Ou plutôt à en parler, car évidemment l’éditeur a dû y penser depuis longtemps. L’une des raisons pour cela est que le jeu n’a pas été conçu initialement pour bénéficier de tant de contenus supplémentaires, conséquence d’un succès justifié, le jeu est un profond bac à sable historico-ludique, mais succès assez inattendu, du moins à ses débuts en 2012. Succès qui n’a pas décrû depuis, Crusader Kings II va cette année recevoir une quinzième extension majeure, Holy Fury, et aux dernières estimations sur Steam, le jeu dénombrerait plus de trois millions de joueurs.

Fredrik Wester, CEO de Paradox Interactive qui va d’ailleurs confier en août son poste à Ebba Ljungerud, et qui va désormais occuper celui de président exécutif du conseil chez Paradox (voir cette annonce), évoquait il y a quelques mois en privé l’inéluctable tournant que devra prendre tôt ou tard Crusader Kings II. Tournant qui pour l’essentiel devrait consister à recréer la formule en l’affinant.

Cela sans y enlever bien sûr la complexité subtile qui a fait son charme mais a priori en rendant le tout moins compliqué, moins lourd dans ses mécanismes. Le 4X Stellaris (voir ce test) est pris pour illustrer cette nuance délicate, 4X qui offre donc au départ au joueur des choix simples à partir d’une planète, d’un vaisseau et d’un objectif, puis qui dévoile au fur et à mesure de plus en plus de possibilités d’interactions.

Si l’on s’en tient aux propos rapportés ce week-end par GamesIndustry, c’est la philosophie qui pourrait guider le futur Crusader Kings III. Qui précisons-le tout de suite n’a officiellement pas encore été annoncé… mais juste évoqué comme très probable à l’avenir.

Au passage l’article de GamesIndustry rappelle qu’à son lancement Crusader Kings II n’a effectivement pas eu un grand succès. Ce n’est qu’après plusieurs extensions que le jeu a soudain connu un décollage, particulièrement semble-t-il après l’arrivée de The Old Gods, pour devenir un jeu culte. Comme le montre l’infographie ci-contre, ce n’est qu’en 2015 que Crusader Kings II a passé le cap du million de joueurs. Succès par la suite décrit en interne comme une sorte d’alchimie entre Les Sims et Game of Thrones. Alchimie ici surtout narrative, le gameplay de Crusader Kings II permettant en effet aux joueurs de créer leurs propres histoires.

“If you take Crusader Kings 2…the initial launch was not that impressive. Then we released [the expansion pack] Sword of Islam, and then another expansion, and then we released Old Gods… All of sudden it just took off, and a lot of people started playing it. It became a cult hit. It got a cult status that very few games do, because of the stories you can tell with it.

Fredrik Wester,

Toutefois l’on retiendra aussi de cet entretien que parmi les orientations futures de l’éditeur suédois, les RPG vont y occuper une place bien plus importante. Mais aussi, sujet qui n’était pas abordé ici, que Paradox va décliner à l’avenir plusieurs de ses titres phares au format plus traditionnel des jeux de plateau. Le succès en juin de la campagne Kickstarter de Crusader Kings, qui au final a généré environ 450 000 euros, laisse d’ailleurs augurer un futur radieux pour cette déclinaison du jeu. Dont voici ci-après un récent aperçu de la nouvelle carte. Futur proche d’ailleurs, car en théorie le jeu de plateau Crusader Kings pourrait arriver vers la fin de l’année.

Pour plus d’informations sur Crusader Kings II, voyez cette fiche chez Paradox ou celle-ci sur Steam. Ou aussi le wiki officiel. A ne pas manquer également notre article A la croisée des DLC dans Crusader Kings II, qui vous guidera dans le choix des nombreuses extensions du jeu.

 

Nouvelle version de la carte du futur jeu de plateau Crusader Kings.

1 commentaire

  1. Le virage pris par le studio est intéressant et à surveiller, notamment la place que prendront les RPG ! Reste qu’ils ont su intéresser beaucoup de gens et leur rendre certains aspects du jeu vidéo plus abordable (quoique les mécanismes restent très complets).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here