Les jeux adaptés de l’univers de Warhammer 40000 sont devenus très courants, mais tous ne sont pas des réussites pour autant. Il ne suffit pas de prendre un univers de jeu riche en couleurs, il faut que le gameplay suive. C’est l’alchimie qu’est parvenu à obtenir ici le studio français Bulwark, qui de plus aborde une faction qu’on croise peu souvent : l’Adeptus Mechanicus. Et conjugue le tout façon puzzle très tactique option gestion d’escouade et courtes aventures en cascades !

 

Le principe du jeu est assez simple, tout comme la plupart de ses mécanismes. On va gérer une escouade de techno-prêtres en mission d’investigation sur l’une des innombrables planètes de la galaxie : Silva Tenebris. Planète quasi déserte, mis à part pour les anciens tombeaux de Nécrons qui s’y trouvent un peu partout.

Mechanicus n’est pas un clone d’XCOM, même si on peut y trouver certains parallèles. Tout d’abord, différence importante, la moitié de vos troupes sont clairement destinées à être sacrifiées, si nécessaire. Et cela le sera assez fréquemment. Ces soldats de base sont en fait l’escorte des techno-prêtres menant les fouilles. Et ce sont vos prêtres qui sont les plus puissants, que vous allez pouvoir gérer et développer assez finement avec beaucoup de matériel et de compétences diverses.

Les soldats composant votre escorte sont de types différents, ceux des premières missions étant par exemple destinés aux corps à corps, ce qui réduit beaucoup leur chance de survie, tandis que ceux que vous débloquerez assez rapidement après sont eux équipés de fusils, pouvant donc couvrir à distance vos prêtres. Au fil du jeu on aura ainsi accès à de nouvelles troupes de base qui permettront de varier un peu plus les tactiques et l’ambiance des combats.

Une autre différence importante avec la référence qu’est XCOM dans ce genre est que le plateau de jeu, le terrain où le combat a lieu vers la fin d’une mission, est plus petit. Heureusement, les développeurs ont intégré une dimension planétaire amusante, mais aussi simplifiée car il n’y a pas de choix stratégiques à effectuer, mis à part décider entre deux ou trois missions laquelle jouer en premier. Ces missions ayant des niveaux de difficulté variables, et offrant des récompenses parfois très utiles en plus de précieux points d’expérience, on aura intérêt à bien choisir l’ordre dans lequel les jouer.

Les développeurs ont aussi intégré une idée originale pour représenter, simplement à nouveau, les vastes réseaux de salles des tombeaux Nécrons. Chaque mission comporte une sorte de phase d’aventure, dans laquelle on peut choisir quelques chemins qui vont offrir des mini-évènements contribuant primo à distiller l’ambiance et deuxio à gagner divers avantages, ou, bonne idée, à subir divers malus.

La simplicité de cette phase aventure est à la fois un défaut et un atout du jeu. Atout car cela est très rapide à jouer, il y a de belles illustrations, voire quelques courts dialogues, le tout créant une ambiance brisant la répétitivité inévitables des batailles. Défaut, car le système utilisé est assez flou, et on répondra donc parfois aux choix proposés un peu au hasard, sans bien pouvoir peser les conséquences .Ce qui n’est pas gênant si par chance on gagne un bonus, ce qui l’est légèrement plus si par contre on reçoit un malus. Alors on a le sentiment que c’est plutôt injustifié. Voyez les exemples ci-après pour mieux vous rendre compte.

De fait parfois on s’intéressera moins à ces événements, certains sont bien trouvés, amusants, mais on en ignorera assez vite une partie. Néanmoins, ils viennent offrir une dimension supplémentaire à chacune des missions, cartes qui ne se résument donc pas qu’à une bataille dans une assez jolie mais souvent assez petite salle funéraire en 3D.

La taille de ces tombes où ont lieu chaque combat à la fin d’une mission (voire dans certains cas en cours de missions) pourrait paraître comme un défaut pour qui aime les « grands » champs de bataille. Toutefois ça ne l’est pas trop car d’une part le gameplay y est adapté, et d’autre part cela favorise des batailles assez rapides à jouer. Autrement dit la possibilité d’enchaîner plusieurs missions assez facilement, et donc de progresser dans la campagne du jeu.

Cette rapidité d’enchaînement des missions n’est pas un détail, car à coté des batailles, le jeu offre un contenu très dense, et donc qui nécessite un temps non négligeable à y consacrer. Soit pour suivre certains dialogues, souvent amusants, soit pour bien équiper et développer ses personnages principaux.

Le gameplay des combats est comme pour beaucoup d’éléments du jeu, assez simple, mais pas simpliste. Tout d’abord le jeu n’utilise pas de système de couvert permettant de faire s’abriter ses soldats (sauf quand même parfois derrière quelques obstacles majeurs, le jeu gérant les lignes de vue). Cela enlève une certaine profondeur tactique, mais cela privilégie le cœur du jeu, choisir au mieux ses mouvements et très bien gérer son nombre d’actions (les points de Connaissance).

Ce nombre est très variable selon différents facteurs. Certaines compétences spéciales permettent de l’augmenter et, c’est un défaut, sont en conséquence indispensables, d’autant plus pour les missions difficiles. Ensuite, selon chaque mission, vous aurez plus ou moins d’endroits dans une tombe générant des points d’action (de 1 à 3 par endroits).

Au début, le système est plutôt déroutant, car entre autre il force à exposer ses unités aux attaques des Nécrons. Mais dès qu’on a saisi la logique sommes toutes assez simple, on enchaîne alors les actions et donc les combats facilement. Et, c’est le plus important, on s’amuse.

Le principe est un peu difficile à résumer sans devoir donner beaucoup d’exemples. Disons juste que chaque action de vos personnages coûte un «  point d’action », et que vous vous retrouvez vite face à des choix cruciaux, type dois-je utiliser mes deux points d’action pour effectuer un mouvement ET une attaque, ou alors pour effectuer deux mouvements ET atteindre un endroit me faisant gagner un point d’action supplémentaire, permettant à nouveau soit de bouger, soit d’attaquer. 

Mais risquant aussi souvent d’exposer vos unités les plus précieuses. Car les soldats de base n’ont pas autant de possibilités d’action (une seule en général).

De fait chaque bataille, chaque carte est alors une sorte de casse-tête où il faut bien calculer au fil des tours de jeu ses mouvements présents et futurs. Tout en anticipant ceux de l’IA. Celle-ci jouant simplement mais efficacement à la façon de robots psychopathes avançant mécaniquement vers leur unique but, vous réduire à néant.

Tout l’intérêt de Warhammer 40 000 – Mechanicus est dans ce système de combat, original, simple mais néanmoins au déroulé très varié grâce à la diversité des armes, compétences, nombre et types d’unités, et à la disposition certes très artificielle de chaque tombeau Nécron.

Ceux souhaitant des batailles tactiques plus finement représentées, comme classiquement dans X-Com et Jagged Alliance, trouveront dans ce Mechanicus certaines lacunes. Ceux souhaitant de bonnes batailles tactiques sans devoir se soucier de trop de mécanismes apprécieront eux la rapidité des combats. Rapidité toutefois relative car, précisons-le bien, chaque carte s’apparente à une sorte de mignon casse-tête où il faut trouver la ou les meilleures combinaisons. De fait, il faut parfois bien prendre le temps de réfléchir, l’aspect puzzle tactique pouvant lasser, même si les missions varient relativement les situations.

Un très bon point pour l’ambiance du jeu, attendez-vous à de nombreux dialogues, de plus souvent humoristiques.
Tout commence par l’arrivée de votre vaisseau dans un système solaire encore inexploré par l’Imperium.
Une des rares vues de l’intérieur du vaisseau. Ici Videx, un des principaux PNJ, à la limite du fanatisme religieux.
Chaque mission commence par une série de salles à explorer. Ici au début du jeu les choix sont très simples.
De nombreuses salles proposent des sortes de mini événements, joliment illustrés, et lors dequel il faudra choisir une solution parmi trois.
Chaque solution offre un résultat positif et / ou négatif pour la mission en cours.
Lors de la phase de placement initial lors d’un combat, seul une partie de l’escouade est disponible,le reste allant arriver en renfort après.
Presque tout va dépendre de vos points de mouvement, c’est la caractéristique quasi la plus importante. Et de fait, le jeu est beaucoup un jeu de mouvements.
Très vite on découvre les premiers ennemis, ici de simples soldats Nécrons.
En conséquence lors des premiers tours il vaut mieux être prudent, ou avoir des prêtres puissants.
Les renforts arrivent, et peuvent être déployés autour d’une unité ayant avancé. Bonne idée !
Autre exemple d’événement lors de l’exploration d’une salle.
Ici je gagne 2 très précieux points de Connaissance (desquels les actions dépendent) et un minerai spéciale, sorte de monnaie utilisable après.
Les Nécrons ont de nombreuses unités différentes, avec chacune ses forces et ses faiblesses.
Dans cette mission au début du jeu je vais rencontrer un premier adversaire très dangereux, l’amiral Agrolekh, qu’il vaudra mieux fuir.
Les troupes de base n’ont aucune chance face à cet amiral, mais feront gagner à mes prêtres assez de temps pour qu’ils puissent s’enfuir.
Il manque 1 point de mouvement à un de mes prêtres pour atteindre la zone d’extraction. Il survivra quand même, in extremis au tour suivant.
Un des mécanismes très bien trouvé du jeu limite le nombre total de missions qu’il faudra jouer fonction du temps qu’on prend pour jouer chacune.
Chaque prêtre peut se spécialiser dans une ou plusieurs Disciplines, ce qui permet de nombreuses combinaisons variées.
Écran où l’on trouvera les différentes unités disponibles. On en débloque de nouvelles au fil des missions.
Les cantiques, une autre idée très amusante, sont des sortes de prières spéciales utilisables une fois par mission. On les débloque au fil du jeu. Certains sont très puissants.
La planète est représentée sommairement, chacun des PNJ principaux a un secteur qui lui est attribué, avec des missions plus ou moins différentes.
Les événements sont un des aspects très amusants du jeu, mais parfois les choix sont un peu confus, ou disons contre-intuitifs, et on aura des résultats assez incohérents. Choisir la prudence peut par exemple donner lieu à un malus pour la mission. Parfois les résultats sont logiques, parfois non.
Ici j’augmente le réveil des soldats ennemis, dont les renforts arriveront plus vite lors du prochain combat, et mes troupes de base sont elles blessées.
Ici, idem, bonus pour les renforts ennemis, et en plus bonus pour leur initiative, ils pourront ainsi agir avant mes unités.
Le bon choix était “Étudier”. Parfois il vaudra mieux être prudent et ne pas analyser ce que l’on trouve. Quoi qu’il en soit les malus qu’on reçoit pimentent et restent acceptables.

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

Conclusion, notes, points positifs et négatifs

  • Très bon rapport qualité / prix.
  • Thème et gameplay original.
  • Une bonne dose d’humour.
  • Beaucoup de variations possibles dans son escouade.
  • Version française disponible.

  • Inévitablement un peu répétitif à force.
  • Certaines combinaisons faciles à utiliser sont trop efficaces.
  • Un gameplay réussi mais assez particulier, différent des classiques comme XCOM, auquel le jeu ressemble en fait peu, ne plaira pas à tout les goûts.

Notes
Multimédia
85 %
Interface
85 %
Gameplay
90 %

Infos pratiques

Date de sortie : 15 novembre 2018
Éditeur / Studio : Kasedo Games / Bulwark
Prix : 29,99€
Site officiel :

Site officiel ; fiche sur Steam.

Remarques :

 

Depuis sa sortie une demi-douzaine de patchs sont venus ajuster le gameplay.

Une première extension est aussi prévue par la suite (voir cette brève).

Article précédentBlanc et rouge, un AAR pour Order of Battle
Article suivantFort Sumter ressort sur Steam

2 Commentaires

  1. Personnellement, j’ai demandé un remboursement rapidos. Si on n’est pas fan de l’univers Warhammer, dialogues/persos sont assez saoûlants mais le système de combat est hyper artificiel. On a plus l’impression de faire du casse tête qu’une bataille dans des catacombes.

    • Au début le système de combat m’a laissé très perplexe, mais on s’y fait et il y a des finesses amusantes. Et certains déséquilibrages aussi. Effectivement, ça s’apparente assez à une sorte de casse-tête variant avec chaque mission, et moins à une “simulation” tactique, mais il y a quand même pas mal de variations possibles, tactiquement, une fois qu’on commence à développer ses héros (donc pas en début de partie). C’est un style de gameplay hybride, et clairement selon les goûts ça peut décevoir.

      Pour les dialogues, en effet il faut être fan de Warhammer 40000 pour vraiment apprécier, sinon ça lasse. Mais ils sont assez courts, donc si besoin on peut vite les passer. Mais c’est le cas de tous les jeux WH40K, qui ont toujours été très, voire trop à force, caricaturaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here