Pour vous faire découvrir la nouvelle extension Blitzkrieg de Order of Battle – World War II voici un récit de partie décrivant en détail le déroulement du scénario prenant pour cadre l’offensive allemande en Belgique au printemps 1940.

Le 10 mai 1940 au matin, l’armée allemande déclenche le Fall Gelb, le « plan jaune », soit l’assaut général à l’ouest. Il succède à une longue et abrutissante « Drôle de guerre » où les armées se sont observées le long de la frontière franco-allemande sans qu’il n’y ait de grandes actions.

Conçu par le stratège Von Manstein, apprécié par l’expert des blindés Guderian et imposé par Hitler à un état-major réticent et désireux de réitérer plus ou moins le plan Schlieffen de 1914, il est audacieux.

Il vise justement à feindre de reprendre la vieille recette de passer par la Belgique pour y attirer les armées alliées (qui ont justement établi leurs plans en ce sens) tout en laissant des troupes de couverture en face de la ligne Maginot.

En fait, l’assaut décisif aura lieu entre les deux, dans le massif ardennais, accidenté et très forestier qui montre d’ailleurs que la Belgique n’est pas que le « plat pays » qu’on décrit toujours. Or, l’endroit a été jugé infranchissable par de nombreux experts militaires, dont Pétain.

Ainsi, malgré des mises en garde d’officiers moins connus comme le général Prételat, les Ardennes sont mal défendues par des Alliés qui vont le payer très cher.

Dès l’annonce de l’attaque allemande en Belgique, ils ont en effet envoyé leurs troupes là-bas, c’est le plan Dyle-Breda, qui prévoit d’aller jusqu’au Pays-Bas si besoin, Pays-Bas d’ailleurs agressés eux-aussi. En quelques semaines, voire moins, le sort de la campagne est joué et les troupes encerclées refluent vers Dunkerque.

La récente extension Blitzkrieg de l’excellent Order of Battle permet de rejouer cette étape essentielle de la guerre à l’ouest, hélas seulement côté allemand. Elle est le quatrième scénario d’une campagne qui en compte huit, et nous allons voir en images ce dont il s’agit.

Mes objectifs sont multiples : une partie de l’armée va devoir avancer en Belgique pour s’y emparer de points stratégiques. Ce faisant, j’y attirerai le gros des forces alliés qu’il sera possible de prendre à revers en passant par les Ardennes, où se tient une portion non négligeable de mes troupes.

La progression peut y être difficile et il va falloir neutraliser le Luxembourg, mais le tout semble jouable et le grand-duché est dépourvu de réelles forces militaires.

La pince nord comprend donc plusieurs unités d’infanterie, des blindés, de l’artillerie et une aviation conséquente. L’échelle du jeu permet de représenter des batailles sur des zones assez vastes, sans pouvoir évidemment rendre à l’écran les dizaines et les dizaines de divisions réellement engagées au combat à l’époque.

Les cartes sont aussi assez semblables les unes aux autres malgré la diversité de lieux représentés : on voit là la forteresse d’Eben-Emael, pièce maîtresse de la défense belge en 1940. Or, et une modélisation plus poussée du canal Albert qui la défend aurait été sympathique.

Pour l’heure, j’ai tout de même entamé ma progression. Le massif ardennais est défendu par les chasseurs du même nom, unités d’élite qui se battirent historiquement très bien malgré une disproportion de moyens criantes. De plus, je parviens à prendre le fort précédemment cité, clé de la défense frontalière, et dont la perte si rapide brisa le moral adverse.

Pourtant, il fut occupé par une action très risquée des parachutistes allemands dans la réalité, on aurait aimé que cela soit ici possible… Le jeu propose d’ailleurs de telles unités, et notamment dans le scénario consacré à l’invasion de la Norvège.

Pour plus d’informations sur la nouvelle extension Order of Battle – Blitzkrieg, voyez cette page sur Steam ou celle-ci chez Slitherine.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-01
Les premiers objectifs, concernant le massif ardennais.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-02
Au nord, il va falloir attirer l’adversaire dans un piège.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-03
Les troupes rassemblées le long de la frontière allemande, prêtes à partir à l’assaut.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-04
Les fameux chasseurs ardennais, dont le chant rappelle la devise: “Résiste et mords”. Ce sont des unités d’élite qui se battirent bien.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-05
Dommage que l’assaut historique avec les parachutistes n’ait pas été reproduit.

J’avance lentement dans les Ardennes. Les routes sont peu nombreuses, ce qui limite l’avancée des moyens motorisés. De plus, je crains de tomber sur des troupes embusquées. Cela donne l’alerte aux forces françaises lorsque j’atteins le Luxembourg vide de troupes. Il va falloir se battre plus difficilement car des renforts ennemis sont en route !

Toutefois, dans la partie centrale de la carte, aux alentours de Houffalize, je peux tout de même progresser efficacement, repoussant devant moi les forces belges.

Les moyens blindés et antichar du royaume restent heureusement limités car mes propres panzers sont lents dans ce milieu forestier et de collines.

Au nord, j’ai pris Liège et mes troupes se battent pour conquérir les points d’importance autour de la grande ville de Wallonie. L’aérodrome va m’être très utile car mes avions doivent pour le moment revenir jusqu’en Allemagne pour se ravitailler, ce qui les immobilise inutilement pour de nombreux tours.

On notera que l’invasion des Pays-Bas n’est pas ici représentée, excepté la présence de la ville de Maastricht, rapidement occupée par l’armée allemande. Ces succès sont rappelés par une de ces boîtes de dialogue qui ponctuent les scénarios.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-06
Craignant des troupes ennemies, j’ai trop tardé à entrer au Luxembourg. Voilà les conséquences.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-07
Au centre, l’avance est assez rapide pendant les premiers tours.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-09
Le piège se referme !
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-08
J’essuie mes premières pertes sérieuses. Verviers, Maastricht et Malmédy sont tombées, toutefois.

L’avance se poursuit et les différents fronts se rapprochent, alors que je me dirige vers Liège (certes déjà prise) par le sud et que les principaux axes routiers des Ardennes sont conquis.

La Luftwaffe peut s’avancer vers Rochefort et y bombarder les troupes ennemies en retraite.

Alors que j’approche de Huy, entre Liège et Namur, d’autres objectifs se dévoilent, comme Wavre, déjà proche de Bruxelles. Certaines unités se défendent très bien et j’essuie des pertes, notamment de moral qui peine parfois à remonter et grève mes capacités offensives.

Toutefois la dynamique reste de mon côté et je n’ai jusque-là pas essuyé de catastrophe majeure. Cela ne m’empêche pas de ne pas me précipiter car avant d’atteindre Dinant, il faut encore avancer dans les Ardennes où je peux très bien être surpris.

Cela m’arrive d’ailleurs à plusieurs reprises.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-10
Le soutien aérien dont je dispose rentre pour partie non négligeable dans mes succès.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-11
Huy, Hannut et Saint-Trond sont presque prises.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-12
Au centre des Ardennes, la progression se poursuit et les troupes s’apprêtent à se rejoindre.

J’ai reçu des renforts, mais l’adversaire aussi. Les troupes alliées se sont avancées en Belgique et notamment des chars français, dont d’excellents SOMUA et B1bis.

Je suis parvenu à en isoler certains qu’il me faut réduire difficilement. Heureusement, j’ai le soutien de canons antichars et des fameux avions JU87 « Stuka » de Sturzkampfbomber, soit « bombardier en piqué », type d’avions qui manque cruellement à l’adversaire en cette fin de printemps 1940.

Cela me permet d’encercler l’unité adverse pour la détruire, alors que d’autres se rassemblent entre Gembloux et Namur et que la chasse ennemie se déploie dans les cieux.

Il va aussi falloir compter avec des fortifications statiques qui vont prélever elles aussi leur tribut d’hommes. Plusieurs fois, je dois renvoyer des troupes en arrière pour les renforcer avant de pouvoir les relancer à l’assaut.

Cela a notamment été le cas vers Saint-Trond où les combats ont été durs dans ma partie.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-13
Zoom qui permet d’apprécier l’intéressant niveau de détail.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-14
On voit au nord que j’ai été un peu prompt avec une unité blindée, coupée de ses arrières. Heureusement c’est momentané et sans conséquence matérielles, mais pas sur le moral.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-15
J’approche de Namur assez rapidement. Le dispositif ennemi commence à craquer.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-16
Les chars français ont été encerclés, prélude à la destruction.

L’opération est jusque-là un succès, bien que les britanniques soient désormais repérés au sud de Wavre et que mes lignes de communication s’étirent. Une nouvelle fois, dans les combats pour Namur, aujourd’hui capitale de la Wallonie, des chars français ont été encerclés, ce qui rend leur destruction bien plus aisée.

On notera au passage que le niveau de zoom permet de voir la modélisation réussie des matériels en question, surtout pour un jeu de ce genre. C’est un point fort bien agréable car on passe un certain temps sur les écrans de jeu !! Order of Battle reste très joli à regarder et plutôt fluide, malgré quelques ralentissements quand les unités présentes à l’écran sont très nombreuses.

Les renforts britanniques débouchant de Wavre et se dirigeant vers Gembloux sont une vraie épine dans mon pied, alors qu’aux alentours de Namur les combats se poursuivent. Je dois diviser mes forces pour remonter vers Bruxelles qu’il convient de prendre, ce qui n’est pas simple. Heureusement, des unités arrivant depuis Saint-Trond déjà cité s’attellent déjà à la tâche. Hélas, leur unité blindée souffre d’un très mauvais moral et n’est pratiquement plus d’aucune utilité.

Le 14 mai 1940, les deux pinces allemandes se rejoignent entre Wavre et Gembloux, piégeant dans une nouvelle nasse des unités ennemies qu’il va être facile de réduire au silence. Dans l’affaire les pertes ont été plutôt importantes et plusieurs unités devront être complétées avant de pouvoir repartir au combat.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-17
Un autre de ces quelques écrans d’informations qui ponctuent les parties.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-18
Nouvel encerclement réussi !
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-19
L’arrivée des Britanniques permet de restructurer une ligne de défense.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-20
Que je parviens néanmoins à briser en quatre tours.

Au centre, mes troupes ont pris Dinant, où Charles de Gaulle avait été blessé en 1914, et s’apprêtent à sortir des Ardennes.

Elles se sont heurtées à des forces françaises bien combattives et quelques tours vont sans doute passer avant qu’elles puissent rejoindre leurs camarades plus au nord, cisaillant ainsi le dispositif ennemi en attaquant Charleroi depuis deux axes.

Enfin, tout au sud de la carte, l’avance a été plus lente mais une partie du territoire français a été conquis depuis le Luxembourg.

Mes unités se sont dirigées sur les arrières ennemies, occupant même les voies de retraite françaises, alors que d’autres troupes ont fait mouvement depuis Bouillon.

Là encore, les panzers ont été très employés et leur moral a chuté en flèche. Pourtant ce n’est pas le moment de flancher : les troupes françaises sont nombreuses devant Charleville-Mézières et les points de passage limités.

Heureusement, depuis le début de la partie mes avions de reconnaissance me fournissent des informations précieuses sur le dispositif d’en face.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-21
J’ai dépassé Dinant et attends une nouvelle jonction de mes forces.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-22
En direction de Charleville-Mézières, la progression est plus lente.

La jonction que j’attendais s’est bel et bien produite à Charleroi : les troupes venant du nord ont pu rejoindre celles du sud, sous la forme d’une pointe blindée qui a foncé, au risque de se voir couper de ses arrières.

Le scénario approche de sa fin et le dispositif ennemi est bien tronçonné, même si la résistance en France s’avère encore puissante. Toutefois, j’approche de Nivelles et de Bruxelles dont les faubourgs sont atteints le 14 mai, toujours.

La défense ennemie y est squelettique et je devrais m’en emparer sans trop de peine, alors que mes autres forces se préparent à fondre sur le sud.

La capitale est donc prise le lendemain 15 mai alors que la résistance du royaume des Pays-Bas a cessé la veille, après un bombardement historiquement criminel sur une ville qui s’était rendue d’ailleurs.

A cette heure, il ne reste que peu de troupes adverses organisées dans ce nord-ouest de la carte de jeu.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-23
La jonction que j’espérais s’est produite à Charleroi ! La fin est proche.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-24
Wavre est dépassée, Bruxelles est en vue ! En avant !
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-25
Les Néerlandais (et pas les Hollandais, faute courante) se rendent.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-26
Bruxelles est tombée à son tour.

Les derniers tours sont consacrés à la ruée vers les Ardennes françaises. Les troupes affluent de tous les secteurs et brisent les opérations défensives françaises les unes après les autres. Charleville-Mézières et Sedan ont été prises alors que les blindés s’approchent de Rethel. Il ne reste plus qu’à concrétiser cette victoire en poursuivant cette avance fulgurante !

Malgré quelques réserves énoncées plus haut, la nouvelle campagne est très plaisante à jouer et offre des théâtres d’opérations rarement traités comme la Norvège. Nous reverrons cela avec un test plus complet une prochaine fois.

order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-27
Direction, le sud avec les forces restantes. Quelques tours devraient suffire.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-28
Charleville-Mézières est prise, les blindés foncent sur Rethel et la victoire.
order-battle-blitzkrieg-belgique-aar-29
Victoire. Il ne reste plus qu’à poursuivre la campagne…

2 Commentaires

  1. merci pour ces impressions, on s’y croirait.

    Moi je trouve que ce jeu aurait pu au contraire se focaliser sur les théatres de guerres méconnu ; de petites campagnes en 5-10scenarios pour chaque DLC . par exemple, la campagne d’éthiopie, la guerre civile en espagne , la campagne de birmanie, … ils avaient pourtant bien commencé avec la guerre sino-japonaise puis la magnifique guerre d’hiver. . Certes, il fallait bien faire la grande campagne allemande mais moi j’attends avec impatience les petites campagnes méconnus.

    • D’autres DLC et / scénarios sont en effet prévus sur des thèmes plutôt inédits, les développeurs le disaient encore récemment. Après la série va certainement alterner au fil des extensions entre batailles classiques (front de l’est, Normandie, …) et autres batailles oubliées.

Répondre à jeffot Annuler la réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here