C’est par un petit matin maussade que je parviens au 27 place Saint Georges, au pied de la Bibliothèque Thiers, les yeux encore embués de s’être ouverts bien trop tôt, mais prêts également à s’ouvrir en grands dès que le seuil sera franchi. Entrons découvrir la cinquième édition de l’OPJH.

Le 28 septembre 2019, les étoiles étaient afin alignés. Depuis la veille pour être précis, et cet événement se poursuivrait encore le lendemain.

Comme tous les ans, les initiés se retrouvaient en la place par les deux grands maitres de cérémonie choisie et, allaient s’adonner, dans des langues parfois lointaines, s’adonner à l’orgie ludique attendue depuis des semaines.

Plaisir d’offrir, joie de recevoir. L’Open de Paris des Jeux d’Histoire c’est deux hommes : Guillaume Bouilleux, alias monsieur Guillaume, le bel éphèbe aux commandes d’Ajax Games et donc producteur d’Opération Commando, et Pascal Toupy, alias Bonzillou, co-concepteur de Great War Commander (voir cet article)  et de Saigon 75 (voir cette présentation). Vue l’organisation de l’événement, qui a rassemblé pas moins de 657 curieux cette année, on se demande si ces deux là ne sont pas doués de pouvoirs miraculeux. Il paraitrait que Disney aurait tenté de les débaucher pour le prochain Marvel !

Vouloir tout explorer en une seule journée est rêve chimérique. Il convient donc de faire des choix. Cet article n’est pas exhaustif, malheureusement, mais saura vous donner quelques regrets si vous étiez resté chez vous à cause de l’anniversaire de votre conjoint, pauvre fou que vous êtes (mais Gloire à Vous !).

Après avoir révélé le contenu de nos sacs à deux costauds chargés de notre sécurité, nous arrivons au comptoir où l’on nous affuble d’un très joli bracelet rose, sous le regard bienveillant de nos hôtes. Et à partir de cet instant on commence à serrer des mains, on reconnaît des copains, on est reconnu par des inconnus.

Par où commencer, le plus simple pour moi sera de revivre cette belle journée à travers pêle-mêle une sélection de photos.

Après être passé devant le sympathique libraire, que l’on tente d’éviter pour ne pas succomber à l’appel de tous ces titres alléchants qui ne demandent qu’à venir emplir nos étagères, nos yeux sont immédiatement attirés par un roll up arborant fièrement le logo de Serious Games Network – France.

1 – On retrouve ici la fonction première du Kriegsspiel : la formation. L’idée est de proposer des outils de réflexion et / ou d’entrainement. On retrouvera par exemple Resilience, par l’excellent Patrick Ruetschmann (gestion de crise au niveau politique), qui vient tout juste de sortir. Il m’a également été présenté KRISE qui, destiné aux forces de gendarmerie, permet de vivre ou revivre des situations réelles de maintien de l’ordre, avec introduction de casseurs, de blessés, ou de magasin à préserver. Le point fort est qu’il peut se pratiquer sur une carte IGN, rendant l’exercice encore plus réaliste et utile. Je n’ai pas testé, mais j’ai adoré le concept !

Si le concept des Serious games vous intéresse, voyez le site Serious games network – France.

1

 

2

2 – Juste à gauche, dans la salle réservée aux éditeurs, se trouvait le stand de Nuts ! Étaient étalés des jeux sortis cette années comme La Grande Guerre (voir cet article – le Mémoire 44 version Première guerre mondiale) ou 1066 (le jeu de carte permettant de revivre l’arrivée au pouvoir de Guillaume de Normandie), et d’autres plus ou moins prêts à rejoindre les étals, comme Saigon 75 (le nouveau jeu de Pascal Toupy), ou …

3 – This War Without an Enemy, qui traite de la guerre civile anglaise. Les graphismes sont d’un Français, Nicolas Roblin. A croire que les Nicolas sont tous des graphistes hors-pairs : son travail est magnifique. Le concepteur Scott Moore, nous expliquera, in english of course, les mécanismes de ce jeu à blocs qui ravira les amateurs des œuvres du catalogue Columbia Games.

4 – Petit jeu qui m’a totalement séduit par son plumage, qui devrait malheureusement se voir modifié, 300 permet de revivre les Guerre Médiques. Issu du cerveau fécond d’un japonais, il oppose deux armées complètement asymétriques (Perses nombreux contre Grecs puissants). Il s’agit d’un jeu piloté par les cartes qui offre aux joueurs des choix parfois terribles : acheter plus d’unités ou de cartes ? Jouer chaque carte pour son événement ou pour activer une armée ? Celui-ci va rejoindre ma ludothèque dès sa sortie ! (d’autres théâtres d’opération seraient d’ores et déjà prévus…)

5 – L’incontournable Nicolas Stratigos, le rédacteur en chef de VaeVictis, était bien évidemment présent, avec ses jeux les plus récents. J’ai même vu un petit garçon d’une huitaine d’année accourir vers le stand d’un œil connaisseur (avant d’expliquer à sa mère médusée les tenants et aboutissants des batailles de Louis XIV. Incroyable !). Nicolas se fait présenter Les Conquêtes de Bonaparte, une simulation autant militaire que sociétale. C’est l’un des jeux qui utilise des figurines pour représenter les troupes, un engouement qui tend à se développer.

3
4
5

Cet article nécessite un abonnement pour être lu dans son intégralité. Connectez-vous depuis la page Mon compte, ou consultez nos offres d’abonnement pour adhérer à notre gazette.

2 Commentaires

  1. Très cool, ce côté intimiste ! On voit bien que l’activité demeure encore quelque peu confidentielle et en un sens, c’est presque mieux ainsi. On reste bien loin des grand-messes du jeu vidéo, avec tout le bling bling qui tourne autour. On se sent encore bien dans nôtre niche… ! ;)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here