A l’heure où la fin de l’Antiquité va être à l’honneur avec Total War Attila, une extension standalone de TW Rome II qui va arriver ce 17 février, et tandis que les derniers épisodes de la série ont connu quelques couacs lors de leur sortie, tentons de faire une synthèse des récentes évolutions et de parler un peu de l’avenir de Total War !

Série populaire mêlant aspects de gestion et combats en temps réel avec de nombreuses unités, ainsi que de plus en plus de touches RPG (compétences des personnages, des armées…), Total War a débuté en 2000 avec le fameux Shogun Total War. Depuis, les productions de Creative Assembly ont parcouru un impressionnant chemin, explorant tour à tour le Moyen-âge (les deux Medieval Total War et les deux Shogun), le 18e siècle (Empire Total War et le début de Napoléon Total War), sans parler de l’Antiquité (les déclinaisons de Rome TW) et même la deuxième moitié du 19e siècle avec l’excellente extension La fin des samouraïs pour Total War Shogun II.

Évolutions structurelles majeures

Je situe la césure entre les « anciens » Total War et les actuels à Empire TW : les combats navals sont devenus enfin jouables autrement qu’en résolution automatique (et ils sont assez techniques d’ailleurs), la gestion des provinces est devenue plus réaliste et poussée etc.. C’est par exemple depuis ce temps qu’il y a des bâtiments et villages présents sur la carte de campagne : les villes en généraient même de nouveaux suivant leur développement dans Empire TW. Par la suite Total War Rome II alla encore plus loin en reliant les provinces en grandes régions avec capitale et villes plus petites, une gestion globale, des décisions régionales que l’on peut prendre etc… Un système franchement bien pensé, d’autant que l’on retrouve des noms historiques de provinces romaines (Rhétie et Norique, Pannonie, Gaule Belgique…).

De même, les armées et leurs chefs sont de mieux en mieux gérés, avec la possibilité de faire des marches forcées (avancer plus loin moyennant des malus), de créer des traditions d’unité et de les personnaliser. Les récents trailers de Total War Attila (voir les vidéos ci-après) montrent que cet aspect ne fera que se renforcer dans l’avenir, avec des vrais arbres de compétences que l’on a hâte de découvrir. Notons aussi que, depuis Napoléon TW, les forces se reconstituent d’elles-mêmes, plus ou moins vite suivant de nombreux paramètres (technologies, bâtiments). Jusqu’à Empire TW, il « suffisait » de payer pour remplir les vites en un seul tour. Impensable en termes de réalisme.

Une politique de contenus en questions

De plus, les jeux ont aussi multiplié leurs contenus : quelques campagnes comme auparavant pour Empire TW (ainsi que des packs d’unités) ou Napoléon TW … Par contre depuis Shogun 2, les DLC se font pléthoriques : campagnes, unités et autres ajouts cosmétiques à foison. L’addition devient salée si l’on désire tout posséder et rejoint ce que de nombreux autres éditeurs font. Par contre, jusque-là les contenus se sont révélés en grande partie de qualité, je citerai notamment la très bonne Campagne de la Péninsule (c’est à dire la guerre d’Espagne) dans Napoléon TW ou encore L’essor des samouraïs (la guerre civile dans le Japon mais cette fois au 12ème siècle) pour Shogun II.

Un nouveau pallier a toutefois été franchi avec Rome II : des campagnes payantes sur la Guerre des Gaules (César en Gaule), sur la Grèce (Le Courroux de Sparte), ou sur la deuxième Guerre punique (Hannibal aux portes) sont déjà disponibles ! Sans parler du reste comme les packs Cultures, qui consiste plus simplement à payer pour jouer de nouvelles factions, par exemple les cités de la mer noire … Et, à l’heure où le jeu approche de la fin de vie, et que des titres plus anciens sont moins joués, pour appâter les joueurs on annonce déjà Ancêtres vikings, un premier DLC incluant trois peuples nordiques pour TW Attila, qui n’est pas encore sorti ! Il est évidemment très difficile d’émettre un jugement : rajouter du contenu à un jeu apprécié, qui marche commercialement, permet de l’enrichir et de continuer d’en profiter, ce que les joueurs demandent également. Cela ne date pas d’hier (cf. les fréquent modules et extensions de nombreux types de jeux, comme dans le cas du jeu de cartes Magic the  Gathering). De plus il est toujours possible, par le biais des fréquentes promotions, d’en bénéficier à moindre coût.

Toutefois les joueurs se souviendront des nombreux et très lourds patchs qu’il a fallu déployer pour que TW Rome II, peut-être sorti trop vite, soit stable et jouable… Or, les contenus qu’on a évoqués, à trop les multiplier, peuvent baisser en qualité : Caesar in Gaul reçoit une moyenne de 63/100 sur Metacritic, et les notes d’Hannibal at the Gates ne frisent pas non plus le 20/20.

On peut donc s’interroger sur la pertinence, à la fois de décliner à l’infini un moteur, et d’annoncer des contenus supplémentaires pour un jeu, quand bien même celui-ci peut s’avérer mal terminé et surtout qu’il arrive dans plusieurs semaines. Il ne reste qu’à espérer une bonne finition pour Total War Attila. La grogne pourra être intense dans le cas contraire. Ce « mal » n’est évidemment pas propre à la série et les plaintes légitimes autour de jeux tels que Dragon Age Inquisition leur font écho… Là où le désormais fameux studio polonais CD Projekt, dans une démarche opportune mais un peu solitaire, repousse la sortie du très prometteur RPG The Witcher III pour correctement achever son développement.
Il ne s’agit pas ici de distribuer bons et mauvais points, simplement de se poser des questions légitimes sur les séries que l’on apprécie et d’essayer de vouloir le juste milieu pour elles.

En guise de bilan

Au final on se rend compte que l’intérêt des titres développés depuis Empire Total War compris ne se dément pas : ils restent très jolis à regarder, plaisants à jouer et le futur augure du meilleur pour la série. Toutefois, après de nombreuses années centrées sur le Moyen-âge et l’Antiquité, on aimerait aussi que les développeurs reviennent sur une fourchette 16e-19e siècle… Empire TW et Napoléon TW commencent tout de même à dater et les excellentes idées de La fin des samouraïs (le chemin de fer, le soutien naval…) me font soupirer auprès d’un titre qui permettrait de rejouer les guerres du XIXe siècle : Sécession Américaine, guerre de 1870, russo-turques etc. De plus la multiplication des DLC, tendance lourde dans le jeu vidéo ces dernières années, est à double tranchant dans mon esprit pour les raisons que j’ai évoquées. Je ne sais si l’on peut parler de « croisée des chemins » pour Total War mais je vais suivre avec intérêt la suite des évènements.

total-war-bilan-01
Début de la campagne de la Péninsule dans Napoleon Total War. Elle avait le mérite de centrer la partie sur la guerre d’Espagne et de proposer un défi intéressant pour les forces en présence.
total-war-bilan-02
La position espagnole est précaire, mais le peuple est pour le joueur et la guérilla menace les Français.
total-war-bilan-03
L’essor des samouraïs permettait de remonter dans le temps et de revivre leurs heures glorieuses des 12e-13e siècles. Ici, après quelques tours, mon clan détient une bonne partie du nord du Japon.
total-war-attila-vikings-map
Trois factions supplémentaires qui permettront, vikings oblige, d’effectuer des raids sur les pays du sud. Avec ce prochain Culture pack il n’y aura pas une campagne à part entière, mais simplement de nouveaux objectifs secondaires dans la campagne de TW Attila.

 

 

8 Commentaires

  1. Je suis du même avis que toi, trop de dlc tue le dlc…
    C’est à la mode il parait, enfin pas pour moi ! Ces “techeniques” commerciales me font vomir but money is money, on ne change pas un monde qui gagne…

    Enfin bref, j’imagine que la licence warhammer qui doit être exploiter par sega pour un “Total war warhammer battle” va faire mal au porte monnaie. Une faction, une campagne, un dlc, chouette…

  2. Si seulement les joueurs arrêtaient d’acheter les DLC, cela les forcerait peut-être à changer leur fusil d’épaule…Malheureusement cela n’est pas prêt de se produire car je suis entrain de rêver tout éveillé.

    Seul le jeu de base est region locked, ce qui ne vous empêche pas de vous procurer les DLC sur l’ensemble de la planète au meilleur prix…

  3. Avis partagé, ils ont le moteur pour pouvoir nous pondre un Total War sur des périodes encore jamais couvertes par la série (Guerre de Sept Ans ou Guerre de Sécession … un Victoria Total War …) mais je trouve cette resucée permanente de l’antiquité et du Haut/Bas Moyen Age usante … Le premier Shogun a été pour moi une véritable révélation …seulement depuis … pas un seul épisode de la série n’a su me tenir en haleine plus d’une 50aine d’heures pas même Shogun 2 et sa période que j’apprécie particulièrement.

  4. J’opterai aussi pour un total war XIX victoria basé sur les guerres coloniales, et ce serait un formidable outil de DLC une fois de plus avec la guerre de sécession/Mexique , fin de la piraterie, expansionnisme français, conflit européen … steampunk ;o)

  5. Très bon article, il manque juste un point important qui a fait aussi le succès de la série : la capacité du jeu à être moddé.
    C’est ce qui fait d’un bon jeu de base, un très bon jeu.
    J’ai beaucoup plus passé de temps à jouer aux mods (Roma Surrectum, Stainless Steel, Third Age …) qu’aux jeux de base …
    Et on pourrait parlé aussi de la frilosité de l’éditeur au regard de la politique commerciale des DLC …
    @ +

  6. Maintenant que Rome 2 est mature et que Shogun 2 Emperor Ed. (ou je ne sais plus quoi, bref le machin avec toutes les extensions) est a un prix sympa, je pense revenir vers les TW. Une question cependant : – Que vaut l IA ? Je me souviens de ces batailles sympa mais ultra repetitives sur Medieval 2 (malgre le mode Stainless) qui faisait qu au bout d une 40 d heures je lachais l affaire.Je ne suis jamais pervenu a la periode finale du jeu , donc j ai du en perdre la moitie au passage, mais passons…le probleme etait qu on pouvait toujours trouver moyen d encercler l IA, qui chargeait plus betement. Jouer en mode difficile n apportait rien sauf se taper des unites ultra booster contre tes pauvres peons. Aussi pour survivre il fallait s enfiler une dose enorme de batailles a 10 ctre 1 dont tu finissais toujours par sortir lessive, sans budget face au mega-golgoth controlant la moitie de la carte.

    Est ce que cela a change ? Ou est ce que les batailles solo donnent toujours les memes sensations ?J ai fais Shogun 1 (amour), Medieval 1 (amour aussi), Medi 2 (la curieusement…) du coup j ai littéralement rate les TW recents et je ne sais pas si le moteur de bataille a reellement evolue depuis. J ai fais qq petites escarmouche sur Shogun 2, j ai vite retrouve les memes sensations. Du coup j ai peur de lacher l affaire apres 20 h comme autrefois. (j hesite parfois a relancer Medi 2 pour commencer a la renaissance mais je n ai plus le temps, et pis j aime bcp le contexte du Japon. D ailleurs si Creative veut faire un TW Trois Royaumes (existe en Mod) / Dynastie Ming je serai tres interesse.

    Bref, qu en est il du moteur de bataille solo ?

    Merci!

  7. Ce se serait super de consacrer un Total War sur la Guerre de Sécession plutôt que de télécharger l’extension pour Empire Total War. D’ailleurs, j’avais réussi à jouer à cette extension mais je ne pouvais plus revenir au jeu original.

    • Creative Assembly fera très probablement un jour un jeu complet sur la guerre civile américaine. Par contre il n’existe pas d’extension à ce sujet pour Empire Total War, mais un ou plusieurs mods, c’est très différent. Si un mod fait bugger un jeu, souvent il suffit de désinstaller complètement puis de réinstaller le jeu (sans aucun mod bien sûr).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here