Au moment où j’écris, l’offre de DLC pour Hearts of Iron IV s’est bien développée. Le jeu sorti en 2016 a en effet accueilli cinq extensions majeures, couvrant des thèmes très différents. Il n’est donc pas forcément facile à un nouveau joueur de savoir le(s)quel(s) acquérir en priorité. Leur coût (d’une dizaine à une vingtaine d’euros chacune) rend leur achat groupé, en dehors de soldes, coûteux et elles n’offrent pas les mêmes possibilités de jeu.

Disponible depuis peu, Together for Victory est le premier DLC majeur de Hearts of Iron IV. Accompagné du patch 1.3, il est surtout centré sur le monde dépendant de la couronne britannique. En effet, dès la fin du XIXe siècle, certaines colonies acquirent une autonomie qui devint de plus en plus importante avec le temps : Londres voulait éviter de revivre une nouvelle guerre d’indépendance américaine. On parle là du Canada, de la Nouvelle-Zélande, de l’Afrique du sud et de l’Australie. A cela s’ajoute l’Inde, colonie un peu particulière (avec un vice-roi), engagée sur la voie vers l’indépendance, et elle aussi revisitée par l’extension. Voyons donc de quoi il s’agit.

Troisième DLC majeur d’un jeu réussi Waking the Tiger vient d’offrir de nouvelles possibilités aux joueurs de Hearts of Iron IV. Si le contenu supplémentaire est surtout centré sur l’Extrême-Orient, et en cela le studio poursuit une politique engagée sur ses deux autres séries principales, d’autres fonctionnalités plus générales sont également de la partie. Enfin, un important patch 1.5 nommé « Cornflakes » apporte aussi son lot de nouveautés dont on reparlera ultérieurement. Passons en revue ce qu’on nous propose.

L’arrivée de la cinquième extension majeure de Hearts Of Iron IV ? Reprenant le début d’une phrase du Chant des partisans, j’annonce dès à présent la couleur. L’extension dont il s’agit entend développer plus en profondeur tout ce qui concerne les résistances à l’occupation d’une autre puissance, le renseignement, l’espionnage. Mais nous donne également de bien plus complètes mécaniques qu’avant pour l’Espagne et le Portugal, ainsi que revisite l’arbre des priorités de la France. À première vue, ce n’est donc pas un maigre contenu qui nous attend, ce que nous allons décrypter ensemble.

Disponible depuis le 23 novembre dernier, la sixième extension majeure pour Hearts of Iron IV répond au nom de No Step Back. Cette référence à l’ordre n°226 de Staline « plus un pas en arrière » annonce à elle seule la couleur : le DLC est majoritairement tourné vers l’Europe de l’Est et plus précisément l’URSS. Ce front jusque-là peu revu devrait ainsi bénéficier de nouvelles fonctionnalités plus en phase avec l’évolution globale du jeu, même si d’autres ajouts plus généraux sont prévus, ainsi qu’un patch 1.11 nommé Barbarossa, en référence à l’opération du même nom. Reste à savoir de quoi parle-t-on et de quelle façon ces aspects ont été revus.

Hearts of Iron IV - No Step Back

Nouvelle extension majeure pour Hearts of Iron IV, By Blood Alone est disponible depuis le 27 septembre dernier. Suivant une dynamique désormais bien rodée, ce contenu prévoit la refonte de plusieurs arbres de priorités nationales, d’ajouter des décisions à certains pays, ainsi que des éléments plus généraux, susceptibles d’affecter tous les États jouables. Les pays concernés par les nouvelles priorités et décisions sont au nombre de trois : l’Italie, l’Éthiopie et… la Suisse.

Hearts of Iron IV: By Blood Alone

Attendant sagement dans nos boutiques numériques favorites depuis le 28 février dernier, la 4ème extension d’Hearts of Iron IV intitulée Man The Guns nous invite à tourner nos regards vers le grand large. En effet, elle propose un catalogue de nouveautés assez impressionnant pour le volet naval du jeu, tout en refondant les arbres de priorités de plusieurs pays et rendant alléchantes les parties avec deux puissances de second rang de l’époque, les Pays-Bas et le Mexique. Le tout est couplé à un patch 1.6 incluant certaines des modifications navales.

Disponible depuis le 14 juin, Death or Dishonor est ce que Paradox appelle un « country pack », c’est-à-dire que ce n’est pas une extension majeure mais un DLC qui s’intéresse surtout à quelques pays qui vont bénéficier d’ajouts précis… Même s’il y a également des nouveautés plus générales. Ainsi, après le Commonwealth dans Together for Victory c’est cette fois-ci l’Europe centrale qui est à l’honneur, ce qui est une bonne chose, car on va le voir, jouer ces pays « mineurs » devient désormais très intéressant.

Disponible depuis le quinze octobre dernier, Battle for the Bosphorus est le troisième Country pack proposé pour Hearts of Iron IV. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’une extension majeure, mais d’un DLC concentré sur la refonte de quelques pays précis. En l’occurrence, ils sont situés aux alentours du Bosphore comme le nom l’indique. La Turquie, la Bulgarie et la Grèce sont ainsi concernées. Ce sont trois pays dont les arbres de priorités ont été revus, et qui ont été dotés de mécaniques de jeu uniques.

 

 

NDLR : cet article est ouvert à tous, ne nécessitant pas d’abonnement pour être lu. Vos abonnements sont importants pour que la Gazette du wargamer puisse continuer d’évoluer tout en proposant aussi des articles en accès libre. Pour soutenir le site et son équipe, abonnez-vous.

Jeux préférés : Europa Universalis IV, Victoria II, Total War Rome II, Majesty II.

Test de Hearts of Iron IV