Troisième et dernière partie de ce récit consacré à la démo de Panzer Battles, disponible depuis ce printemps, démo qui fait suite à Panzer Battles Normandy, paru lui il y a un an et demi. Et permet de facilement redécouvrir cette série en attendant Panzer Battles 3, prévu en théorie vers fin 2018 ou début 2019.

Comme souvent, les plans que l'on fait, aussi bien conçu qu'ils puissent sembler sur le papier, ne résistent pas très bien aux aspérités de la réalité. À l'issu des dix-sept tours de ce scénario, il aura bien fallu qu'une fois de plus les dures lois du champ de bataille viennent réduire à néant, ou peu s'en fallut, mes espoirs de "victoire écrasante les doigts dans le nez".

Ma première tentative s'acheva donc par une partie nulle, une sorte de statu quo dans lequel les troupes allemandes, bien naïves d'avoir pensé que les français terrorisés par la puissance d'analyse de leur commandant (moi-même, en l'occurrence) associée à la maîtrise tactique de ses troupes sur le terrain, n'auraient pas trop à s'employer pour conclure assez aisément cette bataille.

Si le briefing initial et le résumé historique du préambule ne laissaient pas présager d'une opposition farouche, le fait est que les forces alliées s'avèrent ici bien plus rugueuses qu'on ne s'y attend.

Il aura donc fallu remettre encore deux fois sur le métier cet ouvrage qui semblait facile, avant de venir à bout d'une IA revêche et d'unités françaises finalement moins conciliantes et enclines à se laisser rouler dessus par les chenilles de chars allemands que l'on découvre ici sous leur vrai jour historique, faibles et trop peu blindés pour venir à bout d'engins, heureusement pour eux, nettement moins mobiles et communicants.

Ce que démontre ce scénario c'est la pertinence et le respect de la réalité historique auquel se sont attaché les créateurs de ce jeu, jusque dans la mise en place des éléments constitutifs, y compris celle d'une IA capable de se conformer au déroulé des événements.

À l'issue d'une première bataille, les résultats détaillés montrent clairement où la stratégie a failli.
Malgré des pertes humaines énormes, les français ont pu préserver l'essentiel de leurs objectifs de victoire.
Il apparaît clairement qu'en plus d'un excédent de points perdus en matériel blindé, les 70pts d'objectifs manquants ont fait pencher la balance dans le mauvais sens pour l'allemand.
Pour lire cet article dans son intégralité vous devez être abonné au site de la Gazette du wargamer. Vous retrouverez notre offre d'abonnement directement sur cette page : www.wargamer.fr/abonnement/

Laisser un commentaire