur à la concurrence, que je nommerais pas.
    Pour les graphismes, je n’étais pas chaud, mais on s’y habitue, de là à s’en priver, c’est dommage. C’est un excellent jeu, mais reste un jeu, ça n’a rien de vraiment historique.

  3. Perso je trouve l’interface un peu fouillis, moins clair que le premier du nom. Les ajouts sont sympa (les traits du général, la présence de prototypes, l’encerclement etc…). Reste la 3D et la franchement, j’aimais plus les graphisme du premier, le jeu gagne pas grand chose avec le passage en 3D.

    Les musiques sont assez ternes aussi, comp au premier. Par ctre y’a bcp de contenu, beaucoup de scénario et de campagnes.

    En fait c’est pas vraiment un PanzerCorp 2, mais plus un 1.5.

    • On s’habitue vite à l’interface, lors de l’essai que j’avais fait il y avait bien quelques petits défauts, mais rien de très gênant. Comme pour tous les nouveaux jeux, il faut se faire au style choisi par les devs.

      Dire que c’est une version 1.5 ça me semble exagéré. Rien que le changement de moteur graphique (passage à Unreal) implique un changement profond. Le mode multi en coopération contre l’IA peut aussi offrir des parties intéressantes, par exemple.

      Les options pour paramétrer un scénario me semble aussi un très bon point justement pour que chacun puisse mieux jouer comme il préfère.

      Je suppose qu’on verra au fil des prochains mois quelles évolutions / ajouts les devs proposerons. Voire même ce que permettra vraiment l’éditeur de scénarios pour les joueurs. Par exemple des cartes / batailles plus fouillés historiquement. Là c’est une bonne base de départ pour relancer le jeu, sans avoir trop non plus bousculé le gameplay qui en fait son charme.

      • Dans le “PanzerCorps 1.5” j’entends qu’on a quasiment la même base que le 1 mais avec un nouveau habillage. La faute au théâtre d’opération, le 1 traitait du côté allemand de la 2WW et le 2 ben…pareil.

        J’ai un peu la même impression qu’avec Men Of War: Assault Squad 1 et 2, même campagne, mais habillage et feature différentes, pour un jeu assez identique au final.

        Attention, ce n’est pas une grosse critique non plus, j’adore Men Of War 2, j’ai passé bcp de temps sur PanzerCorps, mais je trouve que c’est quand même un peu limite pour être une vraie suite.
        Par exemple je joue beaucoup à Steel Division, et là, malgré le non changement du moteur entre le 1 et le 2, le jeu à su se renouveler sur le théatre d’opération, sur le map design, sur le gameplay etc…On sent un réel changement, un aboutissement entre Steel Div premier du nom et sa suite. Et trés clairement le deuxiéme surpasse de loin le premier.

        Alors certes, c’est pas un mauvais PanzerCorps, mais j’attendais plus du 2.

        • “…pareil”. C’était leur but principal je pense, pour le jeu de base là. Cela devrait satisfaire la grande majorité des gens qui aimaient bien la formule précédente. Donc éviter un lancement trop chaotique, voire en partie raté comme ça arrive parfois pour d’autres jeux.

          Pour ma part je regrette la relative linéarité des campagnes, par exemple on ne peut pas jouer successivement (ou parallèlement), si on le souhaite, l’attaque du nord et du sud de la Pologne, etc. Car on ne voit alors, on ne joue alors que la “moitié” de la situation. Il faut recommencer une campagne (ou faire le scénario manquant à part) pour voir le reste. Mais rien n’interdit qu’on ait par la suite des campagnes plus variées, plus fines, … Et il y aura certainement par la suite de nombreuses campagnes avec les autres factions.

          Mais de toutes façons ça n’est pas le but du jeu de tout “simuler” avec précision. Et je comprends bien votre remarque, on peut tout à fait avoir envie d’un peu plus sur certains aspects du gameplay. Surtout si on est un joueur expérimenté.

          A mon avis on aura plus avec ce second volet, mais pas dans l’immédiat. Si ça n’était pas le cas, alors effectivement, ce serait une relative déception, d’autant plus avec un meilleur moteur de jeu qui doit offrir aux développeurs plus de possibilités.

  4. Salut,

    D’accords avec les commentaires, la mécanisme de jeu est intéressante mais les graphismes 3 n’apportent vraiment rien, rend les choses peu lisibles. Je préfère jouer sur l’écran stratégique en 2d.

    A+
    Philippe

  5. bon on a un jeu datant de 1996 (panzer general qui se transformera en panzer general 3D) remaquillé pour faire année 2020.
    un jeu qui fait “boum-boum” quand ca tire et des animations simplistes puisque ca plait aux petits.
    sinon bah rien de neuf. jeu toujours simplifié a l’extreme avec une IA qui ne comprend meme pas ce qu’elle joue.
    c’est un jeu au sens le plus simple du mot.

    ce jeu est interessant au meme titre que battle chess. c’etait un jeu d’echec avec les pieces qui se battent lors des mouvements et prises mais qui etait d’un niveau tellement bas que c’etait a mourir de rire lorsque l’on y jouait : le but etait que le jeu faisait de animations pour les debutants et les tout petits.
    bah là, pareil

    bon jeu

  6. Pas mal de petites choses intéressantes dans ce PzC2 … mais pour l’instant je reste sur Ordre of Battle malgré ses défauts pour les raisons suivantes :

    – plus étoffé en terme de campagnes (normal étant donné ses DLCs) dont des campagnes peu représentées
    – la gestion du ravitaillement me semblant plus pertinente (ou juste différente ?)

    Et surtout … j’attends de voir ce que donnera la traduction française. Refroidi après l’achat de Close Combat Bloody First dont la traduction (non disponible initialement alors qu’elle était prévue) s’avère au final toujours improbable/cassée.

    Ensuite je pense que je franchirais le cap, il y a de bonnes idées dont ce mode coopératif et d’autres comme la gestion de l’aérien entre autres

  7. On parle tellement du mode “co-op” que je voudrais bien l’essayer et en faire un AAR.
    Je cherche “des” (au moins un) volontaires.
    Me contacter via le forum.

  8. Assez indifférent aux “nouveautés” telles que la personnalisation des généraux, j’avoue être extrêmement séduit par la gestion de l’aviation. Cela peut paraître anodin mais le fait qu’une unité aérienne doive désormais rejoindre sa base après une mission, au lieu de rester en l’air durant tout le scénario, voilà qui me semble intéressant et susceptible d’ouvrir la voie vers une nouvelle norme à laquelle les wargames casual ne nous avaient pas accoutumés. Sans aller jusqu’à reprendre le système de ravitaillement -finalement pénible- d’un Pacific General, une telle contrainte redonne un réel intérêt stratégique à la capture des aérodromes, ainsi qu’à la caractéristique “rayon d’action” des appareils. Pour moi c’est le genre de détail qui peut faire la différence entre un jeu banal et un autre, addictif et passionnant. Reste à voir comment les designers ont su tirer parti de cette feature ou pas…

  9. Panzer corps auquel on a ajouté une bonne touche d’order of battle.

    A partir du moment ou l’on possède les deux autres, on peut très bien se passer de celui-ci, lequel d’ailleurs connaitra le même destin: des dlc qui feront monter la facture à 150 euros.

    Par ailleurs, les éditions “général” ou “maréchal”, très peu pour moi : ça sent le Paradox sans pour autant en avoir le savoir-faire.

    Bref, en ce qui me concerne, je passe mon chemin, et j’attends comme prévu Scheldt ’44 de chez JTS cet été.

    • Bonjour Jean-Louis ! Cette année, le jeu bien prometteur à attendre est Klotzen ! Panzer Battles qui sera bien plus riche que Panzer Corps 2 qui m’a vraiment déçu ! ;-)

  10. Oui comme le dit la critique l’aspect historique passe un peu beaucoup à la trappe pour proposer avant tout un JEU !

    C’est bien dans un sens, mais pour qui aime le wargame plus historique c’est pas génial. Hors la tendance actuelle est bien là.

    On soigne l’aspect (map, caractéristiques véhicule, graphisme, gameplay…) et le rendu historique passe après.
    Des jeux comme steel division II on sont un bon exemple avec un fort aspect historique sur bien des aspects mais pas sur les enjeux.

    Donc oui pour de l’historique, même si les gameplays sont un peu ancien il faut se tourner vers encore vers du JTS avec Klotzen pour de l’opérationnel ou du Sheldt 44 pour du stratégique.

  11. On peut comparer à OoB si on veut mais il est un point sur lequel OoB est totalement enterré par ce PzC2 et dont on ne parle cependant pas dans ces commentaires : le générateur de batailles ! Imparfait il est vrai car ne permettant pas de choisir l’année d’engagement et donc de limiter l’ordre de bataille ou encore d’opter pour une région géographique particulière ; c’est regrettable mais il n’en demeure pas moins que ça représente une réponse presque parfaite à ce qu’il manque le plus dans OoB. En termes de durée de vie c’est imparable, d’autant que le générateur de cartes est vraiment remarquable. Après quelques parties et ayant du coup un peu délaissé le mode campagne trop classique et similaire à ce qu’on connait déjà trop bien, après quelques parties donc, le seul gros défaut que j’y vois (outre les manques précités) est le fait que l’IA ne semble pas programmée pour acheter et utiliser de l’aviation ; un comble sachant que c’est justement le point que je préfère parmi toutes les améliorations du jeu ! À ce sujet, je tiens à mentionner spécialement l’option d’affichage (touche TAB) du mode aérien qui selon moi est une autre innovation remarquable dans ce jeu. Autant la 3D nuit clairement (sans jeux de mots) à la lisibilité, dès lors qu’il s’agit de sélectionner les unités aériennes empilées, autant ce mode aérien s’avère un trait de génie des designers rendant les choses limpides.

  12. Ce jeu est selon moi une merveille. Un bon compromis de difficulté. On est toujours à se demander si j’aurai assez de ressources pour terminer le scénario.
    De nombreux choix offerts un nombre limité d’unités plus puissantes ou l’inverse.
    Des héros qui changent tout, des médailles, des prototypes…
    Une IA bien retord qui pratique l’encerclement et qui bien sûr a 2x plus d’unités que vous.
    Beau graphisme pour ce genre de jeu et pas de ralentissement ni bugs traduit en français.
    Que du bonheur à acheter les yeux fermés.

COMMENTAIRE

Ajouter votre commentaire
Veuillez indiquer votre nom ici